Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Theresa, pas besoin de partir!"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Industrie pharmaceutique : Trump pourrait se montrer plus généreux que prévu

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et si le Royaume-Uni restait..."

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Thuram : "Il faut comprendre le mécanisme du racisme pour pouvoir le dépasser"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Projet de loi antiterroriste : vers un "état d'urgence light" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

FRANCE

Un deuxième proviseur de lycée français contraint de quitter le Qatar

© Copie d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/10/2013

Accusé d'"attitude anti-musulmane", le proviseur du lycée français Bonaparte de Doha, au Qatar, a été forcé de quitter le pays. En moins d'un an, il est le deuxième directeur d'un établissement français contraint au départ.

Il est le deuxième proviseur d’un lycée français à devoir quitter le Qatar. Hafid Adnani, qui dirige le lycée Bonaparte à Doha, a dû précipitamment faire ses valises début septembre. Selon le site Mediapart, il a été incarcéré à la suite d’un différend avec la directrice financière de l’établissement, qu’il accusait de ne pas détenir les diplômes qu’elle prétendait avoir. Elle l’a accusé d’"attitude anti-musulmane".

Hafid Adnani n’a dû sa libération qu’à l’intervention de l’ambassade de France. Il a été sommé de quitter le territoire qatari le plus vite possible. L’homme s’est exécuté le 8 septembre, laissant sa famille derrière lui. Le Quai d’Orsay, interrogé par l’AFP, a affirmé que son départ était une "solution de compromis" trouvée avec les autorités du Qatar, en échange de sa libération.

Fin 2012, Franck Choinard, le proviseur du lycée français Voltaire, avait également été contraint de partir face à des accusations de pédophilie qu’il a toujours réfutées. Selon des médias français, à l’origine du conflit se trouve en réalité un désaccord sur le contenu du programme d’histoire et de sciences naturelles entre les autorités qataries et avec la mission laïque, organisme qui gérait le lycée Voltaire. L’établissement est désormais géré par le Qatar.

Avec dépêches

Première publication : 14/10/2013

  • DIPLOMATIE

    Appel à l'aide de quatre Français retenus au Qatar

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le rachat des magasins Printemps par le Qatar soumis à une enquête préliminaire

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Hollande prône la "réciprocité" économique entre Doha et Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)