Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Moyen-orient

Arafat : l'expertise russe exclut l'hypothèse d'un empoisonnement

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/10/2013

Les experts russes ont affirmé mardi ne pas avoir retrouvé de polonium dans les échantillons biologiques, prélevés sur la dépouille de Yasser Arafat. La veille, l'expertise suisse avait affirmé le contraire, après analyse de ses effets personnels.

Yasser Arafat a-t-il ou non été empoisonné ? L'agence officielle russe, chargée d'expertiser des échantillons prélevés sur la dépouille de Yasser Arafat, a semé le doute, mardi 15 octobre, sur l'hypothèse d'un empoisonnement. Le directeur de l'agence exclut la présence de polonium 210, mais a, par la suite, démenti toute communication.

"Il n'a pas pu être empoisonné au polonium. Les experts russes, qui ont mené l'analyse [des échantillons], n'ont pas trouvé trace de cette substance", aurait ainsi déclaré Vladimir Ouïba, le directeur de l'Agence fédérale d'analyses biologiques, cité par l'agence Interfax.

Interrogée par l'AFP, l'Agence fédérale des analyses biologiques a cependant démenti toute communication sur le sujet. "Nous n'avons publié aucun résultat officiel", a déclaré un porte-parole de l'agence."Nous n'avons pas non plus confirmé ou infirmé les informations de presse sur la présence de polonium sur la dépouille d'Arafat", a-t-il ajouté.

Mais l'agence de presse russe Interfax a maintenu son information. "Le journaliste et moi étions en face de Monsieur Ouïba et c'est ce qu'il a dit", a déclaré un chef adjoint du service politique d'Interfax, préférant ne pas donner son nom.

Deux expertises contradictoires


Ces affirmations de l'agence russe surviennent au lendemain de la publication du rapport des experts suisses dans la revue médicale britannique, The Lancet. Les Hélvètes font, au contraire, état de la présence de polonium sur des effets personnels du leader palestinien, décédé en 2004, relançant la thèse de l'empoisonnement.

Quant aux experts russes, ils ont travaillé sur des échantillons biologiques, obtenus après exhumation de la dépouille, en novembre 2012.

L'hypothèse d'un empoisonnement de Yasser Arafat avait été alimentée en juillet 2012 par la diffusion d'un documentaire d'Al-Jazira, citant les experts suisses. Ces scientifiques ont confirmé leurs doutes dans The Lancet, concluant à la "possibilité" d'un tel scénario.

"Plusieurs échantillons renfermant des traces de fluides corporels [sang et urine] contenaient une radioactivité plus élevée et inexpliquée au polonium 210, par rapport aux échantillons de référence", ont écrit ces experts de l'Institut de radiophysique (IRA) de Lausanne. Ils ont ajouté que le tableau clinique de Yasser Arafat au moment de sa mort n'excluait pas un empoisonnement au polonium 210.

Les conclusions officielles des trois expertises française, suisse et russe sont cependant toujours attendues.

Les causes de sa mort non élucidées

Yasser Arafat est mort à 75 ans le 11 novembre 2004 à l'hôpital militaire Percy de Clamart, près de Paris. Il y avait été admis fin octobre 2004, alors qu'il souffrait de douleurs abdominales, sans fièvre, dans son quartier général de Ramallah, où il vivait confiné depuis décembre 2001, encerclé par l'armée israélienne. Sa veuve Souha n'a pas demandé d'autopsie.

La publication d'un rapport d'hospitalisation français, datant du 14 novembre 2004, faisait état d'une inflammation intestinale d'"allure infectieuse", et de troubles de coagulation "sévères", mais n'élucidait pas les causes de la mort.

Sur la base de l'analyse suisse sur les effets personnels du leader, "il y avait suffisamment de doutes pour recommander l'exhumation de son corps en 2012", justifient les experts helvètes dans l'article du Lancet.

La dépouille du dirigeant historique palestinien avait été exhumée à Ramallah en novembre 2012 pour y effectuer des prélèvements.

Une soixantaine d'échantillons ont été répartis pour analyse entre les trois équipes d'enquêteurs - suisses, français et russes - chaque équipe effectuant son travail individuellement, sans contact avec les autres.

Le polonium 210 est la substance avec laquelle avait été empoisonné en 2006 Alexandre Litvinenko, un ancien membre des services secrets russes, réfugié à Londres.

Avec dépêches

Première publication : 15/10/2013

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Arafat : les experts suisses confirment la possibilité d'empoisonnement

    En savoir plus

  • PALESTINE

    Le corps d'Arafat exhumé à Ramallah pour lever le mystère sur son décès

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un document remet en cause l’empoisonnement au polonium de Yasser Arafat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)