Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Moyen-orient

Arafat : l'expertise russe exclut l'hypothèse d'un empoisonnement

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/10/2013

Les experts russes ont affirmé mardi ne pas avoir retrouvé de polonium dans les échantillons biologiques, prélevés sur la dépouille de Yasser Arafat. La veille, l'expertise suisse avait affirmé le contraire, après analyse de ses effets personnels.

Yasser Arafat a-t-il ou non été empoisonné ? L'agence officielle russe, chargée d'expertiser des échantillons prélevés sur la dépouille de Yasser Arafat, a semé le doute, mardi 15 octobre, sur l'hypothèse d'un empoisonnement. Le directeur de l'agence exclut la présence de polonium 210, mais a, par la suite, démenti toute communication.

"Il n'a pas pu être empoisonné au polonium. Les experts russes, qui ont mené l'analyse [des échantillons], n'ont pas trouvé trace de cette substance", aurait ainsi déclaré Vladimir Ouïba, le directeur de l'Agence fédérale d'analyses biologiques, cité par l'agence Interfax.

Interrogée par l'AFP, l'Agence fédérale des analyses biologiques a cependant démenti toute communication sur le sujet. "Nous n'avons publié aucun résultat officiel", a déclaré un porte-parole de l'agence."Nous n'avons pas non plus confirmé ou infirmé les informations de presse sur la présence de polonium sur la dépouille d'Arafat", a-t-il ajouté.

Mais l'agence de presse russe Interfax a maintenu son information. "Le journaliste et moi étions en face de Monsieur Ouïba et c'est ce qu'il a dit", a déclaré un chef adjoint du service politique d'Interfax, préférant ne pas donner son nom.

Deux expertises contradictoires


Ces affirmations de l'agence russe surviennent au lendemain de la publication du rapport des experts suisses dans la revue médicale britannique, The Lancet. Les Hélvètes font, au contraire, état de la présence de polonium sur des effets personnels du leader palestinien, décédé en 2004, relançant la thèse de l'empoisonnement.

Quant aux experts russes, ils ont travaillé sur des échantillons biologiques, obtenus après exhumation de la dépouille, en novembre 2012.

L'hypothèse d'un empoisonnement de Yasser Arafat avait été alimentée en juillet 2012 par la diffusion d'un documentaire d'Al-Jazira, citant les experts suisses. Ces scientifiques ont confirmé leurs doutes dans The Lancet, concluant à la "possibilité" d'un tel scénario.

"Plusieurs échantillons renfermant des traces de fluides corporels [sang et urine] contenaient une radioactivité plus élevée et inexpliquée au polonium 210, par rapport aux échantillons de référence", ont écrit ces experts de l'Institut de radiophysique (IRA) de Lausanne. Ils ont ajouté que le tableau clinique de Yasser Arafat au moment de sa mort n'excluait pas un empoisonnement au polonium 210.

Les conclusions officielles des trois expertises française, suisse et russe sont cependant toujours attendues.

Les causes de sa mort non élucidées

Yasser Arafat est mort à 75 ans le 11 novembre 2004 à l'hôpital militaire Percy de Clamart, près de Paris. Il y avait été admis fin octobre 2004, alors qu'il souffrait de douleurs abdominales, sans fièvre, dans son quartier général de Ramallah, où il vivait confiné depuis décembre 2001, encerclé par l'armée israélienne. Sa veuve Souha n'a pas demandé d'autopsie.

La publication d'un rapport d'hospitalisation français, datant du 14 novembre 2004, faisait état d'une inflammation intestinale d'"allure infectieuse", et de troubles de coagulation "sévères", mais n'élucidait pas les causes de la mort.

Sur la base de l'analyse suisse sur les effets personnels du leader, "il y avait suffisamment de doutes pour recommander l'exhumation de son corps en 2012", justifient les experts helvètes dans l'article du Lancet.

La dépouille du dirigeant historique palestinien avait été exhumée à Ramallah en novembre 2012 pour y effectuer des prélèvements.

Une soixantaine d'échantillons ont été répartis pour analyse entre les trois équipes d'enquêteurs - suisses, français et russes - chaque équipe effectuant son travail individuellement, sans contact avec les autres.

Le polonium 210 est la substance avec laquelle avait été empoisonné en 2006 Alexandre Litvinenko, un ancien membre des services secrets russes, réfugié à Londres.

Avec dépêches

Première publication : 15/10/2013

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Arafat : les experts suisses confirment la possibilité d'empoisonnement

    En savoir plus

  • PALESTINE

    Le corps d'Arafat exhumé à Ramallah pour lever le mystère sur son décès

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un document remet en cause l’empoisonnement au polonium de Yasser Arafat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)