Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Economie

La NSA siphonne aussi les carnets d'adresses électroniques

© Capture d'écran - Twitter

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/10/2013

L'agence nationale américaine de sécurité (NSA) collecte des centaines de millions de carnets d'adresses électroniques et de listes d'"amis" sur des services de messagerie instantanée, a révèlé, lundi soir, le "Washington Post".

L'appétit de la NSA (National Security Agency) ne semble connaître ni limite, ni frontière. Selon les dernières révélations du "Washington Post", l'agence américaine de renseignements collecte des centaines de millions de carnets d'adresses électroniques et de listes de contacts de service de messagerie instantanée dans le cadre de son vaste programme de cybersurveillance révélé par l'ex-consultant de la CIA en fuite, Edward Snowden.

Ce nouveau dispositif permet aux services secrets américains de scanner les comptes de messagerie de services aussi populaires que Yahoo!, Gmail (la messagerie de Google), Facebook. D'après un document "top secret" que le "Washington Post" a pu consulter, une journée "normale" de collecte permet à la NSA de récupéré 444 737 carnets d'adresses Yahoo!, 33 697 de Gmail ou 82 857 carnets d'amis provenant d'utilisateur de Facebook.

Un programme qui donne accès à de précieuses informations personnelles généralement fournies dans les listes de contacts telles que le numéro de téléphone, l'adresse physique et parfois même "les premières lignes des messages", assure le "Washington Post".

Des Américains également espionnés

Ce siphonnage en règle des informations personnelles d'utilisateurs de ces services s'ajoute aux autres programmes, tels que Prism, qui permettent à la NSA de connaître le contenu des données qui transitent par l'intermédiaire des services comme Google, Facebook, Skype etc.

Mais jusqu'à présent, tous ces systèmes d'écoutes électroniques visaient les internautes non Américains. Cette fois-ci, le tableau est légèrement différent. En fait, la NSA ne capte aucune des informations depuis les États-Unis. Elle se sert auprès d'opérateurs télécoms étrangers. Pour être précis, l'Agence nationale passe par 18 points d'accès disséminés un peu partout dans le monde pour obtenir ces données. Un moyen, d'après le "Washington Post", de contourner l'interdiction légale d'intercepter des informations sur des Américains à partir du territoire national.

Première publication : 15/10/2013

  • INTERNET

    Comment la NSA fait fi de la confidentialité des communications sur le Net

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Affaire Prism : les Cnil européennes saisissent Bruxelles

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    XKeyscore, le meilleur outil de la NSA pour surveiller Internet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)