Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

Moyen-orient

Nucléaire iranien : la France doute des bonnes intentions de Téhéran

© AFP | Le président iranien Hassan Rohani.

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 16/10/2013

Les négociations sur le nucléaire iranien, qui ont repris mardi à Genève, semblent mieux engagées depuis l’élection du nouveau président Hassan Rohani. Mais si Washington semble ouvert au dialogue, Paris reste méfiant à l’égard de Téhéran.

À la table des discussions sur le nucléaire iranien, à Genève, la délégation iranienne s'est félicitée, mardi 15 octobre, du bon accueil qui lui a été réservé. La communauté internationale place en effet beaucoup d’espoir dans le nouveau pouvoir politique iranien depuis l’élection du président Hassan Rohani. Mais au sein des pays chargés de négocier avec Téhéran (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité - États-Unis, France, Russie, Chine et Royaume-Uni - ainsi que l'Allemagne), les Français continuent d’afficher une certaine méfiance quant aux intentions de Téhéran. C’est ce qu’indique à FRANCE 24 une source au Quai d’Orsay, confirmant une information révélée dans un article publié dans l’édition du "Monde" daté du 15 octobre.

Paris, qui a de tout temps adopté une ligne dure sur le sujet, doute du rôle que peut jouer le nouveau président iranien Hassan Rohani dans ce dossier. Car si sa mission est d'obtenir la levée des sanctions qui étranglent l'économie iranienne, les diplomates français sont convaincus que le Guide suprême Khamenei reste décisionnaire sur la question du nucléaire. Sans oublier qu'Hassan Rohani, négociateur de cet épineux dossier entre 2003 et 2005, avait déjà orchestré une "suspension" du programme nucléaire iranien, rappelle Marc Perelman, spécialiste des questions internationales à FRANCE 24. "Mais celle-ci s'était révélée n’être qu’une ruse pour développer le programme de manière plus secrète", précise le journaliste. 

"Fabius aujourd'hui est plus proche de Nétanyahou que d'Obama"

Lors des discussions à Genève, qui doivent durer jusqu’au 16 octobre, la France exige plus de transparence concernant le programme nucléaire iranien. Après l’opération séduction du nouveau président iranien à l'Assemblée générale de l'ONU à New York fin septembre - il avait serré la main de François Hollande et téléphoné à Barack Obama -, Paris attend que les Iraniens concrétisent leurs paroles en actes.

Car si Washington a laissé entrevoir la perspective d'un allègement partiel des sanctions contre l'Iran en cas de geste important de la part de Téhéran, la France y semble plus réticente, à l'image d'Israël. "Un blocage pourrait bien venir de Paris, indique dans "Le Monde" une source iranienne, selon qui, "ce que dit [le ministre des Affaires étrangères français Laurent] Fabius est aujourd'hui "plus proche du [Premier ministre israélien Benjamin] Nétanyahou que d'Obama".

Première publication : 15/10/2013

  • IRAN

    L'Iran refuse d'envoyer à l'étranger son uranium enrichi

    En savoir plus

  • ENTRETIEN EXCLUSIF

    EXCLUSIF - Netanyahou à Hollande : "restez fort, très fort" sur l'Iran

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Israël prêt à agir "seul" contre Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)