Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le golfe de Porto, un paradis entre terre et mer

En savoir plus

EUROPE

Aucun pays ne veut de la dépouille du criminel nazi Erich Priebke

© AFP | Le corbillard transportant la dépouille de Erich Priebke.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/10/2013

La dépouille du criminel nazi Erich Priebke, décédé le 11 octobre, se trouve depuis mardi à l'aéroport militaire de Rome. Le lieu de son inhumation reste toujours indéterminé : aucun pays ne semble disposé à l'accueillir.

L'organisation des obsèques de l'ex-SS Erich Preibke, décédé le 11 octobre, tourne au casse-tête. Près d'une semaine après sa mort, nul ne ne sait où sera inhumée sa dépouille. Elle se trouve, depuis mardi 15 octobre, à l'aéroport militaire de Rome, à Pratica di Mare.

Pour l'heure, l'Italie qui commémore, mercredi, le 70e anniversaire de la déportation des juifs de Rome, souhaite transférer le corps de l'ex-SS vers l'Allemagne, son pays natal. Surtout après l'annulation, la veille, de ses obsèques religieuses en raison de la présence de néo-nazis. "Nous avons été obligés de suspendre mardi les funérailles car il y avait le risque qu'elles se transforment en meeting néo-nazi", a déclaré mercredi matin à la presse le préfet de Rome, Giuseppe Pecoraro. "Il ne m'appartient pas de décider ni de l'incinération ni du lieu de l'enterrement, mais nous travaillons maintenant pour résoudre la situation de la manière la plus opportune", a ajouté le préfet de Rome en espérant "résoudre la question dans la journée".

"C'est à la famille de décider"

Sauf que Berlin, qui indique ne pas avoir reçu de "demande officielle de la partie italienne" mais quelques "contacts informels", semble vouloir botter en touche. "C'est en principe à la famille de décider de ce qu'elle veut faire de la dépouille d'un Allemand mort à l'étranger", a indiqué un porte-parole du ministère, Martin Schäfer, au cours d'une conférence de presse régulière. "Et, d'après ce que je sais par la presse, Erich Priebke a toujours une famille, dont un fils qui s'est manifesté d'Argentine", a-t-il ajouté.

De son côté, la mairie d'Hennigsdorf, petite ville de 25 000 habitants où est né Priebke, située au nord de Berlin, refuse catégoriquement de voir arriver sa dépouille. "Nous ne voulons pas enterrer ici un criminel de guerre", a expliqué lundi 14 octobre une porte-parole de la mairie sur la radio publique régionale Rbb. 

Pour sa part, l'Argentine, où il a vécu caché pendant plus de 40 ans, ne souhaite pas non plus du corps de l'ex-capitaine SS.

Erich Priebke est l'un des responsables du massacre des Fosses Ardéatines à Rome, dont avaient été victimes 335 civils, dont 75 Juifs, en 1944, en représailles à une attaque au cours de laquelle 33 soldats allemands avaient été tués. Il vivait depuis près de 15 ans dans la capitale italienne, assigné à résidence au domicile de l'un de ses avocats, après avoir été condamné à la réclusion à perpétuité.

(Avec dépêches)

Première publication : 16/10/2013

  • ITALIE

    Les funérailles du criminel de guerre nazi Erich Priebke annulées

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le criminel de guerre nazi Erich Priebke est décédé

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Décès de Rochus Misch, le dernier garde du corps d’Adolf Hitler

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)