Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

Culture

Jennifer, l'Américaine qui chante Oum Kalthoum à la perfection

© Capture YouTube

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 17/10/2013

Une Américaine de 23 ans a fait sensation au Liban après avoir participé à l'émission Arabs Got Talent. Sans connaître un seul mot d'arabe, Jennifer Grout a interprété avec brio un morceau de la célèbre chanteuse égyptienne Oum Kalthoum.

Une Américaine de 23 ans est en passe de devenir la nouvelle coqueluche du monde arabe. Après son passage fin septembre dans l’émission de téléréalité libanaise Arabs Got Talent sur la chaîne MBC, Jennifer Grout a créé la sensation et s’est attirée un torrent de louanges.

La jeune femme s'est présentée devant le jury de la troisième saison de ce show télévisé très populaire sans connaître un seul mot d’arabe. Quand l’acteur égyptien Ahmed Helmy lui a demandé son nom, Jennifer a été incapable de répondre. Mais les sourires embarrassés des jurés et du public ont vite laissé place à la surprise. Accompagnée d’un oud, la participante aux longs cheveux blonds a interprété à la perfection une chanson du répertoire classique arabe, "Baid Annak", de la légendaire chanteuse égyptienne Oum Kalthoum, décédée en 1975.

Subjugués par cette incroyable performance, les quatre membres du jury, qui lui ont tous donné un vote positif, sésame lui permettant de revenir dans une prochaine émission, n’ont pas manqué de la féliciter. "Jennifer, vous ne parlez pas un mot d’arabe et vous chantez mieux que d’autres chanteurs. C’est la première fois que quelqu’un qui n’est pas lié au monde arabe et qui est Américaine interprète aussi bien un titre en arabe", s’est enthousiasmée la chanteuse libanaise Najwa Karam. "Je suis vraiment impressionné par le fait qu’elle chante la musique arabe classique avec autant d’émotion", a réagi pour sa part le comédien saoudien Nasser Qassim Al-Qasabi.

"J'ai mémorisé les chansons"

Interrogée sur son étonnante prestation Jennifer Grout a expliqué qu’elle était tombée amoureuse il y a seulement trois ans des chansons arabes classiques après en avoir entendu sur Internet : "Je me suis entraînée et j’ai mémorisé les chansons. Pour comprendre les paroles, je les traduis sur Internet ou je demande à un ami arabe de me faire la traduction".

Très motivée par cette expérience, la jeune femme peut compter sur l’appui de ses proches : "C’était un peu étrange pour ma famille au départ, mais désormais ils me soutiennent à 100%. Ils m’ont poussé à venir au Liban pour participer à cette émission".

Certains téléspectateurs se sont toutefois étonnés sur les réseaux sociaux de son accent qui ne sonne pas "totalement américain" et ont même évoqué une supercherie. Pourtant, si l'on s'en tient à cette biographie sur Internet, Jennifer Grout est bien née aux États-Unis, à Boston, de parents musiciens. " En 2008, elle a intégré l'Université McGill de Montréal comme étudiante en chant. Durant son cursus, elle s’est prise de passion pour la musique arabe-égyptienne classique. Elle a acheté son propre oud et elle a commencé à jouer", peut-on également lire sur ce site qui précise qu'elle vit désormais à Paris.

Sur sa page Facebook, Jennifer a d'ores et déjà annoncé qu’elle va participer aux demi-finales d’Arabs Got Talent. Son surprenant parcours ressemble à l’histoire du film "Whatever Lola Wants" du réalisateur marocain Nabil Ayouch dans lequel une New-Yorkaise, fan de danse orientale, fait ses valises pour l’Égypte, tente sa chance et rencontre un incroyable succès.

Première publication : 16/10/2013

  • MUSIQUE

    En images : Youssou N'Dour, retour triomphal à Bercy

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Le Libanais Wadih el-Safi, géant de la chanson arabe, décède à 92 ans

    En savoir plus

  • CHANSON

    50 ans après sa mort, la môme Piaf enchante toujours les cœurs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)