Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Economie

La Constitution, l’arme secrète d’Obama pour sortir du "shutdown" ?

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/10/2013

Alors que les négociations pour sortir de l’impasse budgétaire piétinent, certains analystes assurent qu’un amendement de la Constitution permettrait à Barack Obama de se passer de l’accord du Congrès pour relever le plafond de la dette.

Il reste moins de 24 heures à l’administration Obama pour obtenir un accord du Congrès afin de relever le plafond de la dette américaine et éviter ainsi un défaut de paiement. Pourtant, mercredi 16 octobre, la situation demeurait bloquée. Le président des États-Unis a rejeté une proposition de sortie de crise des républicains, qu’il a qualifiée de "partisane". Un autre plan, élaboré par des représentants des deux parties, est condamné à échouer face à l’opposition de la frange la plus radicale des républicains.

La mécanique se grippe, une impasse politique se profile. Face à l’imminence d’une crise économique et institutionnelle majeure, plusieurs commentateurs politiques ont appelé la Constitution à la rescousse. Selon eux, la situation n’est pas si dramatique : la loi fondamentale américaine, plus précisément son 14e amendement (section 4), permettrait à Barack Obama de s'asseoir sur l’avis du Congrès.

Qualifié de “bombe nucléaire budgétaire” ou de “munition magique” à disposition du président des États-Unis, ce texte affirme que “la validité de la dette publique des États-Unis [... ] ne peut pas être remise en cause”. En clair, le chef de l’État doit s’assurer que son pays honore ses factures auprès de ses créanciers, quelques soient les circonstances. Si le Congrès refuse d’augmenter le plafond de la dette publique, le Trésor américain n’aurait, alors, qu’à continuer d’emprunter de l’argent, comme si de rien n’était. À défaut, l’exécutif violerait la Constitution.

Tea Party, Confédérés, même combat ?


Le défenseur de cette thèse affirme que cet amendement a, en outre, été rédigé exactement pour éviter le genre de crise en cours à Washington. Le texte, qui remonte à 1866, a été “pensé pour éviter qu’une minorité, telle que les sympathisants de la cause des Confédérés à la fin de la guerre civile [américaine], puisse prendre les discussions budgétaires en otage pour se venger du président ou obtenir un avantage partisan”, explique Brianne Gorod, une juriste américaine membre du Centre de responsabilité constitutionnelle, un cercle de réflexion proche des démocrates. À en croire cette analyse, les républicains proches du Tea Party seraient donc les Confédérés d’aujourd’hui.

Ce n’est pas la première fois que le spectre du 14e amendement plane sur les débats budgétaires américains. En 2011, peu avant qu’un accord de la dernière heure ne soit trouvé pour rehausser le plafond de la dette, le recours à ce texte avait même été évoqué par Timothy Geithner, secrétaire du Trésor de l’administration Obama de l’époque.
Pourtant, le 9 octobre, Barack Obama a explicitement écarté l’éventualité de s’abriter derrière la Constitution pour passer outre une opposition du Congrès. Les arguments contre l’utilisation du 14e amendements sont, en effet, aussi importants que ceux qui en défendent l’usage.

"Trilemne budgétaire"


D’abord, le président ne peut pas, légalement, augmenter la dette, accentuer la pression fiscale ou décider de coupes budgétaires sans l’accord du Congrès. C’est lui qui tient les cordons de la bourse américaine et l’émission d’éventuels "bons du Trésor d’initiative présidentielle" seraient, à ce titre, inconstitutionnelle. "Si le président commence à s’accaparer des prérogatives budgétaires du Congrès, qu’est-ce qui l’empêchera ensuite de le priver de tout pouvoir ?", note, ainsi, Lawrence H. Tribe, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Harvard.

En outre, même si le recours à cet amendement est théoriquement séduisant, il est, pour certains, pratiquement sans intérêt. "Les investisseurs risquent de ne pas vouloir de ces bons du Trésor créés sans avoir été autorisés par le Congrès, car leur validité légale serait très discutable", affirme ainsi Jack Balkin, professeur d’économie à l’Université de Yale. D’après lui, le président ne serait donc même pas capable d’emprunter l’argent nécessaire à payer les dettes, s’il décidait de faire jouer le 14e amendement.

Si le blocage persiste et plonge les États-Unis dans le chaos budgétaire, Barack Obama se retrouverait face à ce que les constitutionnalistes Neil Buchanan et Michael C. Dorf appellent le "trilemne" budgétaire. Il serait obligé de choisir entre trois solutions anticonstitutionnelles : décider unilatéralement d’augmenter les taxes et de couper dans les dépenses, ne pas payer ses créanciers, ou alors ignorer le plafond de la dette et continuer à emprunter de l’argent en se fondant sur le 14e amendement. Cette dernière option est, d’après les deux universitaires, la "moins pires des options". Reste la dernière possibilité, probablement la plus plausible : un accord de dernière minute.

 

Première publication : 16/10/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Accord entre républicains et démocrates sur la dette américaine

    En savoir plus

  • ETATS-UNIS

    États-Unis : le "shutdown" fait le bonheur et le malheur des Indiens d'Amérique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Shutdown" : des familles de soldats américains privées d'argent pour les funérailles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)