Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Asie - pacifique

Un habitant des îles Kiribati veut devenir le premier "réfugié climatique"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/10/2013

Un habitant des îles Kiribati, dans le Pacifique Sud, a saisi la Haute Cour d'Auckland, en Nouvelle Zélande, pour contester le refus de lui accorder le statut de réfugié climatique. Ces trois archipels sont menacés par la montée de l'océan.

C’est une première mondiale. Un habitant des îles Kiribati, un archipel du Pacifique Sud menacé par la montée des eaux, a demandé jeudi à la Haute cour d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, le statut de réfugié pour cause de réchauffement climatique. Il s’agit de la deuxième demande de Ioane Teitiota, 37 ans.

Les autorités néo-zélandaises de l'immigration ont déjà refusé une première fois de lui accorder le statut de réfugié, ce qui entraîne son retour forcé vers les Kiribati. Pour la justice, personne ne menace sa vie s'il retourne. Mais selon son avocat Me Michael Kitt, la vie de son client, et de ses trois enfants, est de fait menacée par l'environnement.

L’archipel des Kiribati est composé d’une trentaine d'atolls coralliens, dont la plupart dépassent à peine le niveau de l'eau. Des zones entières sont régulièrement envahies par l'océan, et les récoltes s'appauvrissent en raison de l'infiltration d'eau salée dans les réserves d'eau douce.

100 000 habitants

"Un accès à l'eau douce est un droit fondamental. Le gouvernement des Kiribati est incapable, et peut-être réticent, de garantir ces choses, car c'est totalement hors de son contrôle", a argumenté l'avocat d’Ioane Teitiota à Radio New Zealand.

Reste que le cas de son client pourrait créer un précédent, non seulement pour les 100 000 habitants des Kiribati, mais pour toutes les populations menacées par le changement climatique causé par l'homme. Ce danger crée une nouvelle classe de réfugiés, dont les droits ne sont pas reconnus par les conventions internationales.

La Haute cour d'Auckland doit se prononcer dans cette affaire avant la fin du mois.

Fin 2012, le président des Kiribati, Anote Tong, avait indiqué réfléchir au déplacement de la population vers les Fidji et le Timor oriental, des terres relativement proches.

 Avec dépêches

Première publication : 17/10/2013

  • ENVIRONNEMENT

    Climat : "Les évènements extrêmes se multiplient"

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Réchauffement climatique : un accord à l'arrachée à Doha

    En savoir plus

  • RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    Les 4°C qui changeraient la face du monde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)