Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Mali : la mission des Nations unies réclame des renforts humains et logistiques

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/10/2013

La mission de maintien de la paix au Mali, conduite par l’ONU, souffre d’un manque de matériel et d’hommes, mettant en péril la fragile stabilité du pays. Des renforts ont été demandés mercredi au Conseil de sécurité.

Les Nations unies ont demandé mercredi 16 octobre au Conseil de sécurité des renforts humains et logistiques à sa mission de maintien de la paix au Mali, afin de permettre au nord du pays de retrouver la stabilité et de protéger les civils contre les attaques de groupes armés, en particulier djihadistes.

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a officiellement pris le 1er juillet le relais de la force de maintien de la paix africaine, mais seuls 5 200 militaires sont actuellement sur le terrain, alors que l'Onu en a prévu 12 600.

"Nous sommes confrontés à des graves difficultés", a déclaré Bert Koenders, envoyé de l'ONU au Mali, au Conseil de sécurité. "La mission manque de moyens essentiels - comme des hélicoptères - pour faciliter un déploiement rapide et l'accès aux zones reculées, afin d'assurer la protection des civils. La constitution des troupes devra s'accélérer."

La mission a souffert en août du retrait de quelque 1 200 soldats nigérians, retournés dans leur pays, également pour combattre une insurrection islamiste. Le mois dernier, 150 militaires tchadiens ont en outre abandonné leurs postes pour demander une rotation des troupes.

La France a relativisé au début du mois une recrudescence des troubles dans le nord du Mali, notamment des heurts entre l'armée et les touaregs laïcs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), et elle a réitéré sa confiance au président Ibrahim Boubacar Keita, élu en août.

Reuters

Première publication : 17/10/2013

  • MALI

    La stratégie d'Aqmi au Mali dévoilée dans un document retrouvé à Tombouctou

    En savoir plus

  • MALI

    Les Touareg du MNLA reprennent les négociations de paix avec Bamako

    En savoir plus

  • MALI

    Hollande en visite au Mali : "Nous avons gagné cette guerre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)