Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Afrique

Cameroun : large victoire du parti de Paul Biya aux législatives

© Archive AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/10/2013

Sans surprise, le parti du président camerounais Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, a remporté les élections législatives du 30 septembre, selon la Cour suprême. Le front social-démocrate confirme sa position de leader de l'opposition.

Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) du président Paul Biya, au pouvoir depuis trois décennies, a remporté sans surprise les législatives du 30 septembre, décrochant 148 des 180 sièges, selon les résultats publiés jeudi par la Cour suprême.

Malgré cette victoire, le parti présidentiel, qui contrôle déjà 86 des 100 sièges au Sénat, voit cependant son nombre de députés quelque peu diminuer, passant de 153 en 2007 à 148 en 2013.
 
Quelque 5,4 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour élire leurs députés et élus locaux, au terme d'une campagne peu suivie. Selon les chiffres de la Cour suprême, le taux de participation s'élève à 76,79 %.
 
Le Front social-démocrate, leader de l’opposition
 
La principale formation de l’opposition, le Front social-démocrate, a obtenu 18 sièges de député. Il confirme sa position de leader de l’opposition et améliore légèrement son score, passant de 16 sièges en 2007 à 18 cette année.
 
Trois partis font leur entrée à l'Assemblée nationale : l'Union des populations du Cameroun (UPC, parti nationaliste), avec trois députés, le Mouvement pour la défense de la République (MDR), un député, et le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), qui obtient un siège.

Accusations de fraude

Plus de 40 recours en annulation partielle des législatives avaient été déposés à la Cour suprême, mais aucun d'entre eux n'a abouti.

L'opposition accuse régulièrement le pouvoir de frauder aux élections et le RDPC d'utiliser les moyens de l'État pour faire campagne alors que ses adversaires font face à des difficultés financières.

Le gouvernement avait annoncé un financement de la campagne à hauteur de 1,7 milliard de FCFA (2,5 millions d'euros), dont la moitié a été récemment débloquée et mise à la disposition des partis en lice.

Première publication : 17/10/2013

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    Cameroun : le parti du président Paul Biya grand favori des législatives

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Ces gérontes qui ne sont pas prêts à "renoncer" au pouvoir

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Les Camerounais ont voté pour l'élection présidentielle promise à Paul Biya

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)