Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Les athlètes, ces produits spéculatifs comme les autres

© Wikimedia Commons

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/10/2013

Une société américaine propose aux investisseurs de parier sur la carrière du footballeur américain Arian Foster. En échange d’un gros chèque, cet athlète cèdera une partie de ses revenus futurs.

Arian Foster va devenir la première star de football américain à proposer sa capacité à réussir un "touchdown" aux spéculateurs de tout poil. Ce célèbre arrière des Houston Texans a accepté d’être le premier cobaye de l’aventure financière de la jeune start-up Fantex, lancée jeudi 17 octobre. Cette entreprise californienne propose, en effet, d’étendre le domaine de la spéculation aux carrières sportives.

Concrètement, les investisseurs pourront acheter des parts d’Arian Foster, en échange d'un droit à une fraction des revenus futurs de cet athlète. Fantex compte ainsi lever 10 millions de dollars [7,3 millions d’euros], qui seront reversés à l'athlète. En contrepartie, ce dernier accepte de céder 20 % de ses revenus futurs [salaires, contrats de publicités, rémunérations pour des apparitions à des événements], qui seront redistribués aux investisseurs et à Fantex.

“On a, ici, affaire à un sportif qui préfère toucher maintenant une grosse somme d’argent plutôt que d’avoir des revenus mensuels échelonnés”, explique Gunther Capelle-Blancard, enseignant-chercheur à l’université Paris I et à l’École d’économie de Paris. Pour Arian Foster, si la start-up parvient à lever les 10 millions de dollars, c’est tout bénéf : il se couvre, en effet, contre tout risque de blessure, qui pourrait mettre à mal sa carrière, et faire baisser son salaire.

Le tableau est plus mitigé pour les éventuels investisseurs. Ils peuvent gagner gros, si Arian Foster vole de succès en succès, mais ils perdent tout si, pour une raison ou pour une autre, il doit mettre un terme à sa carrière. En outre, “contrairement à des actions d’une entreprise, l’acquisition de titres sur la carrière de ce sportif ne confère aucun droit de regard sur Arian Foster”, précise Gunther Capelle-Blancard. En clair : ils n’ont aucun moyen de l’empêcher de faire des mauvais choix de parcours.

David Bowie aussi

Les Houston Texans risquent également de n’apprécier que modérément cette innovation financière. D’après Gunther Capelle-Blancard, ce type de montage financier fait baisser l’implication d’Arian Foster dans son club, vu qu’une partie de sa rémunération lui échappera.

Si ce tour de passe-passe financier peut prendre le monde sportif de court, il n'a pas de quoi étonner celui de la finance. II ne s’agit, en fait, que d’un exemple original de titrisation, une pratique largement répandue dans le monde financier. Dans le principe, il n’y a, en effet, pas une grande différence entre la spéculation autour de la carrière de ce footballeur américain et, par exemple, les subprimes. Dans ce dernier cas, les banques revendaient les crédits hypothécaires qu’ils avaient accordés - sans être très regardant sur la solvabilité des emprunteurs - à des investisseurs qui, eux, touchaient ensuite les mensualités de remboursement.

Surtout, “c’est une nouvelle démonstration de la financiarisation de l’économie”, assure Gunther Capelle-Blancard. Avant le football américain, cette financiarisation avait déjà fait des incursions dans le monde musical. L’exemple le plus célèbre concerne le chanteur britannique David Bowie. Dans les années 90, il avait trouvé le moyen de toucher de l’argent pour les revenus futurs générés par la vente de ses disques… même après sa mort. La star avait reçu, en 1997, 55 millions de dollars en vendant des “Bowie bonds” qui permettaient aux investisseurs de toucher les royalties sur les ventes futures des 25 albums du chanteur.

Un précédent que Fantex a sûrement dû avoir en tête en concoctant les “Foster bonds”. Buck French, le co-fondateur de cette société, a d’ailleurs reconnu qu’en cas de succès, il espérait bien attirer, non seulement, d’autres sportifs, mais également des célébrités venues d’horizons plus musicaux ou cinématographiques.

Première publication : 18/10/2013

  • MARCHÉS FINANCIERS

    Quand le ballon rond nuit à la bonne marche des bourses...

    En savoir plus

  • MARCHÉS FINANCIERS

    Twitter ou Tweeter ? Quand les traders s'égarent pour une histoire de "Q"

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    L'UEFA se félicite de la meilleure gestion financière des clubs européens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)