Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Economie

Les athlètes, ces produits spéculatifs comme les autres

© Wikimedia Commons

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/10/2013

Une société américaine propose aux investisseurs de parier sur la carrière du footballeur américain Arian Foster. En échange d’un gros chèque, cet athlète cèdera une partie de ses revenus futurs.

Arian Foster va devenir la première star de football américain à proposer sa capacité à réussir un "touchdown" aux spéculateurs de tout poil. Ce célèbre arrière des Houston Texans a accepté d’être le premier cobaye de l’aventure financière de la jeune start-up Fantex, lancée jeudi 17 octobre. Cette entreprise californienne propose, en effet, d’étendre le domaine de la spéculation aux carrières sportives.

Concrètement, les investisseurs pourront acheter des parts d’Arian Foster, en échange d'un droit à une fraction des revenus futurs de cet athlète. Fantex compte ainsi lever 10 millions de dollars [7,3 millions d’euros], qui seront reversés à l'athlète. En contrepartie, ce dernier accepte de céder 20 % de ses revenus futurs [salaires, contrats de publicités, rémunérations pour des apparitions à des événements], qui seront redistribués aux investisseurs et à Fantex.

“On a, ici, affaire à un sportif qui préfère toucher maintenant une grosse somme d’argent plutôt que d’avoir des revenus mensuels échelonnés”, explique Gunther Capelle-Blancard, enseignant-chercheur à l’université Paris I et à l’École d’économie de Paris. Pour Arian Foster, si la start-up parvient à lever les 10 millions de dollars, c’est tout bénéf : il se couvre, en effet, contre tout risque de blessure, qui pourrait mettre à mal sa carrière, et faire baisser son salaire.

Le tableau est plus mitigé pour les éventuels investisseurs. Ils peuvent gagner gros, si Arian Foster vole de succès en succès, mais ils perdent tout si, pour une raison ou pour une autre, il doit mettre un terme à sa carrière. En outre, “contrairement à des actions d’une entreprise, l’acquisition de titres sur la carrière de ce sportif ne confère aucun droit de regard sur Arian Foster”, précise Gunther Capelle-Blancard. En clair : ils n’ont aucun moyen de l’empêcher de faire des mauvais choix de parcours.

David Bowie aussi

Les Houston Texans risquent également de n’apprécier que modérément cette innovation financière. D’après Gunther Capelle-Blancard, ce type de montage financier fait baisser l’implication d’Arian Foster dans son club, vu qu’une partie de sa rémunération lui échappera.

Si ce tour de passe-passe financier peut prendre le monde sportif de court, il n'a pas de quoi étonner celui de la finance. II ne s’agit, en fait, que d’un exemple original de titrisation, une pratique largement répandue dans le monde financier. Dans le principe, il n’y a, en effet, pas une grande différence entre la spéculation autour de la carrière de ce footballeur américain et, par exemple, les subprimes. Dans ce dernier cas, les banques revendaient les crédits hypothécaires qu’ils avaient accordés - sans être très regardant sur la solvabilité des emprunteurs - à des investisseurs qui, eux, touchaient ensuite les mensualités de remboursement.

Surtout, “c’est une nouvelle démonstration de la financiarisation de l’économie”, assure Gunther Capelle-Blancard. Avant le football américain, cette financiarisation avait déjà fait des incursions dans le monde musical. L’exemple le plus célèbre concerne le chanteur britannique David Bowie. Dans les années 90, il avait trouvé le moyen de toucher de l’argent pour les revenus futurs générés par la vente de ses disques… même après sa mort. La star avait reçu, en 1997, 55 millions de dollars en vendant des “Bowie bonds” qui permettaient aux investisseurs de toucher les royalties sur les ventes futures des 25 albums du chanteur.

Un précédent que Fantex a sûrement dû avoir en tête en concoctant les “Foster bonds”. Buck French, le co-fondateur de cette société, a d’ailleurs reconnu qu’en cas de succès, il espérait bien attirer, non seulement, d’autres sportifs, mais également des célébrités venues d’horizons plus musicaux ou cinématographiques.

Première publication : 18/10/2013

  • MARCHÉS FINANCIERS

    Quand le ballon rond nuit à la bonne marche des bourses...

    En savoir plus

  • MARCHÉS FINANCIERS

    Twitter ou Tweeter ? Quand les traders s'égarent pour une histoire de "Q"

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    L'UEFA se félicite de la meilleure gestion financière des clubs européens

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)