Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'opposition vénézuélienne interdite de manifester avant le vote de dimanche

En savoir plus

FOCUS

France : vent de fronde sur La République En Marche

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Helen Mirren, "queen" du cinéma britannique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le viagra pour l'armée américaine : cinq fois plus cher que les frais de santé des transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Moralisation : l'ombre des lobbys"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Avignon s’offre Leopold Sédar Senghor

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Khalifa Haftar : "Nous traiterons avec tous les groupes terroristes par les armes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump interdit l'armée aux transgenres

En savoir plus

LE DÉBAT

Pologne : le casse-tête de Bruxelles (partie 2)

En savoir plus

Afrique

Entretien : "Madiba est un battant", affirme Jacob Zuma

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/10/2013

Dans un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, lors de la visite de François Hollande en Afrique du Sud, le président Jacob Zuma a accepté de revenir sur de nombreux thèmes d'actualité, dont la santé de Nelson Mandela.

Alors que sa mort semblait imminente fin juin, Nelson Mandela va mieux. Lors d'un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, le président sud-africain, Jacob Zuma, s'est voulu rassurant sur la santé de celui que son peuple appelle affectueusement "Madiba". Ce dernier a regagné son domicile début septembre.

“C’est un battant. Je pense même que les médecins l'ont compris, a affirmé Jacob Zuma. Il est né comme ça. Il s'est telllement battu, que tu ne peux que constater les progrès. Je suis allé le voir, il fait face à des difficultés, mais on voit qu'il nous reconnaît, qu'il sourit. D’une certaine manière, Madiba est Madiba… il fait toujours des choses que les autres sont incapables de faire, et je pense que même les médecins reconnaissent que c’est un homme extraordinaire".

Le massacre de Marikana

Jacob Zuma a également accepté de revenir sur les évènements dramatiques de la mine de platine de Marikana, dans le nord du pays. Le 16 août 2012, débordée par les grévistes, la police sud-africaine avait abattu 34 mineurs, et fait 78 blessés devant le site exploité par le groupe britannique, Lonmin.

Dans les jours et les semaines suivant le massacre, des journalistes sud-africains et des témoins avaient affirmé qu'une partie des victimes avaient été pourchassées par la police après la fusillade, et abattues ou achevées par des balles tirées dans le dos ou à bout portant.

"Cette situation doit être envisagée dans son intégralité. Nous ne nous attendions pas à cette réaction de la part de la police. Nous l’avons condamnée, mais nous ne pouvons pas dire, que nous nous attendions à l’attitude des travailleurs, qui a débouché sur le massacre, a rappelé le président Zuma. Ce que je veux dire, c’est que ce genre de situation entre dans un contexte, qui a abouti à cet incident malheureux. Nous avons d’ailleurs mis en place une commission d’enquête pour prendre des sanctions".

 La CPI, sujet controversé en Afrique

Lors de l'entretien, le président Jacob Zuma a également abordé l'épineuse question de la Cour pénale internationale (CPI) , toujous très décriée en Afrique, notamment pour son action contre les dirigeants élus du Kenya.

"Il y a eu des choses qui ont poussé les gens à s’interroger… la Cour pénale internationale est-elle juste ?", s'interroge ainsi le chef de l'État de la nation Arc-en-Ciel.

Première publication : 18/10/2013

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    CPI : L'UA demande d'ajourner les procédures contre les chefs d'État

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE - AFRIQUE DU SUD

    François Bozizé : "Jacob Zuma n’a pas tenu ses promesses"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Le président Zuma remanie le gouvernement pour la quatrième fois en quatre ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)