Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Un maire opposé au mariage gay : "Je continuerai à déléguer"

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 18/10/2013

Le Conseil constitutionnel a refusé, vendredi, de reconnaître une clause de conscience aux maires qui ne souhaitent pas célébrer de mariages gays. Mais des élus, contactés par FRANCE 24, assurent qu'ils n'entendent toujours pas unir d'homosexuels.

La décision des Sages du Conseil constitutionnel est tombée, vendredi 18 octobre : les maires opposés au mariage gay ne pourront pas invoquer la clause de conscience pour se soustraire à ces célébrations. Une déception pour les "anti" revendiqués, qui assurent cependant que cette décision ne changera pas grand chose à leur façon de faire.

"François Hollande n’assume pas ce qu’il a dit il y a un an"

"C’est une déception", réagit Philippe Brillault, maire du Chesnay, dans le département des Yvelines, joint par FRANCE 24. "La vraie question c’est : la décision la Conseil constitutionnel est-elle juridique ou politique ? À mon avis, elle est politique", juge-t-il, avant de rappeler qu’en novembre 2012, le président François Hollande avait promis qu'une liberté de conscience serait respectée pour les maires opposés aux mariages entre personnes du même sexe. "Aujourd’hui, on se rend compte que le président n’assume pas ce qu’il a dit". L’élu UMP pointe d’ailleurs la stratégie politique maladroite du président à quelques mois des municipales : "Cela renvoie une mauvaise image de la République, dont nous, les maires, sommes considérés comme les larbins".

Déçu, M. Brillault, qui est également porte parole du collectif anti-mariage gay La Manif pour tous (LMPT), regarde cependant vers l’avant : "Nous allons continuer à gérer nos obligations mais nous poursuivrons également notre combat contre l’État", poursuit-il. Dans la commune du Chesnay, depuis l’adoption de la loi, un seul mariage entre homosexuels a été célébré, par un conseiller municipal.

"La décision est logique, mais ma position ne change pas"

Pour Daniel Bakalem, aux commandes de la ville de Montclus, dans le Gard, cette décision ne révolutionne rien. Ce farouche opposant à la loi Taubira l’a répété maintes fois : il ne célèbrera pas ce genre d’unions. "Ma position n’a pas changé, je continuerai à déléguer", confie-t-il à FRANCE 24, quelques minutes après l'annonce des Sages.

S’il reconnaît que cette décision est "logique", ce dernier campe sur ses positions : "Nous sommes les représentants de l’État, nous devons respecter la loi, mais cela ne m'empêche pas d'avoir mes opinions personnelles". L’élu continuera donc de déléguer sa responsabilité à l’un de ses conseillers "volontaire" en la matière. "Si j’avais été obligé de célébrer ces mariages moi-même, j’aurais été prêt à démissionner", envisage-t-il.

"Je dirai que je suis absent de la commune ou malade"

Jean-Louis Banino, maire des Angles, dans les environs d’Avignon, apparaît, lui, plus modéré : "Je suis opposé à cette loi mais à partir du moment où elle est promulguée, elle s’impose à tout le monde". Lui aussi entend déléguer sa responsabilité à un adjoint, même si ce cas de figure ne s’est pour l’instant jamais présenté. "Si un mariage gay doit être célébré, je dirai que je suis éloigné de la commune à ce moment-là, ou que je suis malade, cela ne posera aucun problème", affirme-t-il.

Pourtant, résigné, cet élu UMP concède : "Si je n’avais pas de conseillers municipaux sur lesquels me reposer, je célèbrerais ces unions moi-même, je n’aurais pas le choix. En tout cas, je ne pense pas que j’aurais démissionné pour cette raison, il y a tout de même des choses plus importantes dans la gestion d’une ville".

La décision du Conseil constitutionnel confirme la circulaire du ministre de l’Intérieur Manuel Valls, datant du 13 juin. Celle-ci rappelle que les élus refusant de célébrer un mariage gay risquent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. Avant que les Sages ne tranchent, le Collectif des maires pour l'enfance, opposé au mariage gay, avait déjà annoncé qu'il se tournerait vers la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) s'il n'obtenait pas satisfaction.

Première publication : 18/10/2013

  • FRANCE

    Mariage gay : les maires ne pourront pas invoquer la "clause de conscience"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un couple homosexuel franco-marocain enfin autorisé à se marier

    En savoir plus

  • FRANCE

    14-Juillet : la Tour-Eiffel aux couleurs du drapeau gay enflamme Twitter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)