Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Vidéo : à Novoazovsk, "il semblerait que les Russes soient déjà partis"

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

FRANCE

Un maire opposé au mariage gay : "Je continuerai à déléguer"

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 18/10/2013

Le Conseil constitutionnel a refusé, vendredi, de reconnaître une clause de conscience aux maires qui ne souhaitent pas célébrer de mariages gays. Mais des élus, contactés par FRANCE 24, assurent qu'ils n'entendent toujours pas unir d'homosexuels.

La décision des Sages du Conseil constitutionnel est tombée, vendredi 18 octobre : les maires opposés au mariage gay ne pourront pas invoquer la clause de conscience pour se soustraire à ces célébrations. Une déception pour les "anti" revendiqués, qui assurent cependant que cette décision ne changera pas grand chose à leur façon de faire.

"François Hollande n’assume pas ce qu’il a dit il y a un an"

"C’est une déception", réagit Philippe Brillault, maire du Chesnay, dans le département des Yvelines, joint par FRANCE 24. "La vraie question c’est : la décision la Conseil constitutionnel est-elle juridique ou politique ? À mon avis, elle est politique", juge-t-il, avant de rappeler qu’en novembre 2012, le président François Hollande avait promis qu'une liberté de conscience serait respectée pour les maires opposés aux mariages entre personnes du même sexe. "Aujourd’hui, on se rend compte que le président n’assume pas ce qu’il a dit". L’élu UMP pointe d’ailleurs la stratégie politique maladroite du président à quelques mois des municipales : "Cela renvoie une mauvaise image de la République, dont nous, les maires, sommes considérés comme les larbins".

Déçu, M. Brillault, qui est également porte parole du collectif anti-mariage gay La Manif pour tous (LMPT), regarde cependant vers l’avant : "Nous allons continuer à gérer nos obligations mais nous poursuivrons également notre combat contre l’État", poursuit-il. Dans la commune du Chesnay, depuis l’adoption de la loi, un seul mariage entre homosexuels a été célébré, par un conseiller municipal.

"La décision est logique, mais ma position ne change pas"

Pour Daniel Bakalem, aux commandes de la ville de Montclus, dans le Gard, cette décision ne révolutionne rien. Ce farouche opposant à la loi Taubira l’a répété maintes fois : il ne célèbrera pas ce genre d’unions. "Ma position n’a pas changé, je continuerai à déléguer", confie-t-il à FRANCE 24, quelques minutes après l'annonce des Sages.

S’il reconnaît que cette décision est "logique", ce dernier campe sur ses positions : "Nous sommes les représentants de l’État, nous devons respecter la loi, mais cela ne m'empêche pas d'avoir mes opinions personnelles". L’élu continuera donc de déléguer sa responsabilité à l’un de ses conseillers "volontaire" en la matière. "Si j’avais été obligé de célébrer ces mariages moi-même, j’aurais été prêt à démissionner", envisage-t-il.

"Je dirai que je suis absent de la commune ou malade"

Jean-Louis Banino, maire des Angles, dans les environs d’Avignon, apparaît, lui, plus modéré : "Je suis opposé à cette loi mais à partir du moment où elle est promulguée, elle s’impose à tout le monde". Lui aussi entend déléguer sa responsabilité à un adjoint, même si ce cas de figure ne s’est pour l’instant jamais présenté. "Si un mariage gay doit être célébré, je dirai que je suis éloigné de la commune à ce moment-là, ou que je suis malade, cela ne posera aucun problème", affirme-t-il.

Pourtant, résigné, cet élu UMP concède : "Si je n’avais pas de conseillers municipaux sur lesquels me reposer, je célèbrerais ces unions moi-même, je n’aurais pas le choix. En tout cas, je ne pense pas que j’aurais démissionné pour cette raison, il y a tout de même des choses plus importantes dans la gestion d’une ville".

La décision du Conseil constitutionnel confirme la circulaire du ministre de l’Intérieur Manuel Valls, datant du 13 juin. Celle-ci rappelle que les élus refusant de célébrer un mariage gay risquent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. Avant que les Sages ne tranchent, le Collectif des maires pour l'enfance, opposé au mariage gay, avait déjà annoncé qu'il se tournerait vers la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) s'il n'obtenait pas satisfaction.

Première publication : 18/10/2013

  • FRANCE

    Mariage gay : les maires ne pourront pas invoquer la "clause de conscience"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un couple homosexuel franco-marocain enfin autorisé à se marier

    En savoir plus

  • FRANCE

    14-Juillet : la Tour-Eiffel aux couleurs du drapeau gay enflamme Twitter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)