Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

FRANCE

Procès du Tanit : les pirates somaliens condamnés à neuf ans de prison

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/10/2013

Après une semaine de procès, les trois Somaliens, qui comparaissaient en France pour le détournement du voilier Tanit en avril 2009 et la séquestration de cinq otages, ont été condamnés à neuf ans de réclusion criminelle.

Les trois Somaliens, accusés d’avoir pris en otage les occupants du voilier Tanit, au large de la Somalie en avril 2009, ont été condamnés à neuf ans de réclusion criminelle par la cour d'assise d'Ille-et-Vilaine (Bretagne). L'avocat général, Brigitte Ernoult-Cabot, n'a donc pas souhaité différencier les responsabilités des accusés.

Tous trois ont comparu pour "détournement de navire par violence ou menace, arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de plusieurs personnes, commis en bande organisée". L'avocat général avait requis dix à douze ans de réclusion à l'encontre des hommes qui étaient passibles de la prison à perpétuité. 

Le 4 avril 2009, les trois pirates somaliens avaient attaqué le voilier de 12 mètres, qui croisait à plus de 900 km des côtes somaliennes, avec à bord Florent Lemaçon, Chloé et leur fils Colin, trois ans et demi, ainsi que deux équipiers. Six jours plus tard, les commandos français tentaient de libérer les otages. Une opération qui s’est soldée par la mort de deux chefs pirates et du skippeur français.

Les regrets des accusés

Quatre ans après le drame, cette semaine de procès devant la cour d’assises d'Île-et-Vilaine a permis de mieux cerner la personnalité des accusés. Mohamed Mahamoud, Abdelkader Osmane Ali et Mahamoud Abdi Mohamed, âgés de 26 à 31 ans, se sont présentés comme des "exécutants" de la prise d’otages du 4 avril 2009. Des jeunes désœuvrés, affamés, qui ont cédé à la tentation d'une vie plus facile avec ce piratage, qui était "comme braquer une banque", selon l'un d'eux.

"Je n'ai jamais voulu causer la mort de quelqu'un, j'aurai préféré mourir moi-même", a assuré Mohamed. Les trois accusés ont expliqué - dans un contexte de traductions difficiles durant tout le procès - avoir été piégés par le recruteur et chef des pirates. Ils se sont sentis "redevables" envers cet homme, après que celui-ci leur eut offert nourriture, khat [drogue, NDLR] ou encore vêtements. Ce suspect n'a pas été extradé.

Toutefois, "la misère, ça ne justifie pas tout", a relevé mercredi 15 octobre l'ex-ministre de la Défense, Hervé Morin, à l'instar d'autres témoins lors de cette audience.

"Le vrai sentiment qu'une œuvre de justice a été faite"

Mais le procès a également eu le mérite d’apporter des réponses aux victimes et à leurs familles. "Mes clients sont arrivés dans cette enceinte sans aucune confiance dans la justice de leur pays", mais "ils en repartent avec le vrai sentiment qu'une œuvre de justice a été faite", a souligné, vendredi, lors de sa plaidoirie, l'avocat des parties civiles, Me Arnaud Colon de Franciosi. Il a précisé, que ses clients n'étaient pas venus au procès non pas "par vengeance" envers les trois pirates, mais "pour que les responsabilités des uns et des autres soient démontrées".

Les responsables militaires appelés à la barre ont confirmé, que la mort de Florent Lemaçon était bien due à une balle française, et qu'ils l'ont su dès la fin de l'opération commando le 10 avril 2010.

"À aucun moment, ils [mes clients, NDLR] n'ont mis en cause l'armée", a dit Me Arnaud Colon de Franciosi, rappelant qu'à "titre personnel, de nombreux militaires ont exprimé beaucoup de compassion" envers les victimes, et de l'aide "sur le plan humain".

Mais "les dirigeants de l'État français avaient pris la décision de donner une leçon aux dirigeants pirates à terre", a-t-il ajouté. "Florent Lemaçon est mort, pour moi, pour la raison d'État. On a souhaité que cette opération soit un signe très fort envers les Somaliens, les otages sont passés au second plan", a-t-il affirmé.

Avec dépêches

Première publication : 18/10/2013

  • FRANCE - SOMALIE

    Des pirates somaliens jugés pour la première fois en France

    En savoir plus

  • FRANCE - REPORTAGE

    Des pirates somaliens déracinés aux mains de la justice française

    En savoir plus

  • FRANCE

    Peines de 4 à 8 ans de prison pour cinq pirates somaliens

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)