Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

France : une rentrée politique sous le signe de la division

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux : "La loi Macron est insuffisante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : La Nouvelle-Orléans en pleine renaissance artistique

En savoir plus

FOCUS

Le secteur pharmaceutique indien entaché par des scandales

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Dix ans après Katrina, la Nouvelle-Orléans vibre à nouveau

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Delerm, l'amoureux de la vie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Peter Gumbel : "En France, les inégalités à l'école sont croissantes"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bernardino Leon : "Un accord en Libye est possible autour du 10 septembre"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort en direct"

En savoir plus

Moyen-orient

Attentat et combats près de Damas, la rébellion cible un bastion du régime

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/10/2013

La banlieue pro-régime de Jaramana a été la cible d'un attentat-suicide samedi. Au moins 16 soldats ont péri dans l'attaque et les combats qui ont suivi. Les rebelles du Front al-Nosra cherchent à s'emparer du barrage à l'entrée de la ville.

Au moins 16 soldats ont été tués samedi 19 octobre dans un attentat-suicide à la voiture piégée et des combats entre troupes du régime de Bachar al-Assad et rebelles islamistes près de Damas, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Selon l'OSDH, qui dispose d'un réseau d'informateurs sur le terrain, l'attentat-suicide a été commis à un barrage de l'armée à l'entrée de Jaramana, un faubourg de Damas peuplé majortiairement de chrétiens et de druzes et considéré comme un bastion du régime.

Toujours selon l'OSDH, l'auteur de l'attentat est issu du Front al-Nosra, un groupe rebelle affilié à Al-Qaïda, dont les combattants ont récemment été rejoints par des membres d'autres brigades rebelles dans cette bataille contre les forces de Bachar al-Assad.

Violents combats

De violents combats ont éclaté entre les deux bords à la suite de l'attentat. D'après des militants de l'opposition et des habitants, les insurgés ont tiré des roquettes sur Jaramana au cours des combats. Ils ajoutent que les forces du régime ont mené quatre raids aériens sur des quartiers proches tenus par les rebelles.

Ces combats, impliquant des rebelles islamistes, sont les plus violents aux portes de Jaramana, dans la banlieue sud-est de Damas. "Le barrage est quasiment sous le contrôle des rebelles et l'armée de l'air a lancé quatre raids sur la zone pour tenter de les repousser", a expliqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Selon lui, si les rebelles prennent le contrôle total du barrage, la ville de Jaramana, une des places fortes du régime, serait "exposée".

Avec dépêches


 

Première publication : 19/10/2013

  • Au Liban, la cohabitation avec les réfugiés syriens devient difficile

    En savoir plus

  • SYRIE

    Sept humanitaires de la Croix-Rouge enlevés dans le nord de la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Human Rights Watch accuse des rebelles syriens de "crimes contre l'humanité"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)