Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Législatives en Guinée : victoire du parti au pouvoir, l'opposition conteste

© AFP | Le président guinéen Alpha Condé

Vidéo par Sidy YANSANÉ

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/10/2013

Le parti du président guinéen Alpha Condé est arrivé en tête des législatives du 28 septembre, selon les résultats annoncés par la Commission électorale indépendante (Céni). L'opposition rejette ces résultats qu'elle juge "irréalistes".

Le parti au pouvoir du président Alpha Condé et ses alliés en Guinée ont remporté les législatives du 28 septembre, selon les résultats publiés vendredi 18 octobre à Conakry par la Commission électorale indépendante (Céni) et aussitôt rejetés par l'opposition qui les a jugés "irréalistes". Le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) du président Alpha Condé et les partis qui lui sont alliés dans une coalition "Arc-en-ciel", ont obtenu 60 des 114 sièges à l'Assemblée nationale. Le RPG obtient à lui seul 53 députés, ses alliés sept.

Les partis de l'opposition obtiennent au total 53 députés et un petit parti "centriste" un député. Le principal parti d'opposition, l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) obtient 37 députés, suivi de l'Union des forces républicaines (UFR) avec 10 députés, les autres partis de la coalition de l'opposition se partageant 7 députés. Si ces résultats sont confirmés par la Cour suprême, le RPG d'Alpha Condé va donc devoir former un gouvernement de coalition.

L'élection, combinant scrutin uninominal et proportionnel, est censé parachever la transition de la Guinée vers la démocratie et mettre fin à la période d'instabilité qu'elle connaît depuis le putsch militaire de 2008.

L'opposition dénonce des fraudes

Les résultats sont toutefois été contestés par l'opposition, qui dénonce des fraudes massives au profit du pouvoir. Peu après la publication des résultats provisoires qui doivent encore être confirmés par la Cour suprême après examen des recours, Sydia Touré, dirigeant de l'UFR et porte-parole de l'opposition, a déclaré qu'elle ne les reconnaîtrait pas.

"Nous ne reconnaîtrons pas les résultats qui ne sont pas conformes au vote de la population", a-t-elle affirmé à l'AFP, ajoutant que "les élections ont été truquées par le RPG avec des résultats qui sont complètement surréalistes". Quelques jours après le scrutin, l'opposition avait déjà demandé son annulation "pure et simple", dénonçant des "fraudes massives".

Elle avait notamment mis en cause la non prise en compte de nombreux bureaux de votes dans certaines circonscriptions, l'invalidation de milliers de votes dans des circonscriptions réputées favorables à l'opposition et, a contrario, une participation extraordinairement élevée (jusqu'à 92%) dans les fiefs du parti au pouvoir.

Retirant ses représentants des commissions de comptage des votes, elle les avait toutefois maintenus à la Céni et s'était jusqu'alors abstenue d'appeler à des manifestations qui auraient risqué de dégénérer en violences meurtrières, comme c'est régulièrement le cas en Guinée.

Crainte de violences

Cette réaction de l'opposition, si elle devait appeler à manifester dans la rue, fait craindre des violences dans un pays à l'histoire marquée par les violences politiques et militaires et la répression sanglante des manifestations.

Conscient des dangers potentiels, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, avant même la publication des résultats, a appelé vendredi "toutes les parties à maintenir le calme et à résoudre tout différend par les voies légales".

Ces législatives doivent doter la Guinée de son premier Parlement démocratiquement élu depuis l'indépendance de la France en 1958. Le scrutin du 28 septembre avait été plusieurs fois reporté depuis près de trois ans à cause de divergences entre le pouvoir et l'opposition sur son organisation.

Avec dépêches

Première publication : 19/10/2013

  • GUINÉE

    L'opposition réclame l'annulation des législatives guinéennes

    En savoir plus

  • GUINÉE

    La Guinée, sous tension, attend les résultats des législatives

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    Forte participation aux législatives guinéennes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)