Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maitres de Sanaa

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

FRANCE

À peine ouverte, l'unique mosquée de Tahiti doit garder portes closes

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/10/2013

Ouverte depuis quatre jours seulement, la première et unique mosquée de Polynésie a du rester fermée vendredi. Son inauguration a provoqué un tollé à Tahiti, mettant en lumière les craintes suscitées par l'islam sur l'île.

Quatre jours seulement après son inauguration, la première mosquée de Polynésie ouverte sur l’île de Tahiti a été contrainte, vendredi 18 octobre, de garder portes closes. L’établissement se trouve sous le coup d’une interdiction de la mairie de Papeete, pour qui ce local qui n'est "pas prévu pour recevoir du public" doit être mis aux normes. Pourtant, la présidence de la Polynésie française avait publié un communiqué le 15 octobre indiquant qu'il n'était “pas nécessaire d'obtenir une autorisation particulière.” Le texte soulignait également que "l'islam est une grande religion monothéiste".

Population hostile et xénophobie

Mais dans cette collectivité d'outre-mer où la religion musulmane est très peu connue, l'ouverture de la mosquée s'est avant tout heurtée à la vive hostilité de la population locale, mettant en lumière les craintes suscitées par l'islam en Polynésie.

Des propos très hostiles, parfois xénophobes, ont inondé les réseaux sociaux. Le site Tahiti-Infos, le premier à avoir traité de l’ouverture de la mosquée, a été contraint, pour la première fois, de fermer ses pages de commentaires sur les articles abordant le sujet. Des pétitions et appels à manifester ont également été lancés et le jeune imam de l’établissement, Hicham El Barkani, tout juste débarqué de Seine-Saint-Denis, a "reçu des menaces de mort", selon son avocat.

La Polynésie française compte seulement quelques centaines de musulmans, originaires de France, du Sénégal, de Djibouti ou encore du Maghreb. La plupart, enseignants et militaires, ne sont là que pour quelques années.

L'islam assimilé au terrorisme

De nombreuses obédiences religieuses, des sectes également, cohabitent dans une Polynésie très fervente, mais elles sont toutes d'influence chrétienne. Et l'islam est souvent assimilé dans l'île au terrorisme. La diffusion à la télévision locale d'images de femmes voilées se rendant à la mosquée, dont deux Polynésiennes, ont également alimenté les craintes. "Les vahinés à la plage, les maillots de bain, les bringues, les cheveux lâchés, tout ça c'est notre coutume, et on veut rien changer", s'alarme ainsi Heiti, employée d'une société d'assurances attenante à la mosquée.

La vague de contestation est telle que le président Gaston Flosse, dans son communiqué du 15 octobre, a dû rappeler qu’en Polynésie “de nombreux cultes cohabitent parfaitement.” “Bien que terre traditionnellement chrétienne, la Polynésie est aussi une terre accueillante, et il ne faut pas tomber dans l’islamophobie”, a-t-il ajouté.

"Ils pensent que les musulmans sont des Ben Laden, faut pas rester sur des a priori", regrette une jeune femme issue d'une famille musulmane. "La religion musulmane est pour la tolérance", assure-t-elle, en préférant toutefois rester anonyme, "par peur des réactions".

"Il faut faire la distinction entre les différentes formes d'intégrisme et ce qu'est vraiment l'islam: une grande religion avec de grandes valeurs", a déclaré Taaroanui Maraea, président de l'Église protestante. Du côté de la communauté catholique, on se montre plus circonspect. "Ce n'est pas la salle de prières qui est inquiétante, ce sont ceux qui sont venus l'installer", a commenté Monseigneur Hubert Coppenrathen, décelant chez le jeune imam "une attitude un peu conquérante". "Il faut être sur ses gardes", a-t-il ajouté.

Avec dépêches

Première publication : 19/10/2013

  • RELIGION

    Tahiti : tensions à l'ouverture de la première mosquée

    En savoir plus

  • POLYNÉSIE FRANCAISE

    Vote de l'ONU sur la Polynésie : "Le droit d’un peuple à l'indépendance, ça n’a pas de prix"

    En savoir plus

  • OUTREMER

    Polynésie : fraîchement élu, Gaston Flosse dénonce "la dictature" de l’ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)