Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Leonarda : tollé général après la proposition de François Hollande

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2013

La proposition de François Hollande d'autoriser Leonarda à rentrer seule en France suscite de vives critiques au sein de la classe politique, jusque dans le propre camp du président. L'UMP évoque un "coup terrible à l'autorité de l'État".

Loin de faire taire les critiques, la proposition de François Hollande a provoqué un tollé général et ravivé la polémique. Le président a rompu samedi 19 novembre un long silence sur l'affaire Leonarda, offrant à la collégienne de rentrer en France sans sa famille expulsée au Kosovo, un jugement de Salomon censé calmer les esprits. L'expulsion de l’adolescente rom kosovare, le 9 octobre en pleine sortie scolaire, a

suscité en effet l'émoi en France et une forte mobilisation des lycéens.

"Si elle en fait la demande, compte tenu des circonstances (...) un accueil lui sera réservé (en France), et à elle seule", a tranché le chef de l'Etat, seul face à une caméra sous les ors de la Salle des fêtes de l'Elysée.

"Le geste du président est un geste de générosité pour Leonarda mais la famille ne reviendra pas", a martelé le ministre de l'Intérieur Manuel Valls dans une interview au "JDD".

Leonarda rejette l'offre présidentielle

La proposition présidentielle a été immédiatement repoussée par l'adolescente de 15 ans depuis le Kosovo. "Je n'irai pas seule en France, je n'abandonnerai pas ma famille", a répliqué Leonarda Dibrani, soulignant qu'elle n'était "pas la seule à devoir aller à l'école" parmi ses cinq frères et sœurs expulsés avec ses parents une dizaine de jours plus tôt.

Seconde annonce présidentielle : les arrestations d'enfants dans le cadre scolaire seront désormais "prohibées" quelles qu'en soient les circonstances, à l'intérieur ou hors des établissements. Manuel Valls a aussitôt adressé samedi soir aux préfets une circulaire en ce sens. Désormais, la "protection" du cadre scolaire "s'étend au temps périscolaire et aux activités organisées par les structures destinées à l'accueil collectif des mineurs", selon le texte de cette instruction transmis à l'AFP.

Mais la démonstr

ation d'ascendant présidentiel a été mise à mal par le premier secrétaire du Pari socialiste, Harlem Désir, en personne. "Tous les enfants de la famille de Leonarda (doivent pouvoir) finir leurs études en France accompagnés de leur mère", a-t-il déclaré. Le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, qui avait "exigé" la démission de Manuel Valls, a jugé d'une "cruauté abjecte" le fait de sommer une jeune collégienne de "choisir entre vivre en famille ou revenir seule en France poursuivre ses études".

Pour le président de l'UMP Jean-François Copé, François Hollande a porté "un coup terrible à l'autorité de l'Etat". De son côté, François Fillon a "regretté l'indécision caricaturale" du chef de l'État, qui "à force de chercher des synthèses apparaît ambigu face à l'immigration irrégulière et lâche par rapport à une adolescente condamnée à choisir entre la France et sa famille".

Décision "discrétionnaire" de l'Élysée

La décision "discrétionnaire" du président relève d'un "choix humanitaire", oppose-t-on à l'Elysée où l'on juge "extravagante" l'avalanche de critiques. Quant au silence prolongé du chef de l'État, il serait l'expression d'une "volonté de rester maître de son calendrier".

Autre argument avancé par la présidence : un retour de toute la famille en France reviendrait à "s'assoir sur les décisions de justice" qui ont autorisé son expulsion.

Ce nouveau couac de la majorité rappelle l'annonce du plan de "moralisation de la vie publique" après l'affaire Cahuzac, quand ces mesures solennellement annoncées par François Hollande depuis l'Élysée se sont heurtées aux critiques du président socialiste de l'Assemblée nationale Claude Bartolone.

Avec dépêches

Première publication : 20/10/2013

  • FRANCE

    Et si Leonarda payait le comportement de son père ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande : Leonarda autorisée à revenir en France, mais seule

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'expulsion de Leonarda conforme au droit, selon le rapport d'enquête

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)