Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Leonarda : tollé général après la proposition de François Hollande

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2013

La proposition de François Hollande d'autoriser Leonarda à rentrer seule en France suscite de vives critiques au sein de la classe politique, jusque dans le propre camp du président. L'UMP évoque un "coup terrible à l'autorité de l'État".

Loin de faire taire les critiques, la proposition de François Hollande a provoqué un tollé général et ravivé la polémique. Le président a rompu samedi 19 novembre un long silence sur l'affaire Leonarda, offrant à la collégienne de rentrer en France sans sa famille expulsée au Kosovo, un jugement de Salomon censé calmer les esprits. L'expulsion de l’adolescente rom kosovare, le 9 octobre en pleine sortie scolaire, a

suscité en effet l'émoi en France et une forte mobilisation des lycéens.

"Si elle en fait la demande, compte tenu des circonstances (...) un accueil lui sera réservé (en France), et à elle seule", a tranché le chef de l'Etat, seul face à une caméra sous les ors de la Salle des fêtes de l'Elysée.

"Le geste du président est un geste de générosité pour Leonarda mais la famille ne reviendra pas", a martelé le ministre de l'Intérieur Manuel Valls dans une interview au "JDD".

Leonarda rejette l'offre présidentielle

La proposition présidentielle a été immédiatement repoussée par l'adolescente de 15 ans depuis le Kosovo. "Je n'irai pas seule en France, je n'abandonnerai pas ma famille", a répliqué Leonarda Dibrani, soulignant qu'elle n'était "pas la seule à devoir aller à l'école" parmi ses cinq frères et sœurs expulsés avec ses parents une dizaine de jours plus tôt.

Seconde annonce présidentielle : les arrestations d'enfants dans le cadre scolaire seront désormais "prohibées" quelles qu'en soient les circonstances, à l'intérieur ou hors des établissements. Manuel Valls a aussitôt adressé samedi soir aux préfets une circulaire en ce sens. Désormais, la "protection" du cadre scolaire "s'étend au temps périscolaire et aux activités organisées par les structures destinées à l'accueil collectif des mineurs", selon le texte de cette instruction transmis à l'AFP.

Mais la démonstr

ation d'ascendant présidentiel a été mise à mal par le premier secrétaire du Pari socialiste, Harlem Désir, en personne. "Tous les enfants de la famille de Leonarda (doivent pouvoir) finir leurs études en France accompagnés de leur mère", a-t-il déclaré. Le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, qui avait "exigé" la démission de Manuel Valls, a jugé d'une "cruauté abjecte" le fait de sommer une jeune collégienne de "choisir entre vivre en famille ou revenir seule en France poursuivre ses études".

Pour le président de l'UMP Jean-François Copé, François Hollande a porté "un coup terrible à l'autorité de l'Etat". De son côté, François Fillon a "regretté l'indécision caricaturale" du chef de l'État, qui "à force de chercher des synthèses apparaît ambigu face à l'immigration irrégulière et lâche par rapport à une adolescente condamnée à choisir entre la France et sa famille".

Décision "discrétionnaire" de l'Élysée

La décision "discrétionnaire" du président relève d'un "choix humanitaire", oppose-t-on à l'Elysée où l'on juge "extravagante" l'avalanche de critiques. Quant au silence prolongé du chef de l'État, il serait l'expression d'une "volonté de rester maître de son calendrier".

Autre argument avancé par la présidence : un retour de toute la famille en France reviendrait à "s'assoir sur les décisions de justice" qui ont autorisé son expulsion.

Ce nouveau couac de la majorité rappelle l'annonce du plan de "moralisation de la vie publique" après l'affaire Cahuzac, quand ces mesures solennellement annoncées par François Hollande depuis l'Élysée se sont heurtées aux critiques du président socialiste de l'Assemblée nationale Claude Bartolone.

Avec dépêches

Première publication : 20/10/2013

  • FRANCE

    Et si Leonarda payait le comportement de son père ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande : Leonarda autorisée à revenir en France, mais seule

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'expulsion de Leonarda conforme au droit, selon le rapport d'enquête

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)