Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : le président conteste sa destitution par les députés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"FIFA nostra"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fifagate

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Retour sur le palmarès du Festival de Cannes

En savoir plus

FOCUS

Migrants en Asie du Sud-Est : la traque des trafiquants en Thaïlande

En savoir plus

FACE À FACE

Failles et dysfonctionnements dans la protection du président Hollande

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Cisjordanie : le village de Nabi Saleh face à l'occupation

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations, Paris suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : où en est la transition politique ? (partie 1)

En savoir plus

Culture

Georges Descrières, alias "Arsène Lupin", est mort

© AFP | Georges Descrières en "Arsène Lupin", le 1er mai 1973 à Étretat

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2013

L'un des interprètes les plus connus d'Arsène Lupin, Georges Descrières, est décédé samedi matin à Cannes, à l'âge de 83 ans, des suites d'une longue maladie. Il fut le plus jeune doyen de la Comédie Française.

Le comédien Georges Descrières, qui incarna avec succès Arsène Lupin à la télévision, est décédé samedi à l'âge de 83 ans à Cannes (Alpes-Maritimes), a annoncé dimanche à l'AFP son agent, confirmant une information du Point

De formation classique, Georges Descrières est devenu populaire pour son rôle dans les aventures du gentleman cambrioleur, diffusées sur la 2e chaîne entre 1971 et 1974.

Né le 15 avril 1930 à Bordeaux, de son vrai nom Georges Bergé -il a pris le nom de jeune de fille de sa mère-, ce passionné de théâtre a été doyen de la Comédie-Française, mais il restera surtout célèbre, aux yeux du grand public, pour avoir incarné le héros justicier créé par l'écrivain Maurice Leblanc. Ce rôle fait de lui une véritable star et la chanson de Jacques Dutronc composée pour le générique, "Gentleman cambrioleur", est restée dans les mémoires.

"A l'époque où le feuilleton passait à la télévision, je recevais des lettres d'hommes et de femmes me demandant d'intervenir pour que leur pension leur soit payée. Comme si j'étais réellement le justicier Lupin", racontait-il dans France Soir en 1985 en confiant que plus d'une vingtaine de comédiens avaient été sur les rangs pour incarner son personnage, dont Jean-Paul Belmondo, Jean Rochefort et Jean Piat.

Elégant et distingué -il reçoit en 1968 le prix de "l'élégance masculine"-, ce lauréat de deux premiers prix au Conservatoire de Bordeaux et de deux seconds prix au Conservatoire d'art dramatique de Paris, entre en 1955 dans la Maison de Molière, où il est nommé sociétaire en 1958 puis doyen en 1979.

Il y interprète de grands premiers rôles du répertoire, comme le comte Almaviva dans "Le Mariage de Figaro", le duc de Guiche dans "Cyrano de Bergerac", le "Dom Juan" de Molière ou encore "Le Prince travesti" de Marivaux. Il joue aussi bien la tragédie -Pyrrhus dans "Andromaque"- que le vaudeville: "La Puce à l'oreille" de Feydeau.

Parallèlement, le comédien mène une carrière à la télévision et au cinéma, jouant notamment dans les films "Le Rouge et le noir" (1954) et "Les Trois mousquetaires" (1961), où il incarne Athos.

Retiré dans le Midi à la fin des années 80, il crée et dirige le conservatoire de théâtre de Grasse.

Il a été marié à la comédienne Geneviève Brunet et il est le père de Sylvia Bergé, elle aussi sociétaire de la Comédie-Française.

Georges Descrières était officier de la Légion d'honneur et grand officier de l'ordre national du Mérite.

"La date de ses funérailles sera communiquée un peu plus tard, elles auront probablement lieu mercredi ou jeudi prochains", a déclaré à l'AFP son agent Jean-Pierre Noël. 

AFP

Première publication : 20/10/2013

  • PATRIMOINE FRANÇAIS

    Le plus vieux cinéma du monde renaît de ses cendres à La Ciotat

    En savoir plus

  • CULTURE

    Le metteur en scène Patrice Chéreau est mort à l'âge de 68 ans

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    Olivier Py : "Avignon ne doit pas être le festival de quelques privilégiés"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)