Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

SPORT

"Un grand Barça" domine le PSG Handball

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 20/10/2013

Le FC Barcelone s’est imposé à Paris face au PSG Handball (33-29) à l’occasion de la 4e journée de la Ligue des champions. Les coéquipiers de Nikola Karabatic ont fait la différence en début de seconde période pour prendre définitivement l’avantage.

Le Paris Saint-Germain Handball a réussi à tenir pendant une mi-temps la dragée haute au dernier finaliste de la Ligue des champions, le FC Barcelone. Le club de la capitale a montré pendant trente minutes qu'il était capable d'évoluer à un très haut niveau. Mais les coéquipiers de Daniel Narcisse étaient en surrégime, face à des Blaugrana plus forts collectivement car habitués à jouer ensemble depuis de longues années (29-33).

"Le Barça, c’est plus de 30 ans de culture de jeu, explique ainsi l’entraîneur parisien Philippe Gardent. Les joueurs jouent ensemble depuis longtemps. Ils sont très réguliers et ne paniquent pas. Nous, on a un an et demi d’existence, douze nouveaux joueurs et on essaye de mettre les choses en places. Mais on ne peut pas se contenter de cela."

"On n'a pas paniqué"

Le champion de France a pris le meilleur départ, sous l'impulsion du gardien Patrice Annonay, auteur de cinq arrêts dans les six premières minutes, et du double champion olympique Daniel Narcisse. Mais, fort de son expérience, le champion d’Espagne n'a pas paniqué. Nikola Karabatic a pris les choses en mains en attaque, pour permettre aux Catalans de recoller à la mi-temps (17-17).

"La 1ère mi-temps a été tendue. On se l’ai rendu difficile, mais on n’a pas paniqué", a déclaré Karabatic à l’issue du match au micro de FRANCE 24. "On a su revenir. On s’est appliqué et on a joué notre jeu en se basant sur une bonne défense." Une muraille défensive impressionnante sur laquelle les joueurs parisiens se sont heurtés en 2e mi-temps.

"Il nous manque ce liant qu’ils ont pendant 60 minutes. On apprend, on n’est pas loin", analyse Patrice Annonay. "On s’est un peu désintégré à la reprise", déplorait de son côté Philippe Gardent. "On est intermittent, c’est le symptôme d’une équipe qui se construit. Mais on est tombé sur une équipe de Barcelone qui a fait un très bon match. C’était un grand Barça."

Contraint aux exploits individuels, les coéquipiers du virevoltant Luc Abalo ont concédé un 7-2 en neuf minutes (23-19, 39e), le club blaugrana profitant au passage de l'exclusion définitive de Jakov Gojun, pour trois sanctions de deux minutes. Le Barça a ensuite déroulé, ne laissant jamais Paris revenir à moins de quatre buts.

"L'ambition de prendre la 2e place"

"C’était un beau match. On a fait de belles choses, même si cela n’a pas duré une heure", a confié Luc Abalo sitôt le match terminé. "Il faut retenir ça et continuer à travailler."

Cette défaite (29-33) complique la tâche des Parisiens en vue de la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Le PSG Handball est 5e du groupe C dominé par le Barça et va devoir se reprendre pour finir dans les quatre premiers et se qualifier pour la suite de la compétition.

"On a l’ambition de prendre la 2e place du groupe", espère pourtant Philippe Gardent. "On est en train d’écrire notre histoire. On est gourmand et pressé et on veut apprendre plus rapidement que la normale. Des fois on a envie de bruler des étapes, mais je ne suis pas sur que cela soit toujours la bonne chose. Cela va être compliqué de se hisser au niveau du Barça dès cette année, mais on y croit. On est ambitieux, pas prétentieux."

Première publication : 21/10/2013

  • LIGUE DES CHAMPIONS

    Le PSG Handball s'incline face au FC Barcelone

    En savoir plus

  • LIGUE DES CHAMPIONS

    PSG Handball - FC Barcelone : la piste aux étoiles

    En savoir plus

  • HANDBALL

    Le PSG Handball, l’autre pari du Qatar

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)