Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

Amériques

Le Brésil vend les droits d'exploitation du gisement Libra

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2013

Un consortium, dominé par le brésilien Petrobras, a remporté l'enchère pour exploiter la plus grande réserve pétrolière pré-salifère du Brésil, le champ de Libra. L'État brésilien récupèrera plus de 41 % de la production du gisement.

Le Brésil a cédé, lundi 21 octobre, les droits de production attachés au développement du gisement marin de pétrole, Libra, à un consortium emmené par la compagnie publique Petroleo Brasileiro (Petrobras).

Petrobras a pris une participation de plus de 40 % dans le gisement, soit 10 % au-dessus du minimum légal. Le français Total et le néerlandais Royal Dutch Shell détiendront chacun 20 %. Les chinois China National Petroleum et CNOOC se partageront à égalité les 20 % restants.

Ce consortium a été le seul à présenter une offre, qui cédait les 41,65% de pétrole exigés par le gouvernemcent brésilien, pour exploiter ce champ, dont les réserves gigantesques sont estimées entre 8 à 12 milliards de barils de brut.

Avec dépêches

Première publication : 21/10/2013

  • PÉTROLE

    Le Brésilien Petrobras finalise sa levée de fonds historique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)