Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Netanyahou à Washington : une visite controversée

En savoir plus

SUR LE NET

La police de Los Angeles accusée d'avoir tué un sans-abri

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les milliardaires, toujours plus nombreux

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le show Netanyahou"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, bonne et mauvaise élève"

En savoir plus

Amériques

Le Brésil vend les droits d'exploitation du gisement Libra

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2013

Un consortium, dominé par le brésilien Petrobras, a remporté l'enchère pour exploiter la plus grande réserve pétrolière pré-salifère du Brésil, le champ de Libra. L'État brésilien récupèrera plus de 41 % de la production du gisement.

Le Brésil a cédé, lundi 21 octobre, les droits de production attachés au développement du gisement marin de pétrole, Libra, à un consortium emmené par la compagnie publique Petroleo Brasileiro (Petrobras).

Petrobras a pris une participation de plus de 40 % dans le gisement, soit 10 % au-dessus du minimum légal. Le français Total et le néerlandais Royal Dutch Shell détiendront chacun 20 %. Les chinois China National Petroleum et CNOOC se partageront à égalité les 20 % restants.

Ce consortium a été le seul à présenter une offre, qui cédait les 41,65% de pétrole exigés par le gouvernemcent brésilien, pour exploiter ce champ, dont les réserves gigantesques sont estimées entre 8 à 12 milliards de barils de brut.

Avec dépêches

Première publication : 21/10/2013

  • PÉTROLE

    Le Brésilien Petrobras finalise sa levée de fonds historique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)