Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Amériques

Barack Obama "frustré" par les pannes du site Internet de l'Obamacare

© capture d'écran du site healthcare.gov

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2013

Le site Internet de l'Obamacare, permettant aux Américains de souscrire à une assurance maladie, rencontre d’importants bugs depuis son lancement. Barack Obama, "frustré", se veut rassurant, affirmant que les problèmes seront réglés.

L’administration Obama a affirmé, dimanche 20 octobre, avoir appelé à l'aide de nouveaux experts informatiques pour venir à bout du bug, qui paralyse son site Internet dédié à l’"Obamacare". Face aux inquiétudes et aux critiques, le président américain a affirmé, lundi, que les problèmes du site sont "en phase d'être réglés", soulignant par la même occasion, que "la réforme ne se résume pas seulement à un site Internet".

Depuis son ouverture, il y a trois semaines, le site du gouvernement fédéral, Healthcare.gov, mis en place pour gérer les adhésions aux mutuelles universelles, est en effet miné par des problèmes de connexion et des ralentissements. Selon les prévisions du bureau du Budget du Congrès, quelque sept millions d’Américains devraient être capables de souscrire à une assurance maladie dès 2014, via cette plateforme.

Lors d'une allocution à la Maison Blanche, Barack Obama a admis que "le site ne fonctionnait pas aussi bien qu'il le devrait", mais a assuré que "chaque Américain ayant rencontré des problèmes sera contacté personnellement". Il a en outre rappelé aux demandeurs qu'il y avait d'autres moyens de souscrire à l'"Obamacare".

"Personne n'est plus en colère que moi", a-t-il déclaré dans les jardins de la Maison Blanche. "Cela signifie que ces problèmes seront bientôt réglés."

"Un échec énorme"

Le lancement du site a été "un échec énorme", a estimé Bob Laszewski, consultant spécialisé dans l'industrie et le marché de la santé. "D'après mes estimations, au cours des deux premières semaines, seuls 10 000 Américains se sont inscrits, dans les 36 États dans lesquels le site Internet est géré par le gouvernement fédéral", a-t-il expliqué à l'AFP.

Les 14 autres États du pays ont adopté une gestion locale, via leurs propres sites Internet. Dans ces derniers, quelque 185 000 personnes avaient pu souscrire mercredi une assurance, selon des estimations du Washington Post.

Un demi-million d'Américains déjà inscrits

"Le site Internet est inacceptable, et nous travaillons à l'améliorer, mais le produit est bon et les Américains vont avoir accès à un système de santé abordable à partir du 1er janvier", a pour sa part déclaré un responsable de l’administration du président. "Nous allons travailler dur pendant les six prochains mois pour être sûr de répondre à toutes les attentes", a-t-il ajouté.

Ce mauvais départ est compensé par l’annonce du nombre d’inscrits. Depuis la signature de la loi par le président américain, près d'un demi-million d'Américains se sont déjà inscrits à ce nouveau système d'assurance-santé.

Le jour même du lancement du site, Barack Obama, lui, rappelait le lancement récent du nouveau système d'exploitation pour mobiles d'Apple : "au bout de quelques jours, ils ont trouvé un bug, qu'ils ont donc réparé. Je ne me rappelle pas que quiconque ait suggéré à Apple d'arrêter de vendre des iPhones ou des iPads ou de faire fermer le groupe s'il ne le faisait pas".

Avec dépêches

Première publication : 21/10/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Impasse budgétaire : Obama se dit "exaspéré" par le camp républicain

    En savoir plus

  • BUDGET AMÉRICAIN

    Les États-Unis au bord de la paralysie budgétaire

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Après des années de bataille législative, "Obamacare" entre en vigueur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)