Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

SPORT

Mondial-2014 : l’Ukraine, un barragiste maudit à la portée des Bleus

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 21/10/2013

La France a hérité de l'Ukraine, lundi à Zurich, lors du tirage au sort des barrages pour le Mondial-2014. Radiographie d’un adversaire, qui semble à la portée des Bleus.

Jamais. Depuis la création de la Fédération de football d'Ukraine en 1991, la France n'a jamais perdu contre ce pays, qu’elle affrontera de nouveau lors des barrages du Mondial-2014, les 15 et 19 novembre. Avec quatre défaites et trois nuls, pour trois buts inscrits contre 11 encaissés, les Ukrainiens n’ont en effet jamais réussi à désarçonner les Bleus.

Cette statistique a de quoi rassurer les Français, qui redoutaient de tomber sur le Portugal ou la Croatie. En héritant de l’Ukraine, la plus modeste des quatre têtes de série, la France se retrouve dans la position du favori, selon la plupart des commentateurs, d’autant plus que le match retour aura lieu à Saint-Denis. "Les Bleus n'ont pas à se plaindre", titre par exemple le site de "L’Équipe", le premier quotidien sportif français.
 
La malédiction des barrages
 
Deuxième de son groupe à un point de l'Angleterre, avec six victoires, trois nuls dont deux contre les Anglais, et une défaite, l’Ukraine [20e au classement FIFA], est certes sur une bonne dynamique. Malgré une solidité certaine, elle n’est pas pour autant une équipe si redoutable. D’autant plus qu’une sorte de malédiction poursuit cette sélection, battue lors des barrages du Mondial-1998, de l'Euro-2000, du Mondial-2002 et du Mondial-2010.
 
De facto, elle n’a donc pas une grande expérience des compétitions internationales, avec une seule participation au Mondial-2006 [quart de finalistes] et l’Euro-2012, pour lequel elle était directement qualifiée en tant que pays co-organisateur. Les Ukrainiens avaient d’ailleurs été battus sur leur sol par les Bleus, alors dirigés par Laurent Blanc, en poule de l'Euro-2012 (2-0).
 
Yarmolenko, le danger numéro 1
 
Depuis cette confrontation, l’Ukraine a beaucoup changé. Son nouveau sélectionneur, Mikhail Fomenko, qui présente un bilan de huit victoires et deux nuls en dix matches, a pris le pari de rajeunir une sélection, qui dépendait quasi-exclusivement de la star mondiale et Ballon d’or 2004, Andreï Chevtchenko.
 
Le buteur-né a pris sa retraite en 2012, et mis à part, Anatoly Timouchtchouk, l'ex-joueur du Bayern Munich, tous les joueurs de la sélection jouent au pays, notamment au Shakhtar Donetsk et au Dynamo Kiev, les deux clubs phares ukrainiens. Seul Andreï Yarmolenko, auteur à 23 ans de 12 buts en 36 sélections, semble sortir du lot, grâce à ses accélérations fulgurantes sur le côté droit.
 
"Maintenant nous allons collecter des informations sur l'équipe de France, étudier leurs points forts et leurs points faibles pour préparer ces matches de la meilleure manière possible", a déclaré après le tirage au sort Mikhail Fomenko, le sélectionneur ukrainien. Et de conclure : "on ne devrait pas avoir peur de qui ou de quoi que ce soit; ceux qui ont peur sont ceux qui ne gagnent rien en général". Verdict le 19 novembre.

 Avec dépêches

Première publication : 21/10/2013

  • FOOTBALL

    Mondial-2014 : la France affrontera l'Ukraine en barrages

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Barrages Mondial-2014 : la France veut "éviter le Portugal"

    En savoir plus

  • ÉLIMINATOIRES MONDIAL-2014

    Place aux barrages pour les Bleus victorieux de la Finlande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)