Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

Amériques

Washington relance son aide antiterroriste au Pakistan

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2013

Au cours d'une visite du Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif à Washington, les États-Unis ont annoncé leur intention de reprendre leur aide antiterroriste à Islamabad, qu'ils avaient interrompue après le raid contre Ben Laden, en 2011.

Ils avaient cessé d’aider financièrement le Pakistan après le raid contre Oussama Ben Laden en 2011. Après deux ans d’interruption, les États-Unis devraient à nouveau financer Islamabad pour sa lutte antiterroriste. Une aide à hauteur de 300 millions de dollars que réclame le Pakistan pour gérer l’insurrection islamiste qui sévit dans le nord-ouest du pays.

"Au cours de l'été passé, le département d'État a notifié au Congrès comment il comptait financer certains programmes au Pakistan (...) dans le cadre d'un long processus de redémarrage de notre assistance en matière de sécurité", d'une valeur de 305 millions de dollars annuels, a expliqué une porte-parole du ministère, Marie Harf, dans un courrier électronique à l'AFP.

Cette dernière s'exprimait à l’heure où son ministre des Affaires étrangères John Kerry recevait le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, lequel doit aussi rencontrer le président Barack Obama mercredi 23 octobre à la Maison Blanche.

Un budget 2014 d’un montant de 1 162 milliards de dollars

Au total, "pour l'année budgétaire 2014, le président [américain] a demandé au Congrès une aide étrangère au Pakistan d'un montant de 1 162 milliard de dollars, dont 857 millions d'aide civile et 305 millions d'assistance sécuritaire", a détaillé la porte-parole du département d'État. Pour rappel, l’apport financier pour l’aide civile au Pakistan ne s’est, elle, jamais interrompue.

Nawaz Sharif a entamé dimanche soir une visite historique aux États-Unis où il va discuter des négociations de paix en Afghanistan, des tirs de drones américains au Pakistan et de la collaboration économique entre ces deux pays aux relations tortueuses.

Leur entente était tombée au plus bas dans la foulée du raid unilatéral en mai 2011 d'un commando américain contre le chef d'Al-Qaïda au nord d'Islamabad.

Depuis son retour au pouvoir, Nawaz Sharif - il a dirigé le gouvernement pakistanais à deux reprises dans les années 1990 - a multiplié les signes de détente avec les États-Unis, au moment où les deux pays veulent s'assurer d'un Afghanistan stable après le retrait des forces de l'Otan à la fin 2014. Il faut dire que le vainqueur des législatives ne peut se passer de l’aide de son allié américain qui bombarde régulièrement le nord-ouest du pays à l’aide de drones.

Avec dépêches
 

Première publication : 21/10/2013

  • PAKISTAN

    Attentat dans le nord du Pakistan, un ministre de province parmi les victimes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Malala Yousafzaï a exprimé à Barack Obama ses inquiétudes sur les drones

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Washington annonce la capture d'un chef taliban pakistanais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)