Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Shimon Peres à FRANCE 24 : "nous voulons que l’Iran cesse d’être une menace"

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2013

Le président israélien Shimon Peres a reçu FRANCE 24 dans son bureau de Jérusalem, pour s'exprimer sur le nucléaire iranien, la crise syrienne, et la question palestinienne. Entretien.

Dans un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, à Jérusalem, le président israélien Shimon Peres s’est exprimé sur les dossiers régionaux clés pour son pays, que sont le nucléaire iranien, la crise syrienne, et la question palestinienne.

"Je ne suis pas certain qu’une solution diplomatique sera trouvée au problème du nucléaire iranien, car il y a encore un écart entre les positions de chaque partie", a notamment déclaré le président de l’État hébreu. Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de cacher un volet militaire sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que le régime iranien dément. "Nous voulons que l’Iran cesse d’être une menace", a-t-il déclaré. L'arrivée cet été à la présidence du modéré Hassan Rohani a provoqué un début de dégel avec les capitales occidentales, laissant planer, chez les plus optimistes, l'espoir d'une solution pacifique.

Rohani "n’est pas le seul à prendre des décisions"

"Il y a eu une évolution [de la position iranienne, NDLR], mais je pense que ce changement s’est produit en raison des sanctions économiques", a déclaré Shimon Peres. Le président israélien cite l’exemple de l’Afrique du Sud, "qui a abandonné son programme nucléaire à cause des sanctions", laissant entendre, que celles imposées par la communauté internationale sont en train de porter leur fruits. "J’aimerais qu’elles suffisent pour le cas iranien, car personne ne veut la guerre", a-t-il indiqué.

Concernant le ton conciliant employé par le président iranien Hassan Rohani avec les Occidentaux, Shimon Peres se montre pour le moins sceptique. "Je pense qu’il a été élu à cause des sanctions, et parce que les Iraniens veulent du changement, et que lui-même voudrait du changement, mais il n’est pas le seul à prendre des décisions, ajoute-t-il. Il existe en Iran des institutions qui continuent de susciter chez moi certains doutes, en particulier les Gardiens de la révolution [l'armée d'élite de la République islamique, NDLR], qui sont chargés d’organiser la terreur".

"Assad n’est plus un leader", Abbas "un homme sérieux"

Sur la crise syrienne, Shimon Peres a affirmé qu’il ne considérait plus le président Bachar al-Assad "comme un leader", car "il a brisé son peuple". Selon le chef de l’État israélien, il existe trois Syrie, l’une dirigée par les Kurdes dans le nord du pays, une autre aux mains des rebelles, et enfin une dernière contrôlée par Bachar al-Assad. "[Le président syrien] continue à tuer, je ne pense pas qu’il ait la possibilité, et les moyens de gouverner son pays comme avant", a-t-il asséné.

Enfin, sur le processus de paix avec les Palestiniens, relancé fin juillet sous l'égide des États-Unis, Shimon Peres a affirmé "qu’il faut négocier de la manière la plus sérieuse" avec le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas. "C’est un homme sérieux, je pense qu’il veut vraiment la paix, et je crois qu’il veut que sa vie s’achève avec la création d’un État palestinien", a-t-il confié.
 

Première publication : 21/10/2013

  • DIPLOMATIE

    Hollande assure Israël de "sa fermeté" sur l'Iran

    En savoir plus

  • ENTRETIEN EXCLUSIF

    EXCLUSIF - Netanyahou à Hollande : "restez fort, très fort" sur l'Iran

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Vingt ans après, que reste-t-il des accords d’Oslo ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)