Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Moyen-orient

Shimon Peres à FRANCE 24 : "nous voulons que l’Iran cesse d’être une menace"

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2013

Le président israélien Shimon Peres a reçu FRANCE 24 dans son bureau de Jérusalem, pour s'exprimer sur le nucléaire iranien, la crise syrienne, et la question palestinienne. Entretien.

Dans un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, à Jérusalem, le président israélien Shimon Peres s’est exprimé sur les dossiers régionaux clés pour son pays, que sont le nucléaire iranien, la crise syrienne, et la question palestinienne.

"Je ne suis pas certain qu’une solution diplomatique sera trouvée au problème du nucléaire iranien, car il y a encore un écart entre les positions de chaque partie", a notamment déclaré le président de l’État hébreu. Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de cacher un volet militaire sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que le régime iranien dément. "Nous voulons que l’Iran cesse d’être une menace", a-t-il déclaré. L'arrivée cet été à la présidence du modéré Hassan Rohani a provoqué un début de dégel avec les capitales occidentales, laissant planer, chez les plus optimistes, l'espoir d'une solution pacifique.

Rohani "n’est pas le seul à prendre des décisions"

"Il y a eu une évolution [de la position iranienne, NDLR], mais je pense que ce changement s’est produit en raison des sanctions économiques", a déclaré Shimon Peres. Le président israélien cite l’exemple de l’Afrique du Sud, "qui a abandonné son programme nucléaire à cause des sanctions", laissant entendre, que celles imposées par la communauté internationale sont en train de porter leur fruits. "J’aimerais qu’elles suffisent pour le cas iranien, car personne ne veut la guerre", a-t-il indiqué.

Concernant le ton conciliant employé par le président iranien Hassan Rohani avec les Occidentaux, Shimon Peres se montre pour le moins sceptique. "Je pense qu’il a été élu à cause des sanctions, et parce que les Iraniens veulent du changement, et que lui-même voudrait du changement, mais il n’est pas le seul à prendre des décisions, ajoute-t-il. Il existe en Iran des institutions qui continuent de susciter chez moi certains doutes, en particulier les Gardiens de la révolution [l'armée d'élite de la République islamique, NDLR], qui sont chargés d’organiser la terreur".

"Assad n’est plus un leader", Abbas "un homme sérieux"

Sur la crise syrienne, Shimon Peres a affirmé qu’il ne considérait plus le président Bachar al-Assad "comme un leader", car "il a brisé son peuple". Selon le chef de l’État israélien, il existe trois Syrie, l’une dirigée par les Kurdes dans le nord du pays, une autre aux mains des rebelles, et enfin une dernière contrôlée par Bachar al-Assad. "[Le président syrien] continue à tuer, je ne pense pas qu’il ait la possibilité, et les moyens de gouverner son pays comme avant", a-t-il asséné.

Enfin, sur le processus de paix avec les Palestiniens, relancé fin juillet sous l'égide des États-Unis, Shimon Peres a affirmé "qu’il faut négocier de la manière la plus sérieuse" avec le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas. "C’est un homme sérieux, je pense qu’il veut vraiment la paix, et je crois qu’il veut que sa vie s’achève avec la création d’un État palestinien", a-t-il confié.
 

Première publication : 21/10/2013

  • DIPLOMATIE

    Hollande assure Israël de "sa fermeté" sur l'Iran

    En savoir plus

  • ENTRETIEN EXCLUSIF

    EXCLUSIF - Netanyahou à Hollande : "restez fort, très fort" sur l'Iran

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Vingt ans après, que reste-t-il des accords d’Oslo ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)