Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

Moyen-orient

Shimon Peres à FRANCE 24 : "nous voulons que l’Iran cesse d’être une menace"

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2013

Le président israélien Shimon Peres a reçu FRANCE 24 dans son bureau de Jérusalem, pour s'exprimer sur le nucléaire iranien, la crise syrienne, et la question palestinienne. Entretien.

Dans un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, à Jérusalem, le président israélien Shimon Peres s’est exprimé sur les dossiers régionaux clés pour son pays, que sont le nucléaire iranien, la crise syrienne, et la question palestinienne.

"Je ne suis pas certain qu’une solution diplomatique sera trouvée au problème du nucléaire iranien, car il y a encore un écart entre les positions de chaque partie", a notamment déclaré le président de l’État hébreu. Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de cacher un volet militaire sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que le régime iranien dément. "Nous voulons que l’Iran cesse d’être une menace", a-t-il déclaré. L'arrivée cet été à la présidence du modéré Hassan Rohani a provoqué un début de dégel avec les capitales occidentales, laissant planer, chez les plus optimistes, l'espoir d'une solution pacifique.

Rohani "n’est pas le seul à prendre des décisions"

"Il y a eu une évolution [de la position iranienne, NDLR], mais je pense que ce changement s’est produit en raison des sanctions économiques", a déclaré Shimon Peres. Le président israélien cite l’exemple de l’Afrique du Sud, "qui a abandonné son programme nucléaire à cause des sanctions", laissant entendre, que celles imposées par la communauté internationale sont en train de porter leur fruits. "J’aimerais qu’elles suffisent pour le cas iranien, car personne ne veut la guerre", a-t-il indiqué.

Concernant le ton conciliant employé par le président iranien Hassan Rohani avec les Occidentaux, Shimon Peres se montre pour le moins sceptique. "Je pense qu’il a été élu à cause des sanctions, et parce que les Iraniens veulent du changement, et que lui-même voudrait du changement, mais il n’est pas le seul à prendre des décisions, ajoute-t-il. Il existe en Iran des institutions qui continuent de susciter chez moi certains doutes, en particulier les Gardiens de la révolution [l'armée d'élite de la République islamique, NDLR], qui sont chargés d’organiser la terreur".

"Assad n’est plus un leader", Abbas "un homme sérieux"

Sur la crise syrienne, Shimon Peres a affirmé qu’il ne considérait plus le président Bachar al-Assad "comme un leader", car "il a brisé son peuple". Selon le chef de l’État israélien, il existe trois Syrie, l’une dirigée par les Kurdes dans le nord du pays, une autre aux mains des rebelles, et enfin une dernière contrôlée par Bachar al-Assad. "[Le président syrien] continue à tuer, je ne pense pas qu’il ait la possibilité, et les moyens de gouverner son pays comme avant", a-t-il asséné.

Enfin, sur le processus de paix avec les Palestiniens, relancé fin juillet sous l'égide des États-Unis, Shimon Peres a affirmé "qu’il faut négocier de la manière la plus sérieuse" avec le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas. "C’est un homme sérieux, je pense qu’il veut vraiment la paix, et je crois qu’il veut que sa vie s’achève avec la création d’un État palestinien", a-t-il confié.
 

Première publication : 21/10/2013

  • DIPLOMATIE

    Hollande assure Israël de "sa fermeté" sur l'Iran

    En savoir plus

  • ENTRETIEN EXCLUSIF

    EXCLUSIF - Netanyahou à Hollande : "restez fort, très fort" sur l'Iran

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Vingt ans après, que reste-t-il des accords d’Oslo ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)