Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Une partie des comptes de campagne de Marine Le Pen non remboursée

© AFP

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 23/10/2013

Le Front national s’est vu refuser 700 000 euros de remboursements sur ses comptes de campagne pour l’élection présidentielle de 2012. Pour le numéro deux du FN, intégrer toutes les dépenses reflète la volonté de transparence du parti.

C'est ce qui s'appelle se faire épingler. Le Front national (FN) s'est vu refuser le remboursement de près de 700 000 euros de dépenses de la campagne présidentielle de Marine Le Pen, selon la Commission des comptes de campagne et des financements politiques (CCNCCPF), confirmant ainsi un article paru mercredi 23 octobre dans "Le Canard enchaîné".

Contrairement au président sortant, Nicolas Sarkozy, dont les comptes de campagne ont été entièrement invalidés, ceux de la chef de file du parti frontiste ont été "réformés", en d'autres termes retouchés. Sur les 9 millions d'euros de facture présentés à la CCNCCPF, 7,66 % ont été rejetés en raison de leur nature.

Un hôtel quatre étoiles à Nice

Parmi les coquetteries comptables constatées par l’hebdomadaire, la facture de 102 442 euros de l’Université d’été du FN organisée à Nice les 10 et 11 septembre 2011, pourtant sans rapport avec l’élection présidentielle de 2012. La présidente du parti d’extrême droite a également présenté une note 1 363,80 euros pour deux nuits passées à l'hôtel Méridien, sis sur la célèbre Promenade des Anglais de la ville. "Pendant ce temps-là, les cadres du parti avaient le droit à l’Ibis du coin, à 80 euros la nuit. C’est bon d’être la cheffe !", ironise "Le Canard".

L’hebdomadaire évoque également une soirée mondaine organisée le 25 juin 2011 dans les jardins de la villa de Montretout, chez Jean-Marie Le Pen, pour récolter des fonds en vue de la campagne de la fille du président d'honneur du Front national. Coût de l'évènement baptisé "bal de la Marine" ? 131 173 euros.

Mais la liste ne s’arrête pas là. Alors qu’en période électorale, des officiers de police sont mis à disposition des candidats par la préfecture de police, Marine Le Pen a préféré faire appel à ses propres "agents de sécurité". Résultat : 21 105 euros défalqués de ses comptes de campagne.

Pour "Le Canard enchaîné", l’"objectif inavoué de cette tentative d’embrouille comptable" n’est rien de moins que la volonté d’"obtenir, aux frais du contribuable, un remboursement supplémentaire".

"Le respect de la loi"

Interrogé par la chaîne d'information LCI mercredi, Florian Philippot, le numéro deux du parti frontiste a nuancé cette rectification des comptes en jouant la carte de la transparence, rappelant que le FN s’était contenté de respecter la loi.

"C'est normal et c'était prévu, a affirmé le vice-président du Front national. Il faut connaître les règles. On déclare tout ce qui peut être imputé à une campagne présidentielle. On a fait l’inverse de Nicolas Sarkozy qui a oublié de mettre des dépenses donc ses comptes ont été rejetés, a-t-il rappelé en mettant en avant la probité du FN en politique. C’est un évènement classique et normal dans une élection présidentielle."

Prenant comme exemple l’Université d’été de 2011, Florian Philippot a expliqué, cette fois-ci sur RFI, qu’il ne s’agissait que d’une divergence d’appréciation sur les dépenses. " C’est son choix, c’est son analyse [celle du CCNCCPF]. Mais ça ne veut pas dire que c’est une dépense rejetée. C’est simplement le respect de la loi", a-t-il martelé.

 

Reste que les comptes de campagne de Marine Le Pen n’ont pas été les seuls à être toilettés. D’autres candidats ont aussi vu leurs comptes "réformés" comme François Bayrou (MoDem) à hauteur de "249 955 euros" (3,55 %) ou Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) pour "137 653 euros" (1,45 %) ou encore le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan avec "133 812 euros" (soit 10,81 %).

Première publication : 23/10/2013

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Droit du sol : quand Copé braconne sur les terres du Front national

    En savoir plus

  • FRANCE

    Une candidate FN suspendue pour avoir comparé Taubira à un singe

    En savoir plus

  • Comptes de campagne de Sarkozy : l'UMP dans le rouge

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)