Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Fin du cauchemar pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Economie

Ces multimilliardaires attirés par la "reprise" espagnole

© Wikimedia Commons

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/10/2013

Bill Gates, Carlos Slim ou encore Warren Buffet ont investi des centaines de millions d’euros en Espagne. Madrid y voit un signe de la reprise, mais d’autres soulignent que l’Espagne est une "bombe à retardement" économique.

En Espagne, tout va très bien, monsieur le multimilliardaire ? À en croire Bill Gates, la deuxième fortune mondiale selon Forbes, la machine économique ibère repartirait de plus belle. C’est pourquoi, l’ex-patron de Microsoft et philanthrope a investi 113,5 millions d’euros dans le pays. Un geste, qui a rapidement été salué par Madrid comme le signe que l’Espagne ne ferait plus partie des enfants malades de l’Europe. Un optimisme entretenu, mercredi 23 octobre, par la Banque centrale espagnole, qui a annoncé mercredi 23 octobre, que le pays était officiellement sorti de deux ans de récession.

L’investissement de Bill Gates est d’autant plus révélateur, qu’il a choisi de miser sur la construction immobilière, un secteur considéré comme à l’origine de tous les maux, "ou presque" de l’économie ibère. Le multimilliardaire américain a, en effet, décidé d’acquérir 6 % de la FCC, un géant du BTP fragilisé par l’explosion de la bulle immobilière en Espagne.

Le fondateur de Windows n’est, en outre, pas la seule grande fortune personnelle à miser sur le rebond de la quatrième économie européenne. Le mexicain Carlos Slim, considéré comme l’homme le plus riche au monde, a lui aussi soutenu, en août 2013, le rachat par le géant espagnol des télécoms, Telefonica, de l’opérateur téléphonique allemand E-Plus. Enfin, le célèbre investisseur américain, Warren Buffet, a mis la main, fin 2012, sur le groupe d’assurance-vie VidaCaixa pour 600 millions d’euros.

Vers une crise bancaire ?

Une sorte de ruée vers l’or espagnol, qui a poussé le patron de la banque Santander, Emilio Botín, à assurer, le 18 octobre, que son pays traversait “une période économique formidable”. Sans verser dans une telle euphorie, Xavier Timbeau, directeur du département, analyse et prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques [OFCE] reconnaît que “pour un investisseur, l’Espagne est actuellement le bon cheval européen, sur lequel miser”. Des opportunités qui s’expliqueraient, d’après cet économiste, par “des secteurs qui se sont assainis depuis le début de la crise, et des entreprises survivantes qui vont bénéficier de la reprise de l’activité”.

Mais de là à faire de ces investissements un signe de la reprise économique espagnole, il y a un fossé que Xavier Timbeau ne franchit pas. Au contraire, pour lui, le pays est devenu “une bombe à retardement”, qui contient tous les éléments d’une future crise de la zone euro.

Le nœud du problème provient de la dette des ménages, qui pèse de plus en plus lourd sur l'économie espagnole. “Une grande part des Espagnols endettés ont souscrit à des crédits à taux variables. Pour l’instant, c’est une bonne affaire, car les taux d’intérêt sont bas, mais ces derniers devraient remonter maintenant que la crise s’estompe”, explique Xavier Timbeau. Conséquence : avec un chômage de masse, des salaires en baisse et des dettes qui deviendront plus lourdes, les créances toxiques risquent de s’accumuler dans le portefeuille des banques. Elles ont déjà augmenter de 13 % depuis le début de l’année 2013. “Il y a un risque d’explosion du secteur bancaire espagnol, qui pourrait alors heurter toute la zone euro”, résume Xavier Timbeau.

Ce n’est donc pas sur l’économie espagnole, que les Bill Gates, Warren Buffet et autres misent, mais sur les quelques entreprises les plus à même de profiter de la sortie de crise se profilant à l’horizon. Si le scénario d’une crise bancaire venait à se réaliser, il serait bien temps pour ces investisseurs avisés de retirer leur argent d’Espagne. Non sans avoir réalisé quelques profits au passage.

Première publication : 23/10/2013

  • FINANCES

    Le Mexicain Carlos Slim demeure l'homme le plus riche au monde, selon Forbes

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Madrid pourrait adopter l'heure anglaise pour gagner en productivité

    En savoir plus

  • PALMARÈS

    Le roi des télécoms mexicains, Carlos Slim, devient l'homme le plus riche du monde

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)