Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France peut-elle faire pression pour éviter l'exécution de Serge Atlaoui ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

EUROPE

ITALIE : Silvio Berlusconi renvoyé devant la justice pour corruption

© AFP (Archives)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/10/2013

Accusé d'avoir corrompu un sénateur de l'opposition après les élections législatives de 2006, Silvio Berlusconi, ex-chef du gouvernement italien, est renvoyé devant la justice par un magistrat de Naples. Le procès débutera en février.

 L'ex-chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a été renvoyé devant la justice, mercredi 23 octobre, par un magistrat de Naples pour une affaire de corruption, dans laquelle il est accusé d'avoir acheté en 2006 un sénateur d'opposition.

 L'affaire remonte aux élections législatives de 2006, remportées de justesse par la coalition hétéroclite de gauche, dirigée par Romano Prodi? Ce dernier n'avait que quelques voix de plus que Silvio Berlusconi au Sénat.
 
Première audience le 11 février
 
Quelques mois à peine après les élections, Sergio De Gregorio, l'un des sénateurs élu dans l'un des partis de la coalition de Romano Prodi, quitte son camp, et passe avec armes et bagages chez Silvio Berlusconi. Rendant encore plus fragile la majorité, qui soutenait Prodi, il a accéléré la chute du gouvernement de gauche, qui jeta l'éponge en 2008, moins de deux ans après le scrutin.
 
Selon le parquet, le Cavaliere aurait versé trois millions d'euros, dont deux en espèces, à Sergio De Gregorio pour le débaucher ; ce dernier l'a reconnu devant des magistrats et dans la presse. M. De Gregorio a pour sa part été condamné à 20 mois de prison, dans le cadre d'un accord à l'amiable avec la justice, ce qui lui permet une réduction de peine en échange de la reconnaissance de sa culpabilité.
 
La première audience de ce procès aura lieu le 11 février prochain. Silvio Berlusconi réfute ces accusations.     

 Avec dépêches

Première publication : 23/10/2013

  • ITALIE

    L’éviction de Berlusconi proposée par une commission spéciale du Sénat

    En savoir plus

  • ITALIE

    Berlusconi humilié au Sénat : "L'influence du Cavaliere s'érode"

    En savoir plus

  • ITALIE

    La droite italienne peut-elle se passer de Berlusconi ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)