Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Salon de l'armement à Abu Dhabi : les dépenses militaires n'ont jamais été aussi élevées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Lion", une incroyable histoire vraie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ould Abdel Aziz : "En six heures, j’ai convaincu Jammeh de quitter le pouvoir"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vive les pizzas à l'ananas !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le bénéfice net de PSA a quasi doublé en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bayrou, Macron, l'empire du milieu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vidéos de violences dans le Kasaï : la RDC ouvre une enquête

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Bayrou en marche avec Emmanuel Macron

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en France : le soutien de Bayrou à Macron, un "tournant" ? (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

ITALIE : Silvio Berlusconi renvoyé devant la justice pour corruption

© AFP (Archives)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/10/2013

Accusé d'avoir corrompu un sénateur de l'opposition après les élections législatives de 2006, Silvio Berlusconi, ex-chef du gouvernement italien, est renvoyé devant la justice par un magistrat de Naples. Le procès débutera en février.

 L'ex-chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a été renvoyé devant la justice, mercredi 23 octobre, par un magistrat de Naples pour une affaire de corruption, dans laquelle il est accusé d'avoir acheté en 2006 un sénateur d'opposition.

 L'affaire remonte aux élections législatives de 2006, remportées de justesse par la coalition hétéroclite de gauche, dirigée par Romano Prodi? Ce dernier n'avait que quelques voix de plus que Silvio Berlusconi au Sénat.
 
Première audience le 11 février
 
Quelques mois à peine après les élections, Sergio De Gregorio, l'un des sénateurs élu dans l'un des partis de la coalition de Romano Prodi, quitte son camp, et passe avec armes et bagages chez Silvio Berlusconi. Rendant encore plus fragile la majorité, qui soutenait Prodi, il a accéléré la chute du gouvernement de gauche, qui jeta l'éponge en 2008, moins de deux ans après le scrutin.
 
Selon le parquet, le Cavaliere aurait versé trois millions d'euros, dont deux en espèces, à Sergio De Gregorio pour le débaucher ; ce dernier l'a reconnu devant des magistrats et dans la presse. M. De Gregorio a pour sa part été condamné à 20 mois de prison, dans le cadre d'un accord à l'amiable avec la justice, ce qui lui permet une réduction de peine en échange de la reconnaissance de sa culpabilité.
 
La première audience de ce procès aura lieu le 11 février prochain. Silvio Berlusconi réfute ces accusations.     

 Avec dépêches

Première publication : 23/10/2013

  • ITALIE

    L’éviction de Berlusconi proposée par une commission spéciale du Sénat

    En savoir plus

  • ITALIE

    Berlusconi humilié au Sénat : "L'influence du Cavaliere s'érode"

    En savoir plus

  • ITALIE

    La droite italienne peut-elle se passer de Berlusconi ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)