Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Afrique

La Tunisie suspend son sort au "dialogue national"

© AFP (Archives)

Vidéo par François GOULIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/11/2013

Un conseil de ministres exceptionnel doit se tenir mercredi à Tunis pour ouvrir un "dialogue national", censé mettre un terme à la crise politique qui paralyse la Tunisie. Le chef du gouvernement islamiste doit y annoncer sa démission.

Deux ans exactement après l'arrivée au pouvoir d'Ennahda en Tunisie, les islamistes doivent ouvrir, mercredi 23 octobre, un mois de négociations avec leurs opposants, afin de résoudre la profonde crise politique, qui paralyse le pays depuis l’assassinat du député de l’opposition, Mohamed Brahmi, le 25 juillet dernier.  

Pour maintenir la pression sur les islamistes d'Ennahda, des centaines de manifestants d'opposition étaient rassemblés, en début d'après-midi, avenue Bourguiba à Tunis, haut lieu de la révolution de janvier 2011. Ils brandissaient des drapeaux tunisiens, et scandaient notamment des "dégage" ou encore "gouvernement de traîtres démissionne !" La mobilisation, en revanche, s'était affaiblie à la mi-journée.
 
"Les opposants ont décidé de marquer cette journée anniversaire et de faire pression pour que le dialogue national tant attendu commence enfin", explique Rym Makhlouti, correspondante de FRANCE 24 à Tunis.
 
En vidéo : Rym Makhlouti, correspondante de FRANCE 24 en Tunisie
 
Le Premier ministre doit s’engager à démissionner
 
D'après le président de l'Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar, le chef du gouvernement s'engagera à démissionner pour permettre l'ouverture dans l'après-midi du "dialogue national". Un premier pas vers une sortie de crise,  selon Riadh Sidaoui, directeur du centre arabe des recherches et analyse à Genève, qui appelle de ses vœux de nouvelles élections.
 
"Cela fait une année qu’Ennhada gouverne sans légitimité démocratique : tous les partis politiques avaient signé pour que l’assemblée constituante démissionne après le 23 octobre 2012 […].  Par ailleurs, le gouvernement aurait dû démissionner après le crime politique de Brahmi", explique à FRANCE 24 Riadh Sidaoui. Ce dernier estime qu’il y a deux oppositions, qui veulent le départ d’Ennahda : une opposition "politique professionnelle", et une autre "populaire".
 
Feuille de route du "dialogue national"
 
La promesse de démission du gouvernement est la première étape d'un calendrier d'un mois, rédigé par quatre médiateurs, dont le puissant syndicat UGTT, qui prévoit un accord de la classe politique sur l'ensemble des dossiers, bloquant la mise en place d'institutions pérennes près de trois ans après la révolution.
              
Les rivaux politiques, qui se réuniront pour la première fois mercredi, auront auront un mois pour faire adopter la Constitution, en cours d'élaboration depuis deux ans, une loi électorale ainsi qu'un calendrier pour les prochaines élections. Parallèlement, ils disposeront de trois semaines pour s'accorder sur la composition d'un gouvernement apolitique. Des technocrates que Riadh Sidaoui espère "neutres" : "on les trouve dans l’UGTT, dans les organisations et associations des droits de l’Homme. Il faut qu’il y ait un consensus autour de ces personnes."
 
Le lancement du "dialogue national" coïncide avec le deuxième anniversaire de l'élection de la Constituante, premier scrutin libre de l'histoire tunisienne qui avait porté les islamistes d'Ennahda au pouvoir. Ce parti, sévèrement réprimé sous le régime déchu de Ben Ali, a été considérablement affaibli ces derniers mois par l'essor d'une mouvance djihadiste armée, une économie anémique, ainsi que des accusations de laxisme vis-à-vis des islamistes radicaux et d'atteintes aux libertés publiques.
 
"En guerre contre le terrorisme"
 
L'opposition reproche avant tout à la coalition tripartite, dirigée par Ennahda, d'avoir laissé émerger des groupes armés djihadistes, responsables notamment de l'assassinat de deux opposants cette année - Chokri Belaid et Mohamed Brahmi -, et d'attaques contre les forces de l'ordre.
 
Les islamistes rejettent ces accusations, assurant être "en guerre contre le terrorisme". Ainsi, la semaine dernière une opération armée, déclenchée après que deux gendarmes ont été tués, s'est soldée par la mort de neuf combattants clandestins.
 
Mais le gouvernement se retrouve aussi face à une fronde au sein des forces de l'ordre, qui estiment être sous-équipées et mal protégées pour lutter contre les djihadistes. Des syndicats de policiers ont ainsi chassé vendredi le président Moncef Marzouki et le Premier ministre d'une cérémonie à la mémoire des gendarmes tués.

Première publication : 23/10/2013

  • TUNISIE

    Tunisie : combats meurtriers entre gendarmes et combattants islamistes

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le président et le Premier ministre tunisiens "dégagés" d'une cérémonie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les islamistes d'Ennahda s'engagent à quitter le pouvoir fin octobre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)