Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

Afrique

Après quatre ans de crise, Madagascar élit son président

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/10/2013

Les Malgaches sont appelés aux urnes vendredi pour le premier tour de l'élection présidentielle dont sont exclus l'ancien président Marc Ravalomanana et son rival Andry Rajoelina. Le second tour est prévu le 20 décembre.

Plus de sept millions de Malgaches sont appelés à voter vendredi 25 octobre pour le premier tour d'une élection présidentielle qui devrait tourner au duel entre deux candidats respectivement soutenus par l'ancien président Marc Ravalomanana et son rival Andry Rajoelina, tous deux interdits de scrutin.

Jeudi soir, Andry Rajoelina, qui avait pris le pouvoir à la faveur d'un coup d'État en 2009, s'est adressé à ses compatriotes pour leur demander d'élire à sa place un président guidé par "le patriotisme", et non par "la soif du pouvoir". "Ils étaient 33 candidats ; vous allez en élire deux pour le second tour et il n'y en a qu'un seul qui sera le futur président des Malgaches", a résumé Andry Rajoelina dans une allocution radio-télévisée.
 
Ce dirigeant, selon lui, doit être "un président sage, un président qui ne trahira pas le peuple malgache, un président humble, clairvoyant […] C'est vous qui avez le dernier mot."
 
Les héritiers
 
Andry Rajoelina n’a officiellement adoubé personne parmi les trois candidats directement issus de son parti TGV, mais son entourage a activement soutenu Hery Rajaonarimampianina, ancien ministre des Finances.
 
Dans une allocation télévisée mercredi soir, Hery Rajaonarimampianina a promis, s'il est élu, de mettre fin aux délestages d'électricité dans les six mois et de renégocier les contrats miniers avec les compagnies internationales. "Pour les projets à venir, on devrait revoir les textes régissant ce secteur", a-t-il précisé.
 
Pour ce candidat, la crise économique et sociale dans laquelle est plongée la Grande Ile - où 9 habitants sur 10 vivent avec moins de 2 dollars par jour – est due à la fragilité de l’actuelle autorité de transition malgache, coalition de consensus instable, ce qui est "un facteur de blocage".
 
À quelques kilomètres de là, Robinson Jean Louis, le candidat de Marc Ravalomanana (au pouvoir de mai 2002 jusqu'à son renversement en mars 2009 par Rajoelina), tenait aussi son dernier meeting mercredi soir.
 
"Nous avons montré que le peuple malgache veut un changement. Les électeurs du pays veulent se distancer de la corruption, d'une mauvaise gouvernance et de l'échec. L'impact de nos rassemblements a montré que nos idées sont soutenues par la population", a lancé Robinson Jean Louis, à une foule en délire.
 
Important dispositif de sécurité
 
Alors que la population, instruite par l'histoire récente du pays, s'inquiète de possibles coups de force dans Antananarivo, les forces de l'ordre ont fait savoir qu'elles étaient prêtes à toute éventualité. "On va renforcer nos effectifs partout, avec des éléments mixtes, police, gendarmes et militaires. On prend seulement des précautions", a indiqué à l'AFP le général Guy Bobin Randriamaro, numéro deux de la gendarmerie nationale.
 
Les Malgaches sont appelés aux urnes de 6h à 17h (3h à 14h GMT) vendredi, les bureaux de vote pouvant éventuellement rester ouvert plus longtemps en cas d'affluence. Les premières tendances sont attendues dans la nuit de vendredi à samedi. Un probable second tour est prévu le 20 décembre, couplé avec des élections législatives.

Avec dépêches

Première publication : 24/10/2013

  • MADAGASCAR

    Madagascar : Rajoelina accepte de retirer sa candidature à la présidentielle

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Présidentielle malgache : trois principaux candidats disqualifiés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)