Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Gaza : l'ONU tente de formaliser une trêve fragile

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

Amériques

Pakistan : Nawaz Sharif demande à Obama la fin des frappes de drones

© AFP

Vidéo par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/10/2013

Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, en visite officielle à Washington, a demandé mercredi au président Barack Obama de mettre fin aux tirs de drones menés par les États-Unis dans son pays.

Les relations américano-pakistanaises vont-elles se réchauffer ? C’est en tous cas ce qu’espère Washington à l’issue du premier face-à-face mercredi 23 octobre entre le président Barack Obama et le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, en visite officielle aux États-Unis.

Pourtant, rien de moins simple. Les relations entre Washington et Islamabad se sont considérablement dégradées après la mort dans un raid américain en mai 2011 du chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden, qui vivait caché en territoire pakistanais. "Les relations avaient même pris un gros coup de froid", précise le correspondant de FRANCE 24 à Washington, Stanislas de Saint-Hippolyte.

Et l’accalmie diplomatique entre les deux pays semble d’autant plus difficile que le Pakistan demande désormais expressément la fin des frappes de drones menées par les États-Unis dans le pays, un contentieux de longue date. À l'issue d'une réunion dans le cadre solennel du Bureau ovale, Nawaz Sharif a en effet déclaré aux journalistes avoir "évoqué la question des drones (...) en insistant sur la nécessité de mettre fin à de telles frappes". Le président américain, de son côté, a préféré évité le sujet devant la presse, se contentant d’affirmer que les relations entre les deux pays étaient "fondées sur les principes du respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale".

Depuis 2004, entre 2 000 et 4 700 personnes, dont des centaines de civils ont été tuées par plus de 300 tirs d'aéronefs américains sans pilote dans les zones tribales du nord-ouest pakistanais. Mené par la CIA, ce programme de frappes clandestines a longtemps fait figure de secret de polichinelle, avant que le Barack Obama finisse lui-même par en reconnaître officiellement l'existence.

Les drones, permis de tuer

Nawaz Sharif avait déjà rappelé mardi lors d'une allocution à Washington que "l'usage de drones était non seulement une violation de la souveraineté" du pays, "mais qu'il se faisait aussi au détriment" des efforts pakistanais de lutte contre le terrorisme.

Mardi, Amnesty International a publié un rapport au vitriol sur le recours des drones par les États-Unis, jugeant que Washington s'arrogeait ainsi un "droit de tuer supérieur aux tribunaux et aux normes fondamentales du droit international". L’ON a aussi critiqué "l'ambiguïté" du Pakistan qui considère officiellement ces frappes comme des violations de sa souveraineté, mais qui juge en privé que plusieurs d'entre elles sont "utiles".

Concernant l'Afghanistan voisin, d'où doivent partir 87 000 soldats de l'Otan d'ici à la fin 2014, Obama a promis d'œuvrer à un accord avec Kaboul qui satisferait aussi le Pakistan. Il a assuré être "confiant" dans la conclusion prochaine d'un accord avec les autorités afghanes, qui "sera non seulement bon pour l'Afghanistan, mais protègera aussi le Pakistan à long terme".

Reste que pour l’heure, rien n’a été signé entre les deux pays. "On peut espérer un mieux diplomatique même si les dossiers ne sont pas réglés. On n’a pas d’accord sur le transit du matériel américain via le Pakistan quand ils partiront d’Afghanistan en 2014. On n’a pas d’accord non plus sur les drones", conclut le correspondant de FRANCE 24.

Première publication : 24/10/2013

  • PAKISTAN

    Amnesty épingle les drones américains qualifiés de "permis de tuer"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Washington relance son aide antiterroriste au Pakistan

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Malala Yousafzaï a exprimé à Barack Obama ses inquiétudes sur les drones

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)