Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

FRANCE

Ségolène Royal pose en "Liberté guidant le peuple" pour "Le Parisien"

© Twitter

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 24/10/2013

Pour "Le Parisien Magazine" à paraître vendredi, l’ex-candidate à la présidence a endossé les habits de l’icône du tableau de Delacroix pour illustrer le courage en politique. Une photo qui provoque les moqueries sur Twitter.

Serait-ce le dernier acte de "bravitude" de Ségolène Royal ? Pieds nus, toge blanche et drapeau français en étendard, l’ex-candidate à la présidence a incarné, pour "Le Parisien Magazine", l’icône du célèbre tableau d’Eugène Delacroix, "La Liberté guidant le peuple", daté de 1830. Avec cette allégorie de la liberté et de la démocratie, la présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes entend montrer sa notion du courage en politique, alors qu’un sondage BVA, réalisé pour le journal, indique que quatre Français sur cinq jugent que les hommes politiques ne sont pas courageux.

Le tableau "La liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix
© Wikimedia commons

"Le Parisien Magazine" a consacré un dossier à cette qualité en politique et a sollicité la contribution de Ségolène Royal, à qui il a proposé une mise en scène photographique. Parmi différents choix, cette dernière a opté pour l'incarnation du personnage phare de Delacroix, au détriment de Simone Veil, ou des militantes seins nus des Femen. Outre la pose, la socialiste a également donné son avis sur le courage, notion qui lui est chère à en juger par son livre "Cette belle idée du courage", sorti en mai dernier, où elle distribue bons et mauvais points.

"On dit souvent qu’en 2007, j'étais trop en avance sur mon époque"

Si elle tacle son ancien rival Nicolas Sarkozy - le courage, "ce n'est pas une qualité que je lui reconnais. Il fait beaucoup de vélo, et après ?" -, elle rend par ailleurs hommage à l'actuel président. "L’Histoire rendra justice à François Hollande", déclare-t-elle, en référence à son engagement en Syrie, selon des extraits de cette interview diffusés sur Twitter avant sa publication vendredi 25 octobre.

Ségolène Royal affirme également que les "politiques avant-gardistes ne sont pas compris de leur époque", ajoutant : "On a souvent dit qu'en 2007, j'étais trop en avance sur mon époque. La France n'était pas encore prête à imaginer une femme présidente de la République [...] Je défendais un certain nombre d'idées anti-conformistes qui ont, depuis, fait leur chemin dans mon camp politique".

Des déclarations et une mise en scène qu’elle sait sujettes à railleries : "J’entends déjà dire que je me prends pour Jeanne d’Arc…".

La twittosphère a en effet aussitôt réagi : "Ségolène Royal en révolutionnaire... On aura tout vu !", s’est ainsi moquée une internaute. D'autres se sont lancés dans le détournement de photos avec le hashtag #RoyalDelacroix. Quant au député maire UMP Christian Estrosi, il s'est fendu d'un tweet ironique : "Bonjour. Jeudi 24 octobre, Ségolène Royal est pieds nus dans une toge blanche avec un drapeau français #toutvabien".

ll y a un an, "Le Parisien Magazine" avait déjà fait parler de lui en publiant en couverture une surprenante photo d'Arnaud Montebourg. Robot ménager en main, le ministre du Redressement productif arborait une marinière pour défendre le "made in France".

Ségolène Royal tournée en ridicule dans un photomontage

Première publication : 24/10/2013

  • POLITIQUE

    Ségolène Royal donne le coup d'envoi de l'Université d'été du PS à La Rochelle

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pour NKM, "Ségolène Royal en est à attendre que son ex la nomme quelque part"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)