Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Les restes du vol AH5017 d’Air Algérie retrouvés dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Economie

Le FBI traque un prince roumain de l'arnaque sur eBay

© FBI

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/10/2013

Un avis de recherche a été émis par le FBI à l’encontre de Nicolae Popescu, un Roumain soupçonné d’être à la tête d’une organisation internationale de cybercriminalité, spécialisée dans les arnaques aux sites de ventes aux enchères.

Et dire que Nicolae Popescu avait déjà été arrêté par la police roumaine en 2010. Mais seulement pour quelques heures. Un problème de documents légaux, non mis à jour, avait obligé les forces de l’ordre à relâcher celui qui, déjà à l’époque, était considéré comme le leader d’une bande organisée d’une trentaine de personnes, spécialisées dans l’arnaque aux sites aux enchères, telles qu’eBay.

Accusé d’avoir délesté, entre 2006 et 2010, des internautes dans toute l’Europe de plus de 800 000 euros, en leur vendant des objets qui n’existaient pas, Nicolae Popescu avait pu quitter le pays suite à ce couac administratif. Peu après, ce Roumain a repris du service, visant cette fois-ci des internautes américains. C’est donc désormais le FBI qui vient de lancer, vendredi 25 octobre, un avis de recherche international pour lui mettre la main dessus.

Le service américain de renseignement l’accuse d’avoir récupéré illégalement plus de trois millions de dollars [2,17 millions d’euros], entre avril 2011 et décembre 2012, en vendant à des internautes des voitures qui n’existaient pas, à travers des sites comme eBay ou cars.com. Ces fausses automobiles étaient vendues entre 6 000 dollars et 42 000 dollars.

Faux papiers pour vrais comptes en banque

D’après le FBI, Nicolae Popescu a eu, en un an, le temps de mettre en place une nouvelle organisation internationale, très révélatrice des exigences de la cybercriminalité moderne. Le dossier d’accusation, établi par les autorités américaines à son encontre, révèle que le fugitif roumain avait des agents, qui travaillaient aussi bien aux États-Unis qu’au Royaume-Uni ou encore en Allemagne, République Tchèque et Hongrie.

Chacun au sein de cette équipe de cybercriminels avait une spécialité bien à lui. Aux États-Unis, ils étaient chargés d’ouvrir des comptes dans des banques comme Bank of America ou Citigroup, par lesquels l’argent devait transiter, avant d’arriver sur les comptes des banques européennes de Nicolae Popescu et de ses complices. D’autres avaient pour mission d’établir des faux documents d’identité pour qu’une même personne puisse ouvrir plusieurs comptes en banque.

Un des nombreux princes roumains

Il y a aussi ceux qui rédigeaient les fausses annonces sur les sites d’enchères, et qui ne sont pas les mêmes que ceux qui, ensuite, prenaient contact par email avec les victimes pour leur détailler les procédures de paiement. Chacun de ces intermédiaires touchait une partie de chaque transaction. Reste que Nicolae Popescu se réservait la part du lion d’après l’acte d’accusation.

Certes, une opération qui a rapporté trois millions d’euros peut paraître importante. Mais il semblerait que Nicolae Popescu ne soit que l’un des nombreux princes roumains de l’arnaque en ligne. Dans une interview accordée en 2010 au site roumain d’information Hotnews, Gary Dickson, l’agent de liaison du FBI en Roumanie, affirmait que “les arnaques aux sites d’enchères organisées par des Roumains font perdre plusieurs centaines de millions de dollars aux internautes américains”.

Première publication : 25/10/2013

  • INTERNET

    États-Unis : 13 membres d’Anonymous inculpés pour des cyber-attaques

    En savoir plus

  • INTERNET

    Comment le FBI a remonté la piste du fondateur de "The Silk Road"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Une cyberattaque sans précédent échoue à faire trembler le Net

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)