Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Economie

Le FBI traque un prince roumain de l'arnaque sur eBay

© FBI

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/10/2013

Un avis de recherche a été émis par le FBI à l’encontre de Nicolae Popescu, un Roumain soupçonné d’être à la tête d’une organisation internationale de cybercriminalité, spécialisée dans les arnaques aux sites de ventes aux enchères.

Et dire que Nicolae Popescu avait déjà été arrêté par la police roumaine en 2010. Mais seulement pour quelques heures. Un problème de documents légaux, non mis à jour, avait obligé les forces de l’ordre à relâcher celui qui, déjà à l’époque, était considéré comme le leader d’une bande organisée d’une trentaine de personnes, spécialisées dans l’arnaque aux sites aux enchères, telles qu’eBay.

Accusé d’avoir délesté, entre 2006 et 2010, des internautes dans toute l’Europe de plus de 800 000 euros, en leur vendant des objets qui n’existaient pas, Nicolae Popescu avait pu quitter le pays suite à ce couac administratif. Peu après, ce Roumain a repris du service, visant cette fois-ci des internautes américains. C’est donc désormais le FBI qui vient de lancer, vendredi 25 octobre, un avis de recherche international pour lui mettre la main dessus.

Le service américain de renseignement l’accuse d’avoir récupéré illégalement plus de trois millions de dollars [2,17 millions d’euros], entre avril 2011 et décembre 2012, en vendant à des internautes des voitures qui n’existaient pas, à travers des sites comme eBay ou cars.com. Ces fausses automobiles étaient vendues entre 6 000 dollars et 42 000 dollars.

Faux papiers pour vrais comptes en banque

D’après le FBI, Nicolae Popescu a eu, en un an, le temps de mettre en place une nouvelle organisation internationale, très révélatrice des exigences de la cybercriminalité moderne. Le dossier d’accusation, établi par les autorités américaines à son encontre, révèle que le fugitif roumain avait des agents, qui travaillaient aussi bien aux États-Unis qu’au Royaume-Uni ou encore en Allemagne, République Tchèque et Hongrie.

Chacun au sein de cette équipe de cybercriminels avait une spécialité bien à lui. Aux États-Unis, ils étaient chargés d’ouvrir des comptes dans des banques comme Bank of America ou Citigroup, par lesquels l’argent devait transiter, avant d’arriver sur les comptes des banques européennes de Nicolae Popescu et de ses complices. D’autres avaient pour mission d’établir des faux documents d’identité pour qu’une même personne puisse ouvrir plusieurs comptes en banque.

Un des nombreux princes roumains

Il y a aussi ceux qui rédigeaient les fausses annonces sur les sites d’enchères, et qui ne sont pas les mêmes que ceux qui, ensuite, prenaient contact par email avec les victimes pour leur détailler les procédures de paiement. Chacun de ces intermédiaires touchait une partie de chaque transaction. Reste que Nicolae Popescu se réservait la part du lion d’après l’acte d’accusation.

Certes, une opération qui a rapporté trois millions d’euros peut paraître importante. Mais il semblerait que Nicolae Popescu ne soit que l’un des nombreux princes roumains de l’arnaque en ligne. Dans une interview accordée en 2010 au site roumain d’information Hotnews, Gary Dickson, l’agent de liaison du FBI en Roumanie, affirmait que “les arnaques aux sites d’enchères organisées par des Roumains font perdre plusieurs centaines de millions de dollars aux internautes américains”.

Première publication : 25/10/2013

  • INTERNET

    États-Unis : 13 membres d’Anonymous inculpés pour des cyber-attaques

    En savoir plus

  • INTERNET

    Comment le FBI a remonté la piste du fondateur de "The Silk Road"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Une cyberattaque sans précédent échoue à faire trembler le Net

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)