Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Economie

Le FBI traque un prince roumain de l'arnaque sur eBay

© FBI

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/10/2013

Un avis de recherche a été émis par le FBI à l’encontre de Nicolae Popescu, un Roumain soupçonné d’être à la tête d’une organisation internationale de cybercriminalité, spécialisée dans les arnaques aux sites de ventes aux enchères.

Et dire que Nicolae Popescu avait déjà été arrêté par la police roumaine en 2010. Mais seulement pour quelques heures. Un problème de documents légaux, non mis à jour, avait obligé les forces de l’ordre à relâcher celui qui, déjà à l’époque, était considéré comme le leader d’une bande organisée d’une trentaine de personnes, spécialisées dans l’arnaque aux sites aux enchères, telles qu’eBay.

Accusé d’avoir délesté, entre 2006 et 2010, des internautes dans toute l’Europe de plus de 800 000 euros, en leur vendant des objets qui n’existaient pas, Nicolae Popescu avait pu quitter le pays suite à ce couac administratif. Peu après, ce Roumain a repris du service, visant cette fois-ci des internautes américains. C’est donc désormais le FBI qui vient de lancer, vendredi 25 octobre, un avis de recherche international pour lui mettre la main dessus.

Le service américain de renseignement l’accuse d’avoir récupéré illégalement plus de trois millions de dollars [2,17 millions d’euros], entre avril 2011 et décembre 2012, en vendant à des internautes des voitures qui n’existaient pas, à travers des sites comme eBay ou cars.com. Ces fausses automobiles étaient vendues entre 6 000 dollars et 42 000 dollars.

Faux papiers pour vrais comptes en banque

D’après le FBI, Nicolae Popescu a eu, en un an, le temps de mettre en place une nouvelle organisation internationale, très révélatrice des exigences de la cybercriminalité moderne. Le dossier d’accusation, établi par les autorités américaines à son encontre, révèle que le fugitif roumain avait des agents, qui travaillaient aussi bien aux États-Unis qu’au Royaume-Uni ou encore en Allemagne, République Tchèque et Hongrie.

Chacun au sein de cette équipe de cybercriminels avait une spécialité bien à lui. Aux États-Unis, ils étaient chargés d’ouvrir des comptes dans des banques comme Bank of America ou Citigroup, par lesquels l’argent devait transiter, avant d’arriver sur les comptes des banques européennes de Nicolae Popescu et de ses complices. D’autres avaient pour mission d’établir des faux documents d’identité pour qu’une même personne puisse ouvrir plusieurs comptes en banque.

Un des nombreux princes roumains

Il y a aussi ceux qui rédigeaient les fausses annonces sur les sites d’enchères, et qui ne sont pas les mêmes que ceux qui, ensuite, prenaient contact par email avec les victimes pour leur détailler les procédures de paiement. Chacun de ces intermédiaires touchait une partie de chaque transaction. Reste que Nicolae Popescu se réservait la part du lion d’après l’acte d’accusation.

Certes, une opération qui a rapporté trois millions d’euros peut paraître importante. Mais il semblerait que Nicolae Popescu ne soit que l’un des nombreux princes roumains de l’arnaque en ligne. Dans une interview accordée en 2010 au site roumain d’information Hotnews, Gary Dickson, l’agent de liaison du FBI en Roumanie, affirmait que “les arnaques aux sites d’enchères organisées par des Roumains font perdre plusieurs centaines de millions de dollars aux internautes américains”.

Première publication : 25/10/2013

  • INTERNET

    États-Unis : 13 membres d’Anonymous inculpés pour des cyber-attaques

    En savoir plus

  • INTERNET

    Comment le FBI a remonté la piste du fondateur de "The Silk Road"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Une cyberattaque sans précédent échoue à faire trembler le Net

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)