Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

Madagascar : un premier tour de la présidentielle calme malgré quelques incidents

© AFP

Vidéo par Ludovic de Foucaud , Olivier FARRY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/10/2013

Malgré quelques incidents, les Malgaches ont voté dans le calme, vendredi, lors du premier tour d'une présidentielle, censée mettre un terme à quatre ans de crise. Des estimations sont attendues dans la nuit. Le second tour est prévu le 20 décembre.

Le premier tour de l'élection présidentielle, qui s'est tenu vendredi 25 octobre à Madagascar, s'est globalement bien passé, selon les observateurs étrangers, malgré quelques incidents violents, mais isolés, qui n'ont pas perturbé ce scrutin, censé permettre au pays de sortir de quatre ans de crise.

Les premières tendances nationales sont attendues dans la nuit. Le président de la transition, Andry Rajoelina, n'a officiellement pas de favori, mais son entourage a activement soutenu son ancien ministre des Finances, Hery Rajaonarimampianina. Ce dernier a bénéficié de gros moyens, et a pu largement s'exprimer dans les médias. Andry Rajoelina n'a pas voulu révéler pour qui il avait voté, mais il a dit qu'il soutiendrait un candidat au second tour, prévu le 20 décembre avec des législatives.

Le camp de l'ancien président, Marc Ravalomanana, écarté du pouvoir en 2009 par Andry Rajoelina, s'est rassemblé autour de Robinson Jean Louis, un médecin qui a été son ministre de la Santé.

Pour la plupart des Malgaches, la présidentielle est un premier pas vers la sortie de la grave crise politique, économique et sociale, dans laquelle leur pays, mis au ban des nations, est plongé depuis le coup d'État de 2009.

"Globalement contents"

Le scrutin a été endeuillé par la mort d'un chef de quartier [représentant local de l'État], abattu par des inconnus, dans un bureau de vote dans le sud du pays. Mais "les incidents, comme le meurtre, n'ont rien à voir avec le processus électoral, mais avec du banditisme d'après les informations que nous avons", a indiqué à l'AFP la chef de la mission des observateurs européens Maria Muniz de Urquiza.

La région, où s'est produit l'incident, est réputée peu sûre, marquée par des affrontements à répétition entre les autorités et des voleurs de zébus. Au nord du pays, l'incendie d'un bureau de vote a été attribué par les autorités à un feu de brousse, qui a détruit un village entier.

"Il n'y a pas eu de violences électorales en général, et le scrutin s'est déroulé dans une ambiance calme, pacifique, et transparente [...] Les irrégularités ou les petits problèmes qu'on a pu voir, comme le retard dans la livraison du matériel électoral, ont été réglés assez rapidement. Alors oui, on est globalement contents pour l'instant", a relevé Maria Muniz de Urquiza.

"Les incidents [comme le meurtre du chef de quartier] ont l'air assez isolés, d'après les retours des autres missions d'observation", a confirmé Stéphane Mondon, responsable local du Centre d'observation des élections Carter. "Ça s'est globalement passé assez calmement, et au niveau logistique, ça s'est mieux passé que ce que l'on pouvait craindre", a-t-il ajouté.

Files d'attente

Quelque 7,8 millions d'électeurs malgaches étaient appelés aux urnes pour départager 33 candidats. Après un début de journée électorale plutôt calme, des files d'attente s'étaient allongées devant les différents bureaux de vote visités par l'AFP dans la capitale.

Parmi les problèmes, l'AFP a constaté, ici et là, que les listes électorales ne reflétaient pas toujours les résultats du recensement des électeurs, effectué l'an dernier. La radio nationale malgache a signalé une manifestation de citoyens mécontents de ne pas pouvoir voter à Mananjary, dans l'est de la Grande Île.

Ont également été signalés des cas d'électeurs ayant des cartes électorales, mais ne figurant pas sur les listes. L'important était qu'ils ne puissent pas voter deux fois, pour Maria Muniz de Urquiza, qui a rappelé qu'ils devaient tremper leur doigt dans de l'encre indélébile.

Avec dépêches

Première publication : 25/10/2013

  • MADAGASCAR

    Après quatre ans de crise, Madagascar élit son président

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Madagascar : Rajoelina accepte de retirer sa candidature à la présidentielle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)