Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Madagascar : un premier tour de la présidentielle calme malgré quelques incidents

© AFP

Vidéo par Ludovic de Foucaud , Olivier FARRY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/10/2013

Malgré quelques incidents, les Malgaches ont voté dans le calme, vendredi, lors du premier tour d'une présidentielle, censée mettre un terme à quatre ans de crise. Des estimations sont attendues dans la nuit. Le second tour est prévu le 20 décembre.

Le premier tour de l'élection présidentielle, qui s'est tenu vendredi 25 octobre à Madagascar, s'est globalement bien passé, selon les observateurs étrangers, malgré quelques incidents violents, mais isolés, qui n'ont pas perturbé ce scrutin, censé permettre au pays de sortir de quatre ans de crise.

Les premières tendances nationales sont attendues dans la nuit. Le président de la transition, Andry Rajoelina, n'a officiellement pas de favori, mais son entourage a activement soutenu son ancien ministre des Finances, Hery Rajaonarimampianina. Ce dernier a bénéficié de gros moyens, et a pu largement s'exprimer dans les médias. Andry Rajoelina n'a pas voulu révéler pour qui il avait voté, mais il a dit qu'il soutiendrait un candidat au second tour, prévu le 20 décembre avec des législatives.

Le camp de l'ancien président, Marc Ravalomanana, écarté du pouvoir en 2009 par Andry Rajoelina, s'est rassemblé autour de Robinson Jean Louis, un médecin qui a été son ministre de la Santé.

Pour la plupart des Malgaches, la présidentielle est un premier pas vers la sortie de la grave crise politique, économique et sociale, dans laquelle leur pays, mis au ban des nations, est plongé depuis le coup d'État de 2009.

"Globalement contents"

Le scrutin a été endeuillé par la mort d'un chef de quartier [représentant local de l'État], abattu par des inconnus, dans un bureau de vote dans le sud du pays. Mais "les incidents, comme le meurtre, n'ont rien à voir avec le processus électoral, mais avec du banditisme d'après les informations que nous avons", a indiqué à l'AFP la chef de la mission des observateurs européens Maria Muniz de Urquiza.

La région, où s'est produit l'incident, est réputée peu sûre, marquée par des affrontements à répétition entre les autorités et des voleurs de zébus. Au nord du pays, l'incendie d'un bureau de vote a été attribué par les autorités à un feu de brousse, qui a détruit un village entier.

"Il n'y a pas eu de violences électorales en général, et le scrutin s'est déroulé dans une ambiance calme, pacifique, et transparente [...] Les irrégularités ou les petits problèmes qu'on a pu voir, comme le retard dans la livraison du matériel électoral, ont été réglés assez rapidement. Alors oui, on est globalement contents pour l'instant", a relevé Maria Muniz de Urquiza.

"Les incidents [comme le meurtre du chef de quartier] ont l'air assez isolés, d'après les retours des autres missions d'observation", a confirmé Stéphane Mondon, responsable local du Centre d'observation des élections Carter. "Ça s'est globalement passé assez calmement, et au niveau logistique, ça s'est mieux passé que ce que l'on pouvait craindre", a-t-il ajouté.

Files d'attente

Quelque 7,8 millions d'électeurs malgaches étaient appelés aux urnes pour départager 33 candidats. Après un début de journée électorale plutôt calme, des files d'attente s'étaient allongées devant les différents bureaux de vote visités par l'AFP dans la capitale.

Parmi les problèmes, l'AFP a constaté, ici et là, que les listes électorales ne reflétaient pas toujours les résultats du recensement des électeurs, effectué l'an dernier. La radio nationale malgache a signalé une manifestation de citoyens mécontents de ne pas pouvoir voter à Mananjary, dans l'est de la Grande Île.

Ont également été signalés des cas d'électeurs ayant des cartes électorales, mais ne figurant pas sur les listes. L'important était qu'ils ne puissent pas voter deux fois, pour Maria Muniz de Urquiza, qui a rappelé qu'ils devaient tremper leur doigt dans de l'encre indélébile.

Avec dépêches

Première publication : 25/10/2013

  • MADAGASCAR

    Après quatre ans de crise, Madagascar élit son président

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Madagascar : Rajoelina accepte de retirer sa candidature à la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)