Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Afrique

Madagascar : un premier tour de la présidentielle calme malgré quelques incidents

© AFP

Vidéo par Ludovic de Foucaud , Olivier FARRY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/10/2013

Malgré quelques incidents, les Malgaches ont voté dans le calme, vendredi, lors du premier tour d'une présidentielle, censée mettre un terme à quatre ans de crise. Des estimations sont attendues dans la nuit. Le second tour est prévu le 20 décembre.

Le premier tour de l'élection présidentielle, qui s'est tenu vendredi 25 octobre à Madagascar, s'est globalement bien passé, selon les observateurs étrangers, malgré quelques incidents violents, mais isolés, qui n'ont pas perturbé ce scrutin, censé permettre au pays de sortir de quatre ans de crise.

Les premières tendances nationales sont attendues dans la nuit. Le président de la transition, Andry Rajoelina, n'a officiellement pas de favori, mais son entourage a activement soutenu son ancien ministre des Finances, Hery Rajaonarimampianina. Ce dernier a bénéficié de gros moyens, et a pu largement s'exprimer dans les médias. Andry Rajoelina n'a pas voulu révéler pour qui il avait voté, mais il a dit qu'il soutiendrait un candidat au second tour, prévu le 20 décembre avec des législatives.

Le camp de l'ancien président, Marc Ravalomanana, écarté du pouvoir en 2009 par Andry Rajoelina, s'est rassemblé autour de Robinson Jean Louis, un médecin qui a été son ministre de la Santé.

Pour la plupart des Malgaches, la présidentielle est un premier pas vers la sortie de la grave crise politique, économique et sociale, dans laquelle leur pays, mis au ban des nations, est plongé depuis le coup d'État de 2009.

"Globalement contents"

Le scrutin a été endeuillé par la mort d'un chef de quartier [représentant local de l'État], abattu par des inconnus, dans un bureau de vote dans le sud du pays. Mais "les incidents, comme le meurtre, n'ont rien à voir avec le processus électoral, mais avec du banditisme d'après les informations que nous avons", a indiqué à l'AFP la chef de la mission des observateurs européens Maria Muniz de Urquiza.

La région, où s'est produit l'incident, est réputée peu sûre, marquée par des affrontements à répétition entre les autorités et des voleurs de zébus. Au nord du pays, l'incendie d'un bureau de vote a été attribué par les autorités à un feu de brousse, qui a détruit un village entier.

"Il n'y a pas eu de violences électorales en général, et le scrutin s'est déroulé dans une ambiance calme, pacifique, et transparente [...] Les irrégularités ou les petits problèmes qu'on a pu voir, comme le retard dans la livraison du matériel électoral, ont été réglés assez rapidement. Alors oui, on est globalement contents pour l'instant", a relevé Maria Muniz de Urquiza.

"Les incidents [comme le meurtre du chef de quartier] ont l'air assez isolés, d'après les retours des autres missions d'observation", a confirmé Stéphane Mondon, responsable local du Centre d'observation des élections Carter. "Ça s'est globalement passé assez calmement, et au niveau logistique, ça s'est mieux passé que ce que l'on pouvait craindre", a-t-il ajouté.

Files d'attente

Quelque 7,8 millions d'électeurs malgaches étaient appelés aux urnes pour départager 33 candidats. Après un début de journée électorale plutôt calme, des files d'attente s'étaient allongées devant les différents bureaux de vote visités par l'AFP dans la capitale.

Parmi les problèmes, l'AFP a constaté, ici et là, que les listes électorales ne reflétaient pas toujours les résultats du recensement des électeurs, effectué l'an dernier. La radio nationale malgache a signalé une manifestation de citoyens mécontents de ne pas pouvoir voter à Mananjary, dans l'est de la Grande Île.

Ont également été signalés des cas d'électeurs ayant des cartes électorales, mais ne figurant pas sur les listes. L'important était qu'ils ne puissent pas voter deux fois, pour Maria Muniz de Urquiza, qui a rappelé qu'ils devaient tremper leur doigt dans de l'encre indélébile.

Avec dépêches

Première publication : 25/10/2013

  • MADAGASCAR

    Après quatre ans de crise, Madagascar élit son président

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Madagascar : Rajoelina accepte de retirer sa candidature à la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)