Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

Asie - pacifique

Une dizaine de soldats iraniens tués près de la frontière pakistanaise

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/10/2013

Quatorze militaires iraniens ont été tués, dans la nuit de vendredi à samedi, dans une zone frontalière, près de l'Afghanistan et du Pakistan, où transitent des trafiquants de drogue. Téhéran a annoncé avoir pendu 16 rebelles en représailles.

Quatorze gardes-frontières iraniens ont été tués, dans la nuit de vendredi à samedi, dans un accrochage armé avec des bandits dans la région de Saravan (Sistan-Balouchistan), a rapporté samedi 26 octobre l'agence officielle Irna.

Si l'agence n'a pas donné de précision sur l'identité des assaillants, les forces iraniennes affrontent régulièrement des trafiquants de drogue dans cette région montagneuse, proche de la frontière entre Afghanistan et Pakistan.

Une source informée, citée par l'agence, a déclaré ne pas savoir s’il s’agissait de "bandits ou de rebelles hostiles à la République islamique", ajoutant que "cinq autres garde-frontières ont été blessés". Selon un responsable du ministère de l’Intérieur, trois militaires ont par ailleurs été enlevés et emmenés au Pakistan.

Seize rebelles pendus en représailles

En représailles à cette attaque, un responsable de la justice a annoncé samedi que 16 rebelles avaient été pendus.
"On ne sait pas s’il s’agit de rebelles arrêtés hier soir ou de rebelles qui étaient déjà emprisonnés", a commenté, après l’annonce des 16 pendaisons, Siavosh Ghazi, correspondant AFP pour FRANCE 24 à Téhéran. "C’est la première fois depuis un an qu’il y a une telle attaque dans cette province".

La dernière attaque remonte en effet à octobre 2012, lorsqu’un attentat suicide contre une mosquée chiite avait fait au moins deux morts et plusieurs blessés à Chabahar, à l'extrême-sud de la province du Sistan-Balouchistan.

Ces dernières années, la province du Sistan-Balouchistan, où vit une forte minorité sunnite, a été le théâtre d'actions sanglantes menées par les rebelles sunnites du Joundallah (soldats de Dieu).

Avec dépêches

Première publication : 26/10/2013

  • ENTRETIEN EXCLUSIF

    Shimon Peres à FRANCE 24 : "nous voulons que l’Iran cesse d’être une menace"

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    La Turquie accusée d'avoir "vendu" des espions du Mossad à l'Iran

    En savoir plus

  • IRAN

    Après sa pendaison ratée, un Iranien risque à nouveau le gibet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)