Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Afrique

L'humoriste égyptien Bassem Youssef agace les pro et anti-Morsi

© Capture Facebook

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/10/2013

Après quatre mois d'absence, le célèbre satiriste égyptien Bassem Youssef a fait son retour vendredi à la télévision. Connu pour ses attaques contre l'ancien président Mohamed Morsi, il n'a pas hésité à s'en prendre au nouveau pouvoir de l'armée.

Les admirateurs de Bassem Youssef sont rassurés. Après quatre mois d’absence, dus au ramadan et à la période estivale, l’humoriste n’a rien perdu de son mordant. Pour la première émission de la rentrée de son show "El Bernameg" (Le programme), diffusé en Égypte vendredi 25, ce satiriste, rendu célèbre pour ses attaques cinglantes contre le président Mohamed Morsi, a de nouveau utilisé la politique pour faire rire les téléspectateurs.

Alors qu’il est resté silencieux depuis le renversement des Frères musulmans du pouvoir, Bassem Youssef n’a pas manqué de revenir sur les événements du mois de juillet. Sans concession, le présentateur a posé la question qui fâche : l’Égypte a-t-elle fait face à une révolution comme l’affirme les Anti-Morsi ou à un coup d’Etat comme le clame les Pro-Frères musulmans ?

"Quand tu rêves du pouvoir pendant 80 ans et que tu le perds d’un coup, c’est un coup d’État", a répondu l’humoriste, élu dans la liste des 100 personnalités les plus influentes de 2013 par le magazine américain "Time".

Sans prendre position pour un camp ou un autre, Bassem Youssef a également égratigné le Général Abdel Fattah al-Sissi, chef de la toute puissante armée qui dirige le pays depuis la destitution de Mohamed Morsi début juillet. À l’aide de chocolats à l’effigie du nouvel homme fort de l’Égypte, il s’est moqué de la "Sissi-mania" qui s’est emparée de certains de ses compatriotes.

"Il critique tout le monde"

Ancien chirurgien cardiologue, Bassem Youssef a accédé à la notoriété avec ce style de critiques audacieuses. Très populaire, son émission est en moyenne regardée par 30 millions de téléspectateurs. Après son retour vendredi, ses supporters n’ont pas caché leur admiration. "Bassem Youssef a réussi à résumer ce qui se passe sur la scène politique égyptienne de façon objective et courageuse. Il a critiqué tous les dirigeants, même Sissi, et personne n’ose faire ça", a expliqué à l’AFP Ahmed Abdel Alim, installé dans un café du Caire.

Mais ces attaques virulentes ne sont pas du goût de tous les Égyptiens. Leila Ibrahim, une partisane de Mohamed Morsi, ne comprend pas qu’il vise encore les anciens dirigeants islamistes : "C’est une honte de se moquer de personnes qui sont en prison. C’est lâche de s’en prendre à ceux qui ne peuvent pas se défendre". Du côté des Pro-Sissi, le rejet est tout aussi fort. Moins de 24 heures après l’émission, plusieurs plaintes ont été déposées auprès du procureur général contre l’humoriste, dont l’une par des membres de la campagne "Sissi Président".

Face à ces menaces, Bassem Youssef, considéré comme le "Jon Stewart" égyptien (en référence au célèbre présentateur américain), campe sur ses positions. Sur Twitter, il a rétorqué que "les Égyptiens aiment les blagues et l’ironie, c’est vrai, mais surtout quand elles correspondent à leurs idées".

Première publication : 26/10/2013

COMMENTAIRE(S)