Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Afrique

L'humoriste égyptien Bassem Youssef agace les pro et anti-Morsi

© Capture Facebook

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/10/2013

Après quatre mois d'absence, le célèbre satiriste égyptien Bassem Youssef a fait son retour vendredi à la télévision. Connu pour ses attaques contre l'ancien président Mohamed Morsi, il n'a pas hésité à s'en prendre au nouveau pouvoir de l'armée.

Les admirateurs de Bassem Youssef sont rassurés. Après quatre mois d’absence, dus au ramadan et à la période estivale, l’humoriste n’a rien perdu de son mordant. Pour la première émission de la rentrée de son show "El Bernameg" (Le programme), diffusé en Égypte vendredi 25, ce satiriste, rendu célèbre pour ses attaques cinglantes contre le président Mohamed Morsi, a de nouveau utilisé la politique pour faire rire les téléspectateurs.

Alors qu’il est resté silencieux depuis le renversement des Frères musulmans du pouvoir, Bassem Youssef n’a pas manqué de revenir sur les événements du mois de juillet. Sans concession, le présentateur a posé la question qui fâche : l’Égypte a-t-elle fait face à une révolution comme l’affirme les Anti-Morsi ou à un coup d’Etat comme le clame les Pro-Frères musulmans ?

"Quand tu rêves du pouvoir pendant 80 ans et que tu le perds d’un coup, c’est un coup d’État", a répondu l’humoriste, élu dans la liste des 100 personnalités les plus influentes de 2013 par le magazine américain "Time".

Sans prendre position pour un camp ou un autre, Bassem Youssef a également égratigné le Général Abdel Fattah al-Sissi, chef de la toute puissante armée qui dirige le pays depuis la destitution de Mohamed Morsi début juillet. À l’aide de chocolats à l’effigie du nouvel homme fort de l’Égypte, il s’est moqué de la "Sissi-mania" qui s’est emparée de certains de ses compatriotes.

"Il critique tout le monde"

Ancien chirurgien cardiologue, Bassem Youssef a accédé à la notoriété avec ce style de critiques audacieuses. Très populaire, son émission est en moyenne regardée par 30 millions de téléspectateurs. Après son retour vendredi, ses supporters n’ont pas caché leur admiration. "Bassem Youssef a réussi à résumer ce qui se passe sur la scène politique égyptienne de façon objective et courageuse. Il a critiqué tous les dirigeants, même Sissi, et personne n’ose faire ça", a expliqué à l’AFP Ahmed Abdel Alim, installé dans un café du Caire.

Mais ces attaques virulentes ne sont pas du goût de tous les Égyptiens. Leila Ibrahim, une partisane de Mohamed Morsi, ne comprend pas qu’il vise encore les anciens dirigeants islamistes : "C’est une honte de se moquer de personnes qui sont en prison. C’est lâche de s’en prendre à ceux qui ne peuvent pas se défendre". Du côté des Pro-Sissi, le rejet est tout aussi fort. Moins de 24 heures après l’émission, plusieurs plaintes ont été déposées auprès du procureur général contre l’humoriste, dont l’une par des membres de la campagne "Sissi Président".

Face à ces menaces, Bassem Youssef, considéré comme le "Jon Stewart" égyptien (en référence au célèbre présentateur américain), campe sur ses positions. Sur Twitter, il a rétorqué que "les Égyptiens aiment les blagues et l’ironie, c’est vrai, mais surtout quand elles correspondent à leurs idées".

Première publication : 26/10/2013

COMMENTAIRE(S)