Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

EUROPE

Angela Merkel sur écoute depuis 2002, selon la presse allemande

© AFP

Vidéo par Vanessa ABBA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/10/2013

Le journal allemand "Der Spiegel" rapporte, dans son édition de samedi, que Washington pourrait avoir espionné le téléphone de la chancelière dès 2002. Berlin compte dépêcher une délégation aux États-Unis pour obtenir des éclaircissements.

Les Etats-Unis pourraient avoir espionné le téléphone d'Angela Merkel pendant plus de 10 ans, rapporte samedi la presse allemande, selon laquelle Barack Obama a assuré à la chancelière d'Allemagne qu'il aurait empêché ces pratiques s'il en avait eu connaissance.

De précédents articles de presse évoquant la surveillance du téléphone d'Angela Merkel par la National Security Agency (NSA) ont suscité l'indignation en Allemagne et l'ambassadeur américain à Berlin a été convoqué jeudi par le ministre des Affaires étrangères.

Der Spiegel rapporte samedi que le téléphone portable d'Angela Merkel a été placé dès 2002 sur une liste établie par un service spécial de la NSA, le Special Collection Service (SCS). Il y figurait sous le code "GE Chancellor Merkel" et s'y trouvait toujours dans les semaines qui ont précédé la visite de Barack Obama à Berlin en juin.

Dans un document du SCS cité par le magazine, la NSA dit disposer d'une "antenne d'espionnage non recensée légalement" au sein de l'ambassade des Etats-Unis à Berlin. La mise au jour de cette antenne "nuirait gravement aux relations des Etats-Unis avec un autre gouvernement", est-il écrit.

A partir de cette antenne, des agents de la NSA et de la CIA surveillaient les communications dans le quartier des ministères dans la capitale allemande à l'aide de matériel de haute technologie.

Excuses d'Obama

Citant un document secret datant de 2010, Der Spiegel ajoute que de telles antennes existent dans environ 80 endroits à travers le monde, notamment à Paris, Madrid, Rome, Prague, Genève et Francfort.

Le magazine souligne qu'il ne lui est pas possible de déterminer si le SCS enregistrait les conversations ou se contentait de collecter les données de connexion.

Barack Obama a présenté des excuses à Angela Merkel lorsque cette dernière l'a appelé mercredi pour réclamer des explications, écrit Der Spiegel, citant une source dans le cabinet de la chancelière.

D'après l'édition dominicale de la Frankfurter Allgemeine Zeitung, le président américain a dit à la chancelière allemande qu'il n'avait pas connaissance de cette surveillance.

Le cabinet d'Angela Merkel et la Maison blanche ont refusé de commenter ces affirmations de la presse allemande.

L'Allemagne va envoyer les chefs de ses services de renseignement la semaine prochaine aux Etats-Unis pour tenter d'obtenir des éclaircissements au sujet de la surveillance du téléphone d'Angela Merkel.

Après les premières révélations sur les pratiques de la NSA à travers le monde sur la base de documents fournis par l'ancien consultant des services secrets américains Edward Snowden, le gouvernement allemand avait déclaré en août que les Etats-Unis avaient fourni les garanties suffisantes sur le fait qu'ils respectaient le droit allemand.

(Reuters)

Première publication : 27/10/2013

  • ESPIONNAGE - NSA

    À Washington, des manifestants demandent de "débrancher Big Brother"

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    "Paris ne pouvait pas ignorer" que la NSA espionnait les Français

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Appels, textos, emails : comment la NSA espionne des millions de Français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)