Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

Amériques

À Washington, des manifestants demandent de "débrancher Big Brother"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/10/2013

Quelque 2 000 manifestants se sont rassemblés samedi au pied du Capitole, à Washington, pour protester contre les programmes de surveillance des télécommunications mis en œuvre par la NSA, une des agences américaines de renseignement.

"Arrêtez l'espionnage de masse", "Débranchez Big Brother" ou encore "Merci Edward Snowden", allusion à l'homme à l'origine de la révélation de ces pratiques. Ce sont les messages que l'on pouvait lire sur les pancartes du rassemblement contre l'espionnage des Américains par l'État fédéral, samedi 26 octobre à Washiongton D.C. 

Selon les organisateurs, plus de 2 000 personnes ont participé à la manifestation. Parmi eux, des militants de gauche mêlés à des conservateurs du Tea Party. "Je me considère comme un conservateur et aucun conservateur ne veut que son gouvernement collecte des informations à son sujet, les conserve et les utilise", expliquait à Reuters Michael Greene, un participant.

L'événement était organisé par une alliance d'une centaine d'associations et de sociétés baptisée "Stop Watching Us" ("Arrêtez de nous surveiller"). Parmi ces organisations figurent l'American Civil Liberties Union (ACLU), l'Electronic Frontier Foundation, Occupy Wall Street New York ou encore le parti libertarien.

Une réforme du Patriot Act

Cette alliance réclame une réforme du Patriot Act, qui définit le cadre juridique permettant à la NSA de surveiller les télécommunications, qui a été adopté il y a 12 ans, quelques semaines seulement après les attentats du 11 septembre 2001. L'ampleur de cette surveillance à travers le monde a été révélée par Edward Snowden, ancien consultant des services secrets américains, aujourd'hui réfugié en Russie. Il est recherché pour espionnage par les États-Unis.

Les détracteurs de la NSA craignent que cette surveillance ne s'exerce pas seulement dans les pays étrangers, mais qu'elle concerne aussi les communications téléphoniques et via internet aux États-Unis. "Nous appelons le Congrès à agir immédiatement pour mettre fin à cette surveillance et pour fournir un exposé public et complet des programmes de collecte des données de la NSA et du FBI", écrit "Stop Watching US" dans une lettre adressée aux élus du Congrès publiée sur Internet.

"Nos représentants au Congrès disent qu'il ne s'agit pas de surveillance. Ils se trompent", a pour sa part déclaré Edward Snowden dans un communiqué avant la manifestation devant le Capitole.

L'administration Obama et de nombreux parlementaires défendent les programmes de la NSA, qu'ils jugent essentiels pour la sécurité des États-Unis et la mise au jour d'éventuels projets d'attentats. Ils affirment, en outre, que ces programmes sont soigneusement contrôlés par le Congrès et la justice.

(Avec dépêches)
 

Première publication : 27/10/2013

  • ESPIONNAGE

    Angela Merkel sur écoute depuis 2002, selon la presse allemande

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Merkel, Hollande, Letta... : le scandale des écoutes de la NSA indigne l'UE

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Appels, textos, emails : comment la NSA espionne des millions de Français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)