Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Afrique

Reportage : À Madagascar, la campagne continue dans l’attente des résultats

© AFP | Jean-Louis Robinson a tenu un meeting, samedi, à Antananarivo

Vidéo par Jonathan WALSH , Nay NAAYEM , Bilal TARABEY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/10/2013

Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle à Madagascar, FRANCE 24 a suivi les deux favoris du scrutin. Deux candidats au-dessus desquels plane l’ombre des hommes forts de la Grande Île : Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina.

Samedi 26 octobre, au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle à Madagascar, la commission électorale nationale indépendante pour la transition (Cénit) a entamé son travail de fourmi de décompte des voix. Les résultats arrivent au compte-goutte depuis les 20 001 bureaux de vote répartis dans le pays. Dimanche matin, seuls 500 bureaux de vote avaient été dépouillés. Maria Muniz de Urquiza, chef de la mission d'observation électorale de l'Union européenne, a qualifié dimanche les élections de "libres, transparentes et crédibles".

En vidéo : Après 4 ans de transition, la Grande Ile exsangue

Dans l’attente de résultats plus précis, certains des 33 candidats en lice continuent de faire campagne sans relâche. Ainsi, samedi après-midi, Jean-Louis Robinson, le candidat soutenu officiellement par le président déchu Marc Ravalomanana, a tenu un meeting au "Magro" à Antananarivo. Ces magasins de vente en gros, qui appartenaient à l’ex-président, ont été brûlés au moment du coup d’État d’Andry Rajoelina en 2009. Depuis quatre ans, les partisans de Ravalomanana, qui vit en exil en Afrique du Sud depuis son renversement en 2009, ont pris l’habitude de s’y réunir.

Devant ses sympathisants, Jean-Louis Robinson a une nouvelle fois promis, en cas de victoire, le retour à Madagascar du président déchu. "Madagascar a besoin de tous ses fils. Actuellement, tous les présidents sont là sauf Marc Ravalomanana", a-t-il argué. Selon lui, un retour de l’ancien chef d’État "montrerait la sagesse des Malgaches". Durant son meeting, Jean-Louis Robinson a une fois de plus donné la parole par téléphone à Marc Ravalomanana.

Jean-Louis Robinson, le candidat soutenu officiellement par le président déchu Marc Ravalomanana

"Candidat par procuration"

L'autre grand favori de l'élection, Hery Rajaonarimampianina, plus couramment appelé simplement "Hery", a lui aussi comme soutien un poids lourd de la politique. Il est considéré comme le poulain du président par intérim Andry Rajoelina. Hery accuse régulièrement Ravalomanana d’être responsable des privations du pays et qualifie Jean-Louis Robinson de candidat par procuration. "Il dispose aussi d’une base de l’ancien président. Donc il a utilisé cette base et c’est elle qui a voté, je crois, intensément pour lui. Je crois que c’est un vote pro-Ravalomanana", explique-t-il samedi à FRANCE 24.

Hery Rajaonarimampianina est considéré comme le poulain du président par intérim Andry Rajoelina

La Cénit a jusqu'au 8 novembre pour publier les résultats provisoires complets. Pour la Grande Île, un nouveau gouvernement démocratique est indispensable pour regagner l'accès à l'aide internationale, gelée depuis le coup d'État de 2009.

 

Première publication : 27/10/2013

  • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

    Madagascar : vers un second tour entre les candidats de Ravalomanana et Rajoelina

    En savoir plus

  • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

    Madagascar : un premier tour de la présidentielle calme malgré quelques incidents

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Après quatre ans de crise, Madagascar élit son président

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)