Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Amériques

Argentine : le parti de la présidente Kirchner accuse plusieurs revers

© AFP

Vidéo par Rebecca MARTIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/10/2013

La coalition au pouvoir en Argentine conserve sa mainmise sur le Parlement à l'issue des législatives de mi-mandat, mais perd de nombreuses provinces-clés. Sergio Massa (photo), un péroniste dissident, a notamment remporté celle de Buenos Aires.

 Dix ans après l’arrivée de Cristina Kirchner au pouvoir en Argentine, la coalition présidentielle, le Front pour la victoire (FPV), a perdu la main dans les cinq plus importantes provinces du pays, selon les résultats encore provisoires des élections législatives de mi-mandat.

Le FPV a beau conserver la majorité absolue au Parlement, la perte de ces provinces, dont celle de Buenos Aires qui concentre 40 % de l’électorat argentin, est un lourd revers pour la présidente. Les habitants de la capitale lui ont largement préféré le candidat péroniste dissident du Front rénovateur, Sergio Massa.
 
En remportant cette circonscription, fief électoral du pouvoir, l’homme se positionne comme un prétendant sérieux à la présidentielle de 2015. "Cette victoire est symbolique, mais symboliquement importante puisque […] cette province sert d’indicatif des tendances au niveau national", explique Rebecca Martin, correspondante de FRANCE 24 en Argentine. "Traditionnellement, celui qui remporte les législatives de mi-mandat [dans la province de Buenos Aires] s’impose à la présidentielle qui suit. Tout le monde parle donc déjà du début de la fin du kirchnérisme".

La situation économique au cœur de la bataille
 
Sergio Massa, 41 ans, est un ancien allié de Cristina Kirchner, dont il a été chef de cabinet entre 2008 et 2009. Aujourd’hui maire de Tigre, une ville bourgeoise proche de Buenos Aires, il a créé son parti il y a quelques mois à peine, et n’a présenté de liste que dans la province de la capitale. Il a axé sa campagne sur une critique systématique de la politique économique de la coalition au pouvoir, dont le bilan est pour le moins mitigé. Son cheval de bataille : l’inflation, qui dépasse les 20 % depuis plusieurs années.
 
"Nous devons pousser le gouvernement à tenir ses objectifs car l’inflation détruit les salaires des travailleurs et les pensions des retraités qui ont l’impression que l’argent qu’ils gagnent leur glisse entre les doigts", n’a cessé de marteler le candidat du Front rénovateur au cours de sa campagne.
 
Cristina Kirchner, 60 ans, a été absente de la scène médiatique au cours des trois dernières semaines, en raison d’une intervention chirurgicale. Elle a été opérée d’un hématome au cerveau, apparu après une chute. La présidente, à qui les médecins avaient interdit tout déplacement, n’a pas pu aller voter en Patagonie, où elle est inscrite. Elle a suivi l’élection depuis sa résidence d’Olivos, banlieue bourgeoise de Buenos Aires.
 
L’opposition remporte Cordoba et Mendoza
 
Depuis 10 ans, elle poursuit la politique de son mari Nestor Kirchner (2003-2007), qui a sorti l'Argentine de la grave crise économique de 2001, axée sur la lutte contre la pauvreté. Elle a nationalisé la compagnie pétrolière YPF (ex-filiale de Repsol), imposé un contrôle strict des flux de devises et des importations, fortement taxé les exportations, notamment le soja, suscitant le mécontentement des milieux d'affaires qui réclament une dévaluation du peso, qui s'affaiblit face au dollar.
 
Outre la circonscription de Buenos Aires, celles de Cordoba, une importante province industrielle du nord-ouest du pays, tombe aux mains d’une autre formation péroniste dissidente. Par ailleurs, les socialistes arrivent en tête à Santa Fe, région où on cultive et transforme le soja. L'Union civique radicale (UCR) de l'ex-président Raul Alfonsin (1983-1989) gagne dans celle de Mendoza, et dans la capitale, la Proposition républicaine (PRO, conservateur) du maire Mauricio Macri s'affiche comme le premier parti. Dans les 19 autres provinces, la coalition présidentielle, d'obédience péroniste, du nom de l'ancien président Juan Peron (1946-1955, 1973-1974), a remporté l'essentiel des sièges.

Avec dépêches

 

Première publication : 28/10/2013

  • ARGENTINE

    Élections législatives en Argentine : vers la fin du "kirchnérisme" ?

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    La présidente argentine Cristina Kirchner opérée d'un hématome à la tête

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    La "préoccupante" politique économique de Cristina Kirchner

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)