Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Israël : polémique autour de la libération de 26 détenus palestiniens

© AFP | Un prisonnier palestinien, libéré le 14 août 2013, de retour à Ramallah.

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/10/2013

Israël a accepté de libérer 26 prisonniers palestiniens dans le cadre des pourparlers de paix. Mais cette annonce, assortie, selon les médias israéliens, d'un projet de construction dans les colonies, a déclenché une polémique.

Israël se prépare à relâcher un nouveau contingent de 26 détenus palestiniens de longue date, dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 octobre 2013, dans le cadre des pourparlers de paix israélo-palestiniens relancés par Washington.

La liste des prisonniers concernés, presque tous emprisonnés avant les accords de paix d'Oslo en 1993, a été publiée dans la nuit de dimanche à lundi sur le site internet de l'administration pénitentiaire israélienne après que les familles d'Israéliens victimes d'attentats commis par ces Palestiniens ont été informées. Vingt-et-un détenus sont originaires de Cisjordanie et cinq de la bande de Gaza. Ils ont tous purgé des peines de 19 à 28 ans de prison.
 
Selon les médias israéliens, la plupart des Palestiniens et Arabes israéliens placés en détention avant les accords de paix d'Oslo en 1993, ont été impliqués dans des attaques ayant provoqué la mort d'Israéliens. Le gouvernement avertit que les prisonniers qui se "livreront à des activités hostiles contre Israël" retourneront en prison pour purger la fin de leur peine.
 
Deux jours avant la reprise des pourparlers de paix israélo-palestiniens le 30 juillet, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait annoncé qu'il avait accepté la libération de 104 prisonniers palestiniens, en plusieurs fois, en fonction des progrès des négociations.
 
Une décision contestée
 
Cette décision ne fait pas pour autant l’unanimité en Israël, que ce soit au sein de familles de victimes d’actes terroristes attribués à des Palestiniens ou dans les rangs de la classe politique. Ainsi, le parti nationaliste membre de la majorité Foyer juif (Habayit Hayehudi ) a déposé, le 27 octobre, une motion pour interdire la libération de ceux qu'ils considèrent comme des terroristes. En vain.
 
Lors de la première vague de libération de prisonniers palestiniens, opérée au cours du mois d’août, le ministre israélien du Logement, Uri Ariel, issu du parti nationaliste religieux Foyer juif avait déjà haussé le ton. "Ces terroristes qu'on libère ont tué des femmes et des enfants. Je ne comprends pas bien en quoi relâcher des prisonniers peut aider la paix", avait-il tonné.
 
Est-ce pour calmer l’aile dure du gouvernement de Benjamin Netanyahou que l’annonce de ces libérations a été accompagnée d'un projet de construction de logements dans les colonies, déclenchant ainsi la polémique entre Israéliens et Palestiniens ce week-end?
 
Une libération conditionnée à la construction de colonies?
 
Les médias israéliens ont en effet laissé entendre la semaine dernière que le gouvernement accompagnera la libération de prisonniers palestiniens, d'une autorisation de construction de centaines de logements dans les colonies, dans le but d’amadouer les durs de sa coalition. Un haut responsable gouvernemental israélien avait affirmé jeudi à l'AFP, sous couvert d'anonymat, qu'Israël allait en effet "continuer dans les prochains mois à annoncer des constructions dans les blocs de colonies et à Jérusalem", assurant que "les Américains et les Palestiniens étaient au courant à l'avance de cet arrangement".
 
De leur côté, les dirigeants palestiniens ont farouchement nié avoir accepté la construction de nouveaux logements dans les colonies juives en échange de la libération des détenus. "Créer un lien entre la libération d'un nouveau groupe de prisonniers et l'annonce de milliers de logements dans les colonies va à l'encontre de tous les engagements pris avant les négociations", a notamment déclaré à l'AFP le négociateur Yasser Abed Rabbo, secrétaire général du Comité exécutif de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP).
 
Les négociateurs palestiniens ont rappelé que la poursuite de la colonisation en Cisjordanie, avait déjà causé l'interruption des précédents pourparlers en septembre 2010.

 

Avec dépêches

Première publication : 28/10/2013

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    En réponse à des tirs de roquettes, Tsahal mène un raid sur Gaza

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Diplomatie du hashtag : quand Israël et le Hamas dialoguent sur Twitter

    En savoir plus

  • Yehuda Shaul, co-fondateur de l'association israélienne "Breaking the Silence"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)