Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

"Madagascar est en train de revivre le duel Ravalomanana - Rajoelina"

© AFP

Vidéo par Bilal TARABEY , Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/10/2013

Jean-Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina devraient s’affronter au second tour de l’élection présidentielle à Madagascar. Leurs programmes promettent de sortir la Grande île de la crise économique. Reportage à Antananarivo.

Les rues d'Antananarivo sont restées calmes depuis le premier tour de la présidentielle, vendredi 25 octobre. La Cénit a jusqu'au 8 novembre pour publier les résultats provisoires complets mais deux noms se dégagent du lot des 33 candidats : Hery Rajaonarimampianina et Jean-Louis Robinson devraient s’affronter au second tour le 20 décembre.

Le dépouillement se poursuit

Lundi, en fin d'après-midi, la commission électorale avait saisi les résultats de 5 828 bureaux de vote sur 20 001, soit 27,61 % du corps électoral. Selon cet échantillon encore très partiel, Jean-Louis Robinson, le candidat de l'ancien président Marc Ravalomanana, menait avec 28,9 % des voix. Il était suivi par Hery Rajaonarimampianina, le poulain de l'actuel homme fort de la Grande île Andry Rajoelina (14,4 %). Les 31 autres candidats sont loin derrière.

Les Malgaches semblent accepter les premières estimations qui placent Jean-Louis Robinson, candidat soutenu par l'ancien président Marc Ravalomanana, en tête du premier tour. Certains voient en lui le retour – par procuration – de l'ancien régime chassé par le coup d’État d’Andry Rajoelina en 2009 et la nostalgie d'une époque plus prospère. "Il n'y a plus de travail. Il y a trop d'insécurité. Les pauvres deviennent de plus en plus pauvres. Il y a trop de mendiants et de sans-abri alors que les Malgaches attendaient un changement. C'est pour ça que les gens en sont venus à voter Robinson, parce qu'il va redresser le pays", explique un passant au micro de FRANCE 24.

Face à lui, l’ancien ministre des Finances d’Andry Rajoelina : Hery Rajaonarimampianina. Malgré son appartenance au régime de transition, "Hery", comme on l’appelle sur la Grande île, est perçu comme un technocrate efficace. "La vérité, c'est que Hery sera mieux accepté par la communauté internationale et les bailleurs de fonds. Parce qu'il est un homme nouveau", croit savoir un Malgache.

Devant le Palais présidentiel d’Antananarivo se dresse un monument qui commémore le jour où la garde de l'ancien président Marc Ravalomanana a tiré sur les partisans d'Andry Rajoelina. Quatre ans et demi après cet événement, l'affrontement entre les deux hommes se poursuit, cette fois-ci, dans les urnes. Une opposition qu’Alain Iloniaina, un journaliste politique malgache, analyse d’un point de vue historique : "L’histoire politique de Madagascar montre qu’il y a eu beaucoup de renversements de régime et que quelques années plus tard les dirigeants renversés reviennent au pouvoir. […] On est en train de revivre le duel Marc Ravalomanana-Andry Rajoelina commencé en 2009."

Pour la Grande Île, un nouveau gouvernement démocratique est indispensable pour regagner l'accès à l'aide internationale, gelée depuis le coup d'État de 2009. Les Malgaches rêvent de changement mais l'histoire risque de se répéter. Une victoire de l’un des deux favoris pourrait voir Marc Ravalomanana ou Andry Rajoelina revenir aux affaires.

En vidéo : Après 4 ans de transition, la Grande Ile exsangue

Première publication : 28/10/2013

  • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

    Reportage : À Madagascar, la campagne continue dans l’attente des résultats

    En savoir plus

  • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

    Madagascar : vers un second tour entre les candidats de Ravalomanana et Rajoelina

    En savoir plus

  • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

    Madagascar : un premier tour de la présidentielle calme malgré quelques incidents

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)