Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Christine Salem, la voix du Maloya

En savoir plus

FOCUS

Dans les coulisses du spectacle chorégraphique du 14 juillet

En savoir plus

SUR LE NET

Israël : des selfies dans les abris anti-bombes

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Une mini tournée africaine pour François Hollande

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

14 juillet : célébrations nationales et centenaire de la Grande Guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Vidéo : hommage au dernier tirailleur sénégalais de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • Tour de France : victime d'une chute, Alberto Contador abandonne

    En savoir plus

  • Disparition de Nadine Gordimer, l'écrivaine nobelisée et anti-apartheid

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : "Il n'est jamais trop tard pour rétablir l'histoire"

    En savoir plus

  • Vidéo : À Bamako, on préserve la mémoire des soldats maliens de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Ex-otage des Taliban, le controversé sergent Bergdahl reprend du service

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne progresse vers Lougansk

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Vidéo : le Costa Concordia flotte de nouveau

    En savoir plus

  • François Hollande promet des réformes urgentes et des baisses d'impôts

    En savoir plus

  • À Nice, les rassemblements pro-palestiniens interdits par la préfecture

    En savoir plus

  • Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur de Samsung

    En savoir plus

  • La banque Citigroup paiera sept milliards de dollars pour éviter un procès

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • Vidéo : le champ de bataille des Dardanelles, un lieu de pèlerinage en Turquie

    En savoir plus

FRANCE

Jean-Marc Ayrault annonce la suspension de l'écotaxe sur tout le territoire

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/10/2013

Après les violentes manifestations survenues le week-end dernier dans le Finistère (Bretagne) contre l'écotaxe, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé la suspension de cet impôt censé entrer en vigueur le 1er janvier 2014.

L’écotaxe passe à la trappe. Confronté à une véritable révolte fiscale dans le Finistère, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a finalement opté pour une suspension pure et simple de cette taxe sur les camions de plus de 3,5 tonnes censée entrer en vigueur le 1er janvier prochain.

C’est le député socialiste du Finistère Jean-Jacques Urvoas qui a annoncé, mardi 29 octobre, la suspension de l’écotaxe sur tout le territoire à l’issue de la réunion à Matignon entre les élus bretons et le gouvernement. Une information confirmée rapidement par le chef du gouvernement, qui a tenu à souligner que ‘suspension n’[était] pas suppression’.

"Le courage, ce n'est pas l'obstination, c'est d'écouter, de comprendre, de rechercher la solution", a ajouté Jean-Marc Ayrault lors d'une déclaration à Matignon, tout en annonçant la mise en place d’un dialogue au niveau national et régional. 

Camouflet pour les écologistes 

La suspension de l’écotaxe apparaît comme un véritable camouflet pour les alliés écologistes du gouvernement, qui tenaient beaucoup à ce mécanisme visant à inciter les entreprises à utiliser des moyens de transport moins polluants. Cette mesure visant tous les camions français ou étrangers de plus de 3,5 tonnes roulant sur certaines routes (hors autoroutes payantes) aurait du rapporter plus de 1 milliard d’euros par an. 

Cette taxe - à l’origine une mesure du Grenelle de l’environnement de Nicolas Sarkozy - est devenue un cheval de bataille pour l’opposition de droite, qui tire à boulets rouges contre la politique fiscale du gouvernement. L'UMP, dont les dirigeants se sont relayés lundi pour dénoncer les revirements successifs du gouvernement sur le front fiscal et réclamer l'abrogation de l'écotaxe, avait ainsi décidé de boycotter la réunion tenue ce mardi à Matignon.

"Politique à la petite semaine"

"Le gouvernement doit cesser sa politique à la petite semaine faite d'annonces et de reculades successives. La France a besoin d'un gouvernement de gauche solide et non d'un 'exécutif girouette'", a écrit le PCF dans un communiqué.

Le député écologiste indépendant Noël Mamère s'est dit "accablé" par la décision du gouvernement, y voyant "le peu de considération de l'exécutif pour la transition écologique", et a invité les écologistes à s'interroger sur leur présence au gouvernement. "C'est la démonstration de la faiblesse politique de ce gouvernement et de son peu de considération pour la transition écologique", a commenté Noël Mamère.

L'ex-ministre UMP du Budget Valérie Pécresse a déclaré, pour sa part, que l'écotaxe était comme "la goutte d'eau qui fait déborder le vase" de la "révolte fiscale", annonçant le dépôt d'une proposition de loi pour la stabilité fiscale. L’ancien ministre UMP Bruno Le Maire a quant à lui estimé dans "Le Parisien" que le gouvernement socialiste était "en train de mettre le pays à feu et à sang".

Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, s'est lui demandé comment le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll (PS) et ses collègues écologistes "restaient au gouvernement", après une telle annonce.

Seul le président de la FNSEA, syndicat agricole majoritaire, Xavier Beulin, s'est félicité de l'annonce de Jean-Marc Ayrault. "Je considère que nous avons été entendus. Nous demandions un ajournement, et non pas une suppression", a-t-il déclaré, rappelant que la FNSEA justifiait sa position par un environnement économique et conjoncturel "extrêmement difficile" pour le secteur agricole et agroalimentaire.

Avec dépêches

Première publication : 29/10/2013

  • FRANCE

    Écotaxe : Ayrault rencontre les élus bretons sur fond de grogne fiscale

    En savoir plus

  • AGRICULTURE

    Les Bretons vent debout contre l'écotaxe

    En savoir plus

  • AGRICULTURE

    Écotaxe : affrontements lors d'une manifestation d'agriculteurs en Bretagne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)