Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Face à Trump, la gauche américaine se mobilise

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tourisme en Thaïlande : Bangkok veut monter en gamme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande, Macron, passage de témoin"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christian Prudhomme : "Le Tour de France est plus qu'une compétition cycliste"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Marie Cavada : "Sortons de la naïveté qui a permis aux nationalistes de prospérer"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Politique migratoire : une solution introuvable au niveau européen ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences dans le Kasaï : le pouvoir congolais est responsable, selon Félix Tshisekedi

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Bargny, petite ville vent debout contre une usine et un bus contre la censure au Venezuela

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 30/10/2013

"Enfin libres"

© France 24

Presse française, Mercredi 30 octobre. Au menu de la presse française ce matin, la libération des quatre otages français d’Arlit.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
La presse française salue largement ce matin la libération des quatre otages d’Arlit.
 
Une seule émotion la joie, et un seul mot: «libres». Ils sont libres, titre le Parisien, qui évoque «la fin de trois ans d’enfer».
 
Pour 20 minutes, c’est «enfin»: enfin les otages sont libres, après plus de 1000 jours de captivité.
 
Enfin le «soulagement», à la Une de Libération. Le journal revient sur le rôle de Mahamadou Issoufou, et décerne une mention spéciale à Hollande, qui a «pris le risque d’une nouvelle doctrine», en déployant des «opérations d’envergure au Mali».
 
François Hollande l’a répété: pas question de payer. «Il y a aujourd’hui une réelle volonté de ne plus payer», confirme la journaliste Dorothée Moisan dans Libération. D’après elle, «le changement de doctrine» aurait été «précipité par la situation au Mali»: «il est alors devenu inconcevable de payer des djihadistes qui auraient pu en profiter pour acheter des armes alors qu’ils étaient en guerre contre la France».
 
«La France ne veut plus payer», assure également le Monde.
 
«Une rançon a sûrement été négociée». Antoine Glaser, spécialiste du continent africain, livre une analyse différente Metronews. «La position de la France, c'est de ne pas être en première ligne en tant qu'Etat. Mais s'il y a eu rançon, c'est possible que cela passe davantage par des financements industriels. Pour Areva, cela a été un traumatisme quand ses employés se sont fait enlever. Il est évident que pour un tel groupe, qui va bientôt exploiter la deuxième plus grande mine d'uranium du monde au Niger, il était extrêmement important de les faire libérer».
 
La Libération des 4 otages, hier, semble en tout cas valider la stratégie mise en oeuvre par François Hollande. Le président a annoncé lui-même la nouvelle depuis Bratislava, et il a eu, écrit Libération, le «triomphe modeste».
 
«Hollande était radieux, son costume présidentiel retrouvé», écrit le Parisien. «La libération des 4 Français a sonné comme une divine surprise».
 
La joie promet toutefois d’être de courte durée pour le gouvernement, pris dans le piège de l’écotaxe, dont la fronde bretonne a finalement eu raison. Un couac de plus, le Monde évoque «l’impasse dans laquelle se trouve l’exécutif».
 
Le pouvoir est «paralysé», « asphyxié» «par la montée des mécontentements », estime le Figaro.
 
«Un repli coûteux», titre la Croix, qui évoque un «désordre» auquel il va falloir effectivement mettre un terme.
 
Mais le plus remonté de tous est l’Humanité: «Demi-tour, droite», titre le journal, qui parle d’une concession faite «à l’UMP et au patronat»: «la suspension de l’écotaxe ressemble à une capitulation».
 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/06/2017 Revue de presse française

"Hollande, Macron, passage de témoin"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 26 juin, la suite des concertations sur la réforme du Code du travail, la rentrée des parlementaires et l'état comateux du PS.

En savoir plus

26/06/2017 Angela Merkel

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 26 juin, les difficultés de la campagne de Martin Schulz, le challenger social-démocrate d'Angela Merkel, le soutien de la...

En savoir plus

23/06/2017 Brexit

"Theresa, pas besoin de partir!"

Au menu de la revue de presse internationale de ce vendredi 23 juin, le sommet européen de Bruxelles, la colère des Afro-Américains face aux "bavures" policières et la naissance...

En savoir plus

23/06/2017 Brexit

"Et si le Royaume-Uni restait..."

L’Europe et l’avenir de la Grande-Bretagne sont à la une de la presse française en ce vendredi 23 juin. Au menu également : le retour chez lui, à Pau, de François Bayrou après sa...

En savoir plus

22/06/2017 Obamacare

"Chapeau bas, Queen Élisabeth !"

Dans cette revue de presse internationale du jeudi 22 juin : des indiscrétions sur le projet de réforme de santé aux États-Unis, le chapeau de la reine Élisabeth II est-il...

En savoir plus