Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : Cameron promet des pouvoirs élargis à l'Écosse

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Captagon, l'amphétamine qui finance le conflit syrien

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 30/10/2013

Le pic récemment atteint au Moyen-Orient par le trafic de pilules de Captagon, une drogue principalement composée d’amphétamines, serait directement lié au conflit en Syrie, affirment plusieurs médias.

La drogue est-elle devenue le nerf de la guerre en Syrie ? Le pic récemment atteint au Moyen-Orient par le trafic de pilules de Captagon, principalement composées d’amphétamines et de caféine, serait directement lié au conflit en Syrie, selon le quotidien libanais "The Daily Star" et le prestigieux hebdomadaire américain "Time" .

Classé par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) comme produit stupéfiant, le Captagon est un psychostimulant à base de chlorhydrate de fénétylline. Ce médicament facile à contrefaire est à l’origine strictement réservé au milieu hospitalier et prescrit à des patients souffrant de narcolepsie et de problèmes d’attention.
 
Selon "Time", les récentes saisies et les nombreuses arrestations de trafiquants opérées récemment au Moyen-Orient présentent la particularité d’être liées au financement de certaines composantes de la rébellion qui cherche à renverser le président syrien Bachar al-Assad. "À mesure que la guerre s'éternise en Syrie, le Captagon jouera très probablement un rôle significatif dans le financement des belligérants", affirme le journal américain.
 
Une marge colossale
 
Il est vrai qu’au Liban voisin, les saisies de produits stupéfiants impliquant des ressortissants syriens se sont multipliées ces derniers mois, au point d’atteindre des chiffres records. D’après les médias libanais, près de 12 millions de comprimés de Captagon, l’équivalent de deux tonnes et de quelques centaines de millions d’euros, ont été confisqués par le Bureau de lutte anti-drogue depuis le début de l'année. Selon "Time", la pilule de Captagon, qui ne coûte que quelques centimes à produire, se revend à hauteur de 20 dollars (15 euros) en Arabie saoudite, le principal marché du Moyen-Orient, où ce stupéfiant fait fureur.
Si une partie des stupéfiants sont fabriqués au Liban, des responsables sécuritaires libanais, cités par les médias locaux et "Time", affirment que de très grandes quantités de Captagon sont actuellement produites en Syrie. Les trafiquants acheminent ensuite la marchandise vers le pays du Cèdre, d’où le produit est ensuite transporté en petite quantité, guère plus qu’une dizaine de kilos, par des ressortissants syriens via des vols commerciaux en direction du Golfe.
 
Tantôt cachés dans des climatiseurs, des chauffe-eau industriels, des camions remorques ou des boîtes de pâtisseries, les pilules sont quasiment toutes destinées à être vendues en Arabie saoudite. Le royaume wahhabite a saisi près de 70 millions de pilules de Captagon l’an dernier, ce qui représente selon les autorités seulement 10% du trafic de ce stupéfiant.
 
"En quelques opérations, les trafiquants peuvent récolter facilement 300 millions de dollars [217 millions d’euros, NDLR], ce qui fait beaucoup d’armes", explique à "Time" le colonel Ghassan Chamseddine, le chef du Bureau de lutte anti-drogue libanais, qui insinue que l’argent généré est réinvestit dans l’achat d’armes pour la rébellion syrienne.
 
Le Hezbollah impliqué aussi ?
 
Financer les armes par la drogue n’est pas un phénomène nouveau au Moyen-Orient, ni même exceptionnel sur un théâtre de guerre. En son temps, le Liban fût un haut lieu du trafic de drogue pendant la guerre qui a dévasté le pays entre 1975 et 1990. Pour se financer et acheter des armes, les milices et les seigneurs de guerre libanais se sont livrés aux très lucratifs trafics de cocaïne, d’héroïne et de cannabis, gros pourvoyeurs de cash en très peu de temps.
 
La rébellion syrienne n’est pas la seule à être liée, directement ou non, à ce trafic, selon "Time". En mars 2012, les douanes avaient saisi à Beyrouth deux appareils utilisés pour la fabrication de comprimés de Captagon. Selon plusieurs médias libanais, citant des sources sécuritaires, deux frères d’un député du Hezbollah, Hussein al-Moussaoui, seraient impliqués dans cette affaire.
 
Le parti chiite pro-iranien qui combat en Syrie aux côtés des troupes du régime de Bachar al-Assad a souvent été accusé, notamment par des agences officielles américaines, d’avoir recourt au trafic de drogue pour diversifier ses sources de revenus. Ou du moins de couvrir certains de ses sympathisants et mécènes en fermant les yeux sur leurs activités illicites. En août 2012, Washington avait annoncé la saisie de 150 millions de dollars dans une procédure visant des établissements libanais accusés de blanchiment d'argent au profit du Hezbollah, en liaison avec un trafic de drogue. Le parti de Hassan Nasrallah avait à l'époque réfuté ces accusations, affirmant qu'elles ne visaient qu'à "salir" son image.
 
Dans l’article de "Time", un responsable du Hezbollah a démenti tout lien entre son parti et le trafic de stupéfiants, arguant que cette pratique est proscrite par l’islam. Toutefois, il reconnaît que le Hezbollah a déjà collaboré avec des mafias liées au trafic de drogue dans le cadre d’opérations sécuritaires. "Ce n’était ni au bénéfice ni pour financer le Hezbollah, il s’agissait de collecter des renseignements, et après tout, la fin justifie les moyens", a-t-il indiqué à "Time".
 
 

 

Première publication : 30/10/2013

  • SYRIE - LIBAN

    Syrie : le Hezbollah se prépare à livrer bataille pour la reconquête de Qalamoun

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des rebelles menacent les opposants tentés de participer à Genève-2

    En savoir plus

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Armes chimiques : la Syrie fournit son programme de destruction dans les temps

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)