Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Tunisie : "le terrorisme vise désormais le tourisme"

© AFP

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/11/2013

La sécurité est renforcée en Tunisie au lendemain de deux attentats-suicides manqués sur la côte est du pays. Certains médias craignent une escalade du "terrorisme" qui menace le tourisme, moteur de l'économie tunisienne.

Le spectre du terrorisme plane-t-il sur la Tunisie ? Mercredi 30 octobre, un homme présenté comme un kamikaze djihadiste s'est fait exploser sur une plage, sans faire d'autres victimes, près de la station balnéaire de Sousse (nord-est). La Tunisie n'avait jusque-là connu qu'un seul attentat-suicide, en 2002 à Djerba. Depuis mercredi, la sécurité a été renforcée dans le pays.

De sources proches des services de sécurité, on rapporte en outre que la police a appréhendé un autre homme qui tentait de se faire exploser à Monastir, devant la tombe de l'ancien président Habib Bourguiba, et a arrêté à Sousse cinq autres personnes soupçonnées de préparer des attentats.

Les deux actions n'ont pas été revendiquées, mais le gouvernement, mené par les islamistes d'Ennahda, y voit la main du groupe djihadiste Ansar al-Charia, lié, selon Tunis, à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

"Dangereux tournant !"

Au lendemain de deux attentats-suicides manqués, les journaux tunisiens notaient une véritable escalade du "terrorisme" qui s'attaque désormais au tourisme, moteur de l'économie tunisienne. Jusqu'à présent seuls étaient ciblées les forces de sécurité dans des zones largement rurales.

"Le terrorisme vise désormais le tourisme", constate ainsi la une du quotidien "Le Temps". "Les commanditaires visent désormais le cœur battant de l'économie tunisienne et qui sait s'ils ne projettent pas carrément d'urbaniser le terrorisme en déployant leur funeste action dans les établissements publiques, les écoles, les supermarchés et partout où la foule est dense", craint ce journal dans son éditorial.

"Dangereux tournant !" titre pour sa part "Le Quotidien", qui appelle néanmoins à "ne pas céder à la panique". Le journal souligne par ailleurs qu'avec la multiplication des affrontements armés entre policiers et djihadistes ce mois-ci (neuf morts au sein des forces de l'ordre en octobre), les attentats avortés de Sousse et Monastir, sur la côte est de la Tunisie, ne sont pas une surprise.

L'attentat de Sousse est en effet de mauvais augure pour le secteur du tourisme, qui a déjà connu un début d'année difficile à la suite de l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd en février. L'année 2012 avait pourtant semblé prometteuse : avec 5,8 millions de visiteurs étrangers, des Européens surtout, la Tunisie se rapprochait peu ou prou des chiffres d'avant la révolution du début de l'année 2011 (un peu moins de 6,5 millions de visiteurs en 2010).

"Quoi qu'il se passe, ce sera négatif car c'est la première fois qu'ils attaquent un hôtel", a souligné à Reuters Mohamed Ali Toumi, qui dirige la Fédération tunisienne des agences de voyage.

Une menace pour le dialogue national

Les journaux estiment par ailleurs que ces tentatives d'attentats, qui ont coûté la vie à l'un des kamikazes, visent à faire dérailler les négociations en cours entre opposants et islamistes au pouvoir pour mettre en place un gouvernement d'indépendants chargé de conduire le pays aux élections.

"À chaque fois où une lueur d'espoir pointe à l'horizon sur l'échiquier politique, une action terroriste est programmée pour ralentir le processus de réconciliation et de mise en place d'un plan de salut national", relève "Le Quotidien".

Réprimés par le gouvernement de Zine el-Abidine Ben Ali, plusieurs groupes salafistes ont pris depuis 2011 une importance de plus en plus grande dans certaines mosquées. Des islamistes radicaux ont attaqué des magasins vendant de l'alcool et des représentations théâtrales, jugées contraires à la religion.

Ennahda, que l'opposition laïque de gauche juge trop laxiste envers les salafistes, a attribué à Ansar al-Charia les meurtres des opposants Chokri Belaïd en février et Mohamed Brahmi en juillet. Des meurtres qui ont provoqué des mois de manifestations. Ennahda a finalement accepté de quitter le gouvernement d'ici trois semaines et de laisser la place à une administration de transition jusqu'aux élections.

Avec dépêches

Première publication : 31/10/2013

  • TUNISIE

    Tunisie : attentat-suicide à Sousse, seul le kamikaze a été tué

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La Tunisie suspend son sort au "dialogue national"

    En savoir plus

  • INFOGRAPHIE

    Tunisie : les dates-clés de la crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)