Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Migrants : Gao, aux portes du désert, carrefour des routes qui mènent en Europe

En savoir plus

DÉBAT

Laurent Fabius à Téhéran : l'Iran réconcilié avec l'Occident ? (partie 2)

En savoir plus

Economie

La crise d'adolescence de Facebook

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 31/10/2013

Le géant des réseaux sociaux Facebook a dévoilé, ce mardi, un chiffre d'affaires qui, pour la première fois, dépasse les deux milliards de dollars. Mais les adolescents sont de moins en moins nombreux à utiliser le service.

Plus de pubs, moins d'ados. Facebook a dévoilé, mardi 30 octobre, ses résultats financiers pour le troisième trimestre. Et ils sont bons... en apparence. 

Le numéro 1 des réseaux sociaux dans le monde - avec plus d'un milliard d'utilisateurs - a connu une progression de 60 % de son chiffre d'affaires sur cette période. Pour la première fois, il atteint les deux milliards de dollars. Un succès qui est, essentiellement, dû à la progression des révenus publicitaires qui ont bondi de 66 % sur le troisième trimestre et ont rapporté 1,8 milliard de dollars à Facebook.

Mark Zuckerberg, le PDG du groupe californien, a pu se réjouir que cette progression provienne en grande partie de l'application mobile de Facebook, qui avait un temps été dépeinte comme le talon d'achille de la société. Les smartphones rapportent, dorénavant, 48 % des révenus publicitaires de la marque, soit une augmentation de 19 % par rapport à la même période l'année dernière.

Les adolescents moins impliqués

Pourtant, dans les échanges électroniques à Wall Street après la clôture de la Bourse, l'action du géant de l'Internet chutait de plus d'1%. Les investisseurs se sont, en fait, montrés inquiets de deux tendances qui pourraient ralentir la croissance de Facebook.

Le principal problème est que le réseau social subit une crise d'adolescent. "Le nombre de jeunes inscrits à Facebook est stable, mais nous constatons une baisse de leur utilisation quotidienne", a reconnu David Ebersman, directeur financier du groupe. C'est la première fois que la société admet que les jeunes commencent à se désintéresser d'un réseau social qui, pourtant, avait été conçu pour eux à l'origine.

Autre souci : Facebook ne peut pas indéfiniment augmenter le nombre de publicités sur les pages des utilisateurs "sans que cela ne [les] irrite", a expliqué Mark Zuckerberg. Une précision qui, aux yeux des investisseurs, se traduit par le fait que les revenus publicitaires pourraient ralentir.  Problème : le réseau social n'a pas encore défini d'autres sources de rentrée d'argent suffisament importantes pour prendre le relais en cas de ralentissement de la croissance publicitaire.

Première publication : 31/10/2013

  • INTERNET

    Entrée en Bourse : comment Twitter compte éviter les erreurs de Facebook

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Zuckerberg, le philanthrope intéressé qui voulait connecter les pauvres

    En savoir plus

  • INTERNET

    L'action Facebook s'envole en Bourse dopée par de bons résultats financiers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)