Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

Afrique

Des violeurs condamnés à une peine de jardinage, les Kenyans s'indignent

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/10/2013

Des centaines de personnes ont manifesté jeudi à Nairobi pour réclamer plus de justice pour les victimes de viol. L'histoire de Liz, 16 ans, violée et dont les agresseurs ont eu pour seule condamnation de tondre une pelouse, émeut le Kenya.

"Couper de l’herbe n’est pas une punition pour un viol !" ou encore"Les survivants de violences sexuelles, qui s’occupe d’eux ?": c’est avec ces slogans que des centaines de personnes ont voulu marquer les esprits jeudi 31 octobre dans les rues de Nairobi, au Kenya. En brandissant des pancartes roses et des guirlandes de culottes, ces manifestants ont réclamé plus de justice pour les victimes de viol et plus particulièrement pour Liz, une adolescente de 16 ans.

Depuis un mois, l’histoire de cette jeune fille bouleverse le pays. Comme le rapporte la presse kényane, elle a été battue, violée et jetée dans une fosse septique en juin dernier par six hommes. Trois des agresseurs, qu’elle connaissait, ont été conduit à la police par des habitants, mais les forces de l’ordre les ont finalement laissés libre après leur avoir seulement demandé de couper l'herbe autour du commissariat comme punition. Alors que Liz est aujourd’hui dans un fauteuil roulant, en raison d’une grave blessure à la colonne vertébrale, les violeurs présumés n’ont toujours pas été poursuivis.

Une femme sur trois victime de violences sexuelles

Choqués par cette situation, les manifestants demandent aujourd’hui justice au nom de la jeune fille. "Notre demande immédiate est que soient arrêtés et jugés les auteurs et que des mesures disciplinaires soient prises contre la police qui n’a elle-même pris aucune mesure", a ainsi expliqué à l’AFP Nebila Abdulmelik, membre du réseau de développement et de communication des femmes africaines (Femnet), coorganisatrice de la manifestation.

Selon elle, au Kenya, ces actes ne sont pas isolés : "On estime qu’au moins une femme sur trois sera victime de violences sexuelles au cours de sa vie. Nous utilisons l’histoire de Liz pour mettre en lumière tous les cas de violences qui n’arrivent pas nécessairement aux médias, à la police".

Une pétition mise en ligne par cette militante kényane des droits des femmes a déjà recueilli plus de 1,3 million de signatures en quelques jours. Les manifestants se sont rendus jusqu’au quartier général de la police pour remettre la liste des personnes ayant déjà signé ce document. En réponse, un responsable des forces de l’ordre, William Thwere, a assuré "qu’une enquête" était en cours et que l’affaire "était traitée avec le sérieux qui s’impose".

Avec dépêches

Première publication : 31/10/2013

  • KENYA

    Une pétition contre de présumés violeurs recueille un million de signatures

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Inde : les quatre accusés du viol en réunion d'une étudiante condamnés à mort

    En savoir plus

  • INDE

    Les auteurs du viol collectif de l’étudiante de New Delhi reconnus coupables

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)