Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Afrique

Des violeurs condamnés à une peine de jardinage, les Kenyans s'indignent

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/10/2013

Des centaines de personnes ont manifesté jeudi à Nairobi pour réclamer plus de justice pour les victimes de viol. L'histoire de Liz, 16 ans, violée et dont les agresseurs ont eu pour seule condamnation de tondre une pelouse, émeut le Kenya.

"Couper de l’herbe n’est pas une punition pour un viol !" ou encore"Les survivants de violences sexuelles, qui s’occupe d’eux ?": c’est avec ces slogans que des centaines de personnes ont voulu marquer les esprits jeudi 31 octobre dans les rues de Nairobi, au Kenya. En brandissant des pancartes roses et des guirlandes de culottes, ces manifestants ont réclamé plus de justice pour les victimes de viol et plus particulièrement pour Liz, une adolescente de 16 ans.

Depuis un mois, l’histoire de cette jeune fille bouleverse le pays. Comme le rapporte la presse kényane, elle a été battue, violée et jetée dans une fosse septique en juin dernier par six hommes. Trois des agresseurs, qu’elle connaissait, ont été conduit à la police par des habitants, mais les forces de l’ordre les ont finalement laissés libre après leur avoir seulement demandé de couper l'herbe autour du commissariat comme punition. Alors que Liz est aujourd’hui dans un fauteuil roulant, en raison d’une grave blessure à la colonne vertébrale, les violeurs présumés n’ont toujours pas été poursuivis.

Une femme sur trois victime de violences sexuelles

Choqués par cette situation, les manifestants demandent aujourd’hui justice au nom de la jeune fille. "Notre demande immédiate est que soient arrêtés et jugés les auteurs et que des mesures disciplinaires soient prises contre la police qui n’a elle-même pris aucune mesure", a ainsi expliqué à l’AFP Nebila Abdulmelik, membre du réseau de développement et de communication des femmes africaines (Femnet), coorganisatrice de la manifestation.

Selon elle, au Kenya, ces actes ne sont pas isolés : "On estime qu’au moins une femme sur trois sera victime de violences sexuelles au cours de sa vie. Nous utilisons l’histoire de Liz pour mettre en lumière tous les cas de violences qui n’arrivent pas nécessairement aux médias, à la police".

Une pétition mise en ligne par cette militante kényane des droits des femmes a déjà recueilli plus de 1,3 million de signatures en quelques jours. Les manifestants se sont rendus jusqu’au quartier général de la police pour remettre la liste des personnes ayant déjà signé ce document. En réponse, un responsable des forces de l’ordre, William Thwere, a assuré "qu’une enquête" était en cours et que l’affaire "était traitée avec le sérieux qui s’impose".

Avec dépêches

Première publication : 31/10/2013

  • KENYA

    Une pétition contre de présumés violeurs recueille un million de signatures

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Inde : les quatre accusés du viol en réunion d'une étudiante condamnés à mort

    En savoir plus

  • INDE

    Les auteurs du viol collectif de l’étudiante de New Delhi reconnus coupables

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)