Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Shell et Eni jugés pour corruption au Nigeria

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

Moyen-Orient

Réfugiés syriens : Amnesty appelle Amman à garder ses frontières ouvertes

© AFP | Le camp de Zaatari en Jordanie.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/10/2013

Dans un rapport publié jeudi, Amnesty International s'inquiète des difficultés que rencontrent les réfugiés syriens qui fuient vers la Jordanie et accuse Amman d'imposer des restrictions à ses frontières.

De nombreux Syriens fuyant seraient repoussés à la frontière jordaniennel. C'est ce qu'affirme l'ONG Amnesty International dans un rapport rendu public jeudi 31 octobre et intitulé "Des restrictions croissantes, des conditions difficiles: la détresse de ceux qui fuient la Syrie vers la Jordanie". Ce pays accueille plus de 550 000 réfugiés, notamment dans le camp de Zaatari, dans le nord, où vivent quelque 120 000 personnes.

"Il est inacceptable que des dizaines de personnes venues de Syrie, y compris des familles avec des enfants en bas âge, se voient refuser le droit d'entrer dans les pays voisins", a déclaré dans un communiqué Philip Luther, directeur d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Malgré plusieurs déclarations des autorités affirmant que les frontières étaient ouvertes pour les réfugiés, Amnesty affirme que des dizaines d'entre eux se voient refuser l'entrée. "Cela inclut des Palestiniens réfugiés en Syrie, des personnes qui n'ont pas de papiers d'identité et des réfugiés irakiens installés en Syrie. Des hommes seuls et qui ne sont pas en mesure de prouver leurs liens familiaux avec des Jordaniens sont aussi repoussés à la frontière", assure le rapport.

En août 2012, quelque 200 réfugiés ont même été expulsés vers la Syrie après des manifestations dénonçant les conditions de vie dans le camp de Zaatari. Le rapport d'Amnesty précise en outre que des dizaines d'autres personnes ont été expulsées depuis, pour des raisons diverses. De leur côté, les autorités jordaniennes ont assuré à Amnesty qu'elles ne reconduiraient désormais plus personne en Syrie.

L'afflux de réfugiés, "une charge énorme pour les pays voisins"

Le conflit qui fait rage en Syrie depuis mars 2011 a déjà cause la mort de plus de 115 000 personnes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), et poussé plus de 2 millions de Syriens à fuir et à se réfugier principalement dans les pays voisins: Liban, Jordanie, Turquie, Irak et Égypte. Selon les Nations unies, le nombre total de réfugiés devrait atteindre 3,5 millions d'ici la fin de l'année.

"L'afflux de réfugiés représente une charge énorme pour les pays de la région. Naturellement, leurs ressources sont mises à rude épreuve", reconnaît Philip Luther. "Cependant, cette situation ne devrait pas servir d'excuse pour refuser à ces gens l'entrée sur le territoire ou les renvoyer de force vers le conflit et la crise humanitaire en Syrie", estime-t-il.

La Jordanie a ainsi réclamé à plusieurs reprises de l'aide pour faire face à l'afflux de réfugiés dans le pays, qui souffre déjà d'un manque chronique d'eau et d'électricité. Le poids des réfugiés se fait également sentir sur l'emploi, le logement et l'éducation.

Face à cette situation Amnesty International a lancé un appel à la communauté internationale afin qu'elle aide la Jordanie et les autres pays à gérer le flux de réfugiés syriens. "La communauté internationale a un rôle important à jouer pour soutenir les efforts des pays de la région qui portent le fardeau des réfugiés syriens avec de faibles ressources. Une action immédiate est nécessaire pour accroître l'aide humanitaire internationale", a ains expliqué Philip Luther.

Avec dépêches
 

Première publication : 31/10/2013

  • SYRIE

    Destruction des armes chimiques : John Kerry loue la collaboration de Damas

    En savoir plus

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Armes chimiques : la Syrie fournit son programme de destruction dans les temps

    En savoir plus

  • UNE SEMAINE AU MOYEN-ORIENT

    Syrie : mission difficile pour les inspecteurs de l'OIAC

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)